PDA

Voir la version complète : Le communisme ouvrier



Jalal
14/10/2010, 01h39
Les partis communistes-ouvriers sont issus d’un courant politique né directement de l’expérience de la contre-révolution iranienne (et du soutien donné alors par le parti communiste Tudeh à Khomeiny) et des guerres du Golfe (avec le mouvement des conseils au Kurdistan irakien en 1991, ou le rôle compradore des dirigeants islamistes et nationalistes kurdes dans l’Irak occupé). Ils sont la principale force politique tant de la gauche iranienne en exil qui lutte contre la théocratie pour un régime socialiste et laïque, que de l’opposition civile dans le chaos irakien (y organisant le Congrès des libertés, l’Union des chômeurs et une importante Fédération syndicale). Se référant à Mansoor Hekmat comme leur principal théoricien, ils brandissent l’étendard d’un « 3ème camp » face à l’impérialisme ET l’islamisme. Leurs principes sont:

* Refuser toute forme de compromis ou de concessions aux idées et aux mouvements réactionnaires, opposés aux droits démocratiques et sociaux, hostiles à l’égalité hommes-femmes, ou fondés sur la prétendue supériorité d’un pays, d’une ethnie ou d’une religion.

* Dénoncer toute forme de totalitarisme, de bureaucratie, toute confusion entre la mise en commun des moyens de production et leur étatisation, toute illusion en la possibilité durable d’un État providence et, de manière générale, tout ce qui contribue à prolonger l’existence de la société d’exploitation capitaliste.

Ce courant se distingue avec cette stratégie du 3° camp des postures anti-impérialistes habituelles de l’extrême-gauche, il prône un refus du capitalisme d’État (une révolution politique qui ne se prolongerait pas économiquement par la propriété commune et l’abolition du salariat amènerait inévitablement une défaite comme en Russie), et met en avant la laïcité et les libertés des femmes dans un environnement assailli par les islamistes. Plusieurs femmes leaders se sont d’ailleurs faites ses propagandistes en Europe: Azar Majedi, Maryam Namazie, Houzan Mahmoud et Yanar Mohammed parmi les plus connues.

Sans prendre parti entre les 3 fractions actuelles, des militant(e)s francophones ont initié Initiative communiste-ouvrière. Ils participent (avec des militant(e)s d’autres sensibilités) à l’équipe éditoriale de la Bataille socialiste.

TEXTES:

* Biographie de Hekmat (1951-2002)
* The Iranian Revolution and the role of the proletariat, Hamid TAGHVAIE & Mansoor HEKMAT (1978)
* L’invasion du régime irakien et nos tâches, Unity of Communist Militants (09-1980) [+ en ]
* The 1st of May and the Tasks of the Iranian Workers, Unity of Communist Militants (1981)
* L’expérience de la révolution ouvrière en Union soviétique (1) – (2) – (3) – (4) Mansoor HEKMAT (1986) [+pdf ]
* Conseils ouvriers et syndicats : les questions cruciales de la discussion , Mansoor HEKMAT (1986)
* Nationalisme de gauche et communisme ouvrier Mansoor HEKMAT (1987) [pdf ] [+ en ]
* Nos différences, Mansoor HEKMAT (1989) [+ en external-link, it.external-link, sve external-link]
* Avvenimenti in Europa orientale e prospettive per il socialismo operaio, Mansoor HEKMAT (1990)
* Interview about the crisis in the Middle East, Mansoor HEKMAT (1991)
* Communiqué sur la formation du PCOI (11-1991) [+ en ]
* Le marxisme et le monde actuel [1] & [2], Mansoor HEKMAT (02-1992) [+ en , de , it ]
* Les caractéristiques fondamentales du Parti communiste-ouvrier (trad. révisée) [+ pdf (nouvelle trad.) ], Mansoor HEKMAT (1992)

Source : Le communisme ouvrier « La Bataille socialiste (http://bataillesocialiste.wordpress.com/le-communisme-ouvrier/)

Jalal
14/10/2010, 01h45
Je viens de découvrir le "communisme-ouvrier" dans la littérature offerte par Internet, j'en suis ébahi!

Il nous explique aussi (et entre autres) les raisons de "l'échec" du "socialisme bourgeois et nationaliste" en ex-Union soviétique.

Je ne me borne pas à lire seulement les moyens d'informations "bourgeois"!!

Qu'en pensez-vous?