Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: l'Etat reconnait son incompétence

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut l'Etat reconnait son incompétence

    LE SECRÉTAIRE D’ÉTAT CHARGÉ DE LA STATISTIQUE AFFIRME
    «Les statistiques de nos instituts ne sont pas fiables»

    L'Expression, 16 Décembre 2010

    150 techniciens et 52 ingénieurs seront formés, a annoncé Sid Ali Boukrami, secrétaire d’Etat chargé de la Statistique.

    L’organisation de l’Office national des statistiques (ONS) est obsolète. L’impératif de revoir son organisation et son fonctionnement s’impose. Plus grave encore: Les statistiques de l’ONS sont en déphasage avec la réalité. «Nous avons peu d’instituts qui fournissent des statistiques fiables à l’échelle nationale», a expliqué, hier, Sid Ali Boukrami, secrétaire d’Etat chargé de la Statistique, lors de la 2e session du Conseil national de la statistique (CNS), tenue à Djenan El Mithak, sur les hauteurs d’Alger. Cette réunion a été présidée par Abdelhamid Temmar, ministre de la Prospective et des Statistiques. Elle a vu la participation de représentants de plusieurs ministères.
    M.Boukrami a relevé une autre carence. Il s’agit de l’absence de directions de statistiques au niveau des départements ministériels. «Nous sommes en manque de ressources administratives», a-t-il relevé. Le secrétaire d’Etat a préconisé d’instaurer un système qui permette de produire la doctrine de la statistique. «Nous devons réorganiser l’Office national des statistiques», a-t-il insisté. Au demeurant, il a annoncé l’ouverture de trois antennes régionales du CNS d’ici la fin de l’année. Elle seront installées à Tlemcen, Ghardaïa et Sétif. «Nous allons former 150 techniciens, sur quatre ans, et 52 ingénieurs», a indiqué M.Boukrami. Il a, d’autre part, présenté les grandes enquêtes réalisées dans le domaine des statistiques, sur le plan national. Elles tournent autour du recensement économique et celui de l’agriculture.
    Il a, également, présenté les trois grandes enquêtes nationales qui seront lancées à partir de l’année prochaine. Il s’agit du recensement économique prévu à partir de mars 2011, du recensement général de l’agriculture en 2012 et à la situation sanitaire des enfants et des femmes (Mics4). Ce dernier objectif entre dans le quatrième programme de la méthodologie d’enquêtes à indicateurs multiples (Mics4) appliquée, sous l’égide de l’Unicef, dans plusieurs pays. En Algérie, il est suivi par les organes des statistiques mis à la disposition du ministère de la Santé, de la Population et de la Réformes hospitalière.
    «Le Mics4 est d’un apport considérable en matière de données et du suivi de l’évolution des indicateurs essentiels de développement», a fait remarquer M.Boukrami. Il a, également, évoqué les autres enquêtes engagées par l’ONS. Sur ce plan, il a mis l’accent sur le lancement imminent de la 5e enquête nationale sur les dépenses de consommation des ménages. Cette enquête annuelle portera sur un échantillon de 12.150 ménages à travers le territoire national et sur quelque 800 produits. Il a, par ailleurs, souligné qu’une autre enquête annuelle sur les salaires est en cours d’achèvement. Résumant la situation du secteur des statistiques, le ministre a suggéré de «revoir le mode de désignation de la composante du CNS de manière à l’intégrer dans les prérogatives directes du ministère au lieu de continuer à dépendre des décrets».
    Les travaux se sont déroulés à huis clos. Pour rappel, le CNS a été officiellement installé le 27 août 2008. La liste nominative de ses membres a été fixée par décret n°08-150 du 21 mai 2008. Il a entamé ses travaux dès son installation. Ainsi, il a adopté son règlement intérieur. Par la suite, le CNS s’est enrichi de quatre commissions permanentes spécialisées. Il est défini comme un instrument privilégié d’organisation, de coordination et d’animation de l’information statistique. Il a pour mission principale de formuler des avis et des recommandations sur la politique nationale d’information statistique. Le Conseil veille au respect de l’obligation statistique et à l’utilisation des méthodes scientifiques de standard international. Cela dit, le problème de la fiabilité des statistiques se pose avec acuité.

    Mohamed Sadek LOUCIF

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    incompétents ils sont incompétents ils le resteront

    on nous assomme que le taux d'informatisation depasse les 90 % ( administrations ) et ils ne sont pas fichus de faire des stats donc on paye des gens pour leur incompetence c'est vraiment à l'image du pays ( comme dit Ali benhadj ils deleguent les problemes politiques au policier inculte pour les regler avec son gourdin) donc on base les previsions ( necessaires à tout etat pour la bonne gestion du pays) sur des contradictions et des nullités
    bravo ya houkouma

  3. #3
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Bonjour Bel1000, à mon avis : 90 pour cent des Algériens sont volontairement ou non complices de l'incompétence; parce que : leur égoïsme, leur individualisme outranciers, ainsi que leur manque de civisme flagrant, laissent aux incompétents une grande liberté d'aller de l'avant dans leur médiocrité et leur médiocratie. Le jour où la grande masse des Algériens comprendra que les clés de la solution de tous les problèmes de l'Algérie résident en nous en tant que peuple et citoyens Algériens, et cela individuellement et collectivement; Alors à ce moment là nous pourrons dire : l'Algérie est sur la voie de la délivrance!
    J'ajoute encore, (et je ne sais si j'ai tort ou raison), seul la solidarité entre toutes les catégories d'Algériens, et, l'unification de leurs mentalités et de leurs conceptions diversifiées, et leurs abandon de tous les préjugés qui divisent, pourront rendre les Algériens forts et unis comme un seul homme pour abattre tous les obstacles qui empêchent l'Algérie d'avancer vers la prospérité, le bonheur, et, la justice pour tous. Et aucun parti, aucune catégorie, aucune doctrine, seul et isolé de la majorité et au dessus d'elle ne pourra résoudre les problèmes de l'Algérie et des Algériens!
    Dernière modification par Jalal ; 20/12/2010 à 00h49.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    ya jallal
    ce n'est pas demain que les algeriens vont se rendre compte de leurs betises.

    quand un diplomé se definit comme etant un intellectuel et qui ne fait pas de difference entre instruction et culture et que des partis ne font que ressasser ce que dit boutef que les classes aisées se definissent comme des occidentaux et que les voyous se definissent comme le summum de la redjla faut pas trop demander à ce peuple : il est encore mineur

    quand des pseudos lettrés ne pensent qu'à importer des idées bonnes ou mauvaises de l'occident et ignore la réalité algerienne

    quant un gouvernement ne reconnait pas son incompetence (penuries des medicaments au niveau des hopitaux rien que ça)

    quand un president ne vit que pour le prestige et nous parle à la télé de la grandeur de l'algerie et semble oublier que des algeriens se nourrissent d'expedients ( marché, decharge)

    quand une ministre pense que le dehanchement et la zorna symbolisent la culture et que pour ecrire un livre sur l'histoire de l'algerie il faut passer par ses services qui n'ont aucun rapport avec l'histoire ( avec les blagues peut etre)

    et quand
    et quand

    ce n'est pas demain la veille.

    le probleme de l'algerie c'est que tout le monde s'improvise commandant de bord et pense qu'il est incontournable et que sa solution reste de loin la meilleure et que l'echec est toujours imputable à l'autre

    quand les mentalités changeront et que chacun saches sa place reelle dans cette société peut etre qu'un jour nous verrons une algerie prospere , sereine , juste et civilisée.

Discussions similaires

  1. L’ambassade US à Beyrouth : un « Etat dans l’Etat »
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/03/2010, 05h10
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 16/02/2010, 00h38
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 29/01/2010, 21h29
  4. L'Arabie saoudite reconnaît l'indépendance du Kosovo
    Par kredence dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/04/2009, 02h54
  5. Essais Nucléaire en Algérie : La France reconnaît son crime
    Par Toufik dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/11/2008, 20h13

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •