Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: C'est toujours la France qui gouverne l'Algérie

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Messages
    82

    Par défaut C'est toujours la France qui gouverne l'Algérie

    Comment Bajolet a décidé à la place de 35 Millions d’Algériens
    le 17 Décembre, 2010 | 6237 lecture(s) | Voir Réactions
    [Diminuer la taille de la font] [Augmenter la taille de la font]
    image
    Le sieur Bajolet qui n’est certainement pas allé par hasard chez Ford pour lui faire des confidences toujours au hasard, a bien manœuvré avec l’ambassadeur du far West, en lui vendant Bouteflika comme Alternative unique, parole de proconsul. Il a tout simplement déclaré que la France ne voyait pas de successeur valable à Bouteflika en 2009 et a demandé aux américains de ne pas faire pression sur les Algériens pour abandonner l’idée de révision constitutionnelle, ce qui aurait pour conséquence d’accentuer l’instabilité. La messe est dite en sarkozie, c’est Boutef à vie ou le déluge, la France l’a dit donc c’est vrai ,pour un américain qui ne fait pas de différence entre un pachtoun et un chleuh du Maroc. Pour Bien étayer ce choix, Il a écarté Ouyahia, candidat de qui vous savez d’après les rumeurs qu’ils font circuler, pour impopularité, et Hamrouche pour incapacité à mener des reformes comme en 1991, incapacité que la France a décelé chez lui et pas chez Bouteflika par une curieuse conception des choses, lisez qu’il est incapable de faire les réformes voulues par la France et pas les siennes.

    Si son appréciation sur Ouyahia, qualifié d’apparatchik et d’impopulaire ne souffre aucune contestation même dans son village d’origine et chez ses cousins, en ce qui concerne le reste c’est une véritable ingérence dans la vie politique Algérienne et avec de gros sabots en plus. Il a décidé à la place de 35 Millions d’individus chez eux qu’ils n’avaient que trois Alternatives dont la première mauvaise pour tout le monde , la deuxième mauvaise pour la France et la troisième bonne pour la France et au diable leurs besoins à eux. À aucun moment il n’ a été question de pousser à des élections propres et honnêtes pour déverrouiller la situation qu’il qualifie lui-même de bloquée, ce qui doit édifier à l’avenir nos démocrates qui croient au bons sentiments du quai d’Orsay à l’égard de l’Algérie et l’idée qu’il se fait de la démocratie sous nos latitudes. Le plus Bizarre dans cette Histoire, est que le clan d’en face, qui est aujourd’hui en train de nous vendre son patriotisme de pacotille, n’a pas cru utile de réagir ne serait-ce que pour envoyer balader ce nouveau gouverneur général, et empêcher ses Bachaghas de récidiver, mais maman la rance doit tenir chacun par un fil que l’autre ignore. La fin de la discussion sur le volet politique de la rencontre s’achève sur une affirmation tout aussi révélatrice de la position de la France en Algérie, surtout par les temps qui courent. Il a tout simplement déclaré à son vis-à-vis que la France fera passer un message de neutralité, conditionnée par des reformes, et en guise de réforme il n ya qu’une seule au menu : La Décentralisation par laquelle Bajolet est « particulièrement intéressé » dans la bouche d’un diplomate ces deux termes valent leur pesant de sens.

    Questions :

    1- Pour être neutre, il faut être en droit d’être partie prenante ou sollicité comme arbitre, ce qui ne devait pas être normalement le cas dans une cuisine interne même sordide, Alors pourquoi ce monsieur affiche sa neutralité conditionnelle dans une affaire qui ne le regarde normalement pas ? réponse chez lieux deux protagonistes locaux !

    2- Être neutre ne concorde pas avec les penchants affichés plus loin pour Bouteflika et la recommandation faite au américains de ne pas faire pression contre la révision de la constitution, c’est déjà un parti pris, et la condition posée à cette neutralité n’arrange aucun des deux clans aux prises, qui sont tout sauf décentralisateurs. Alors pourquoi poser cette condition si les moyens de la faire valoir en temps opportun n’existaient pas.

    3- La décentralisation dans la gestion de la chose publique est une exigence impérative pour toute bonne marche des affaires d’un état qui se respecte, et c’est même un credo de Boumediene , mais ce n’est pas à Bouteflika et encore moins à Mediène et Ouyahia qu’il faut parler de décentralisation ils sont allergique à tout ce qui échappe à leur regard ,mais le plus grave c’est que la décentralisation telle que vue par la France ne doit pas être la même que celle à laquelle on pense , ce n’est certainement pas une augmentation des prérogatives des présidents d’APC qui fait courir Bajolet au point d’en faire une condition de neutralité. Sa Décentralisation sonne dans mon oreille comme : Autonomie Régionale. Et dans ce cas vous ne pensez pas que c’est un curieux hasard que le GPK apparaisse jusqu’après avoir constaté que la condition n’a pas été respectée par nos grands chefs ? Cette dernière trouvaille typiquement Algérienne de constituer un gouvernement en exil avant même d’avoir commencé une ébauche de plateforme de revendications claire sur la forme et le contenu de l’autonomie contre laquelle je n’ai rien une fois explicitée clairement et débattues pour toutes les régions d’Algérie, me paraissait un manque de professionnalisme politique inhérent à tous les mouvements contestataires à leurs débuts particulièrement quand ils sont mus par un sentiment de légitime rancune envers l’injustice. Mais à la lumière de ce Particulièrement intéressé, je ne peux m’empêcher de faire la relation entre les deux évènements. En conclusion, ce télégramme nous renseigne plus que ceux qui l’ont précédé sur nos véritables relations avec la France, en dehors du cinéma qui est fait pour la diversion comme la fameuse loi des guignols de l’assemblée, et nous explique le pourquoi et le comment de ces relations en dent de scie en surface et un courant de fond rectiligne qui comme le Gulf Stream va toujours dans le même sens celui de l’ex ou de l’actuelle mère Batrie, c’est tout comme, et sur l’idée que cette dernière et ses représentants se font de nous et de notre souveraineté, et l’arrogance avec laquelle ils abordent des sujets qui ne sont normalement plus de leur ressort, mais qui le sont apparemment et à notre insu. Cela nous renseigne surtout que le fait que nous avons trois gouvernements tous provisoires dont un à Paris et deux à Alger tous tributaires de la neutralité conditionnée de la France. Par contre nous n’avons besoin ni de Bajolet, ni de Wikileaks, pour savoir que nous ne valons pas mieux que ce système que nous regardons nous exposer nous et notre destin comme des animaux de foire dans ses marchandages sordides avec le monde entier mais surtout l’ex puissance coloniale.

    Aegis

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2010
    Messages
    82

    Par défaut

    L’ambassadeur Bajolet, le consul Duval et les frères Bakri
    le 17 Décembre, 2010 | 8372 lecture(s) | Voir Réactions
    [Diminuer la taille de la font] [Augmenter la taille de la font]
    image

    L’Ambassadeur de France chez les Mamamouchis se conduit en véritable Proconsul A la lecture de l’article sur les frères de Bouteflika sur lesquels Wikileaks n’apporte rien de nouveau, la nature du système et les mentalités sous nos latitudes étant ce qu’elles sont, j’ai été lire le message de l’ambassadeur Ford au complet, et la lecture de l’intégralité du message est encore plus édifiante sur nos janissaires et autres deys et aghas de la confrérie flibustière d’Alger, et sur les relations qu’ils entretiennent avec le consul Duval d’un nouveau genre , dénommé Bajolet ambassadeur à Alger et puis directement Bombardé coordonnateur des services spéciaux de ce nouveau Charles X qu’est Sarkozy. En effet la teneur de sa discussion, avec l’ambassadeur des Etats Unis, donne l’impression qu’on a affaire à une sorte de Proconsul Romain dans un protectorat aux marches de l’empire. Il commence son laïus par une présentation aussi claire que succincte de la vision qu’il a et son gouvernement avec lui , de la situation globale en Algérie et des points noirs de la gestion à la Bouteflika qui souffre d’après lui d’immobilisme et d’instabilité , et d’empêchement des communes de remplir leur taches envers leurs administrés par manque de moyens ou de prérogatives centralisés. Ensuite il constate la désaffection de la population vis des élections qu’elles savent jouées d’avance et n’omet pas d’égratigner les partis politiques dits d’opposition qui face à l’étouffement politique ont préféré jouer leurs intérêts à court terme que faire avancer leurs ambitions à long terme, ce qui en fait d’après lui une force inconsistante, face à la machine du régime. Il annonce à son vis-à-vis US , que face aux difficultés et autres problèmes rencontrés par les hommes d’affaire français en Algérie ces derniers regroupés en Association ont décidé de publier un livre Blanc de toutes les obstructions qu’ils ont subies, ce qui est une première dans le monde des affaires, dans la mesure ou un pays ou on ne peut pas faire affaire on le quitte point final, ou on demande l’intercession de son gouvernement, mais écrire un livre Blanc comme une sorte de réquisitoire pour pouvoir faire des affaires cela ne s’invente pas.

    Autre première aussi curieuse qu’inquiétante, d’après ce monsieur, l’Etat Algérien ou ce qui se dénomme tel, était anxieux à l’idée de voir publier ce livre blanc et l’a fait savoir par le biais non pas du ministère des affaires étrangères mais de l'intérieur, Yazid Zerhouni !!!, et cet écrit n’a pas été publié après cette anxieuse intervention -Dixit Bajolet- Juste après il enjolive sur la corruption qui a atteint des sommets, arrivant jusqu’aux frères du président, ce qui est une contre vérité car dans les pays arabes la corruption n’atteint pas le sommet, mais comme la fonte des neiges elle en provient et c’est en dévalant le sommet qu’elle atteint la base et non l’inverse.

    Questions qui s’imposent d’elle-même :
    1- En quoi la publication d’un livre de contestation écrit par des hommes d’affaire français sur leurs problèmes de travail en Algérie peut-elle avoir un caractère aussi préoccupant pour le pouvoir local au point de réagir pour son nom publication ? Si ce n’est l’implication d’une partie de ce pouvoir dans des agissements pas très clairs ou une sorte de chantage à l’accès comme c’est la tradition chez les gardiens de parking sauvages propulsés dirigeants par les égarements de l’histoire.

    2- Pourquoi Le ministre de l’intérieur s’est substitué au ministre des affaires étrangères pour discuter avec ce diplomate de cette scabreuse affaire, et ridicule demande, si sa personne ou un groupe proche de lui ou du reste de la Smala de l’émir du moment n’était pas la cible désignée du livre en question ? et le terme anxieux se passe de tout commentaire sur sa teneur.

    3- Le passage directement aux deux frères du président en rebondissant sur ce fameux livre blanc peut sous-entendre qu’entre autres joyeux drilles les deux frères en question devaient être les vedettes de cette pièce qui rappelle une comédie de Molière.

    4- En précisant que les ambassadeurs à Alger ne pensent pas que le Président est touche lui-même par la corruption, on atteint un sommet d’hypocrisie politique dans la mesure où les deux frères en question ne vivaient pas en Chine mais tout près de leur frère surtout le célèbre Saïd.

    Étant éventuellement le seul Ambassadeur étranger à recueillir les angoisses du ministre de l’intérieur d’un état souverain du moins en apparence, et à propos de doléances écrites par des personnes qui n’ont aucun privilège économique particulier sur l’Algérie toujours en apparence, cette Histoire rappelle celle du consul Duval et des frères Bakri, mais avec des corsaires autrement moins fiers qu’en 1830, la France ayant entre temps acquis des positions qu’elle n’avait pas à cette époque, elle n’a donc plus besoin de monter une expédition chez les barbaresques un chiffon avec des noms et des montants éventuellement suffisant à les mettre au pas. Le consul est entre temps devenu un proconsul. La deuxième partie du télégramme est plus éloquente encore. Il y affiche la position de la France sur un conflit qui opposerait à cette époque le Président toujours au même personnage demiurge le chef du DRS, seul service au monde à s’illustrer par cette forme de pratique du pouvoir en deuxième main(Encore une invention algérienne à breveter), position par laquelle La France affiche sa préférence pour Bouteflika dont l’état de santé sur lequel ils sont certainement plus renseignés que nous et même que ses adversaires, étant ses soigneurs attitrés s’est amélioré et lui permet de tenir encore plusieurs années. Par la même occasion il soupçonne le DRS d’être la sortie de Cherif Abbes en l’encourageant à attaquer Sarkozy, pour faire avorter la visite de ce dernier à Alger, ce qui s’est fait quand même. Là aussi ce monsieur s’illustre en positionnant un ministre du gouvernement Algérien et des Moudjahidines de surcroit dans le rôle d’un protégé si ce n’est d’un manipulé du DRS, qui n’aurait pas fait sa déclaration sans cela, et à seule fin de nuire aux relations Sarkozy- Bouteflika, car à ce stade on ne peut plus parler d’Algérie vu le nombre de personnages qui se tirent dans les pattes, et l’intrusion de la France comme Arbitre et en force, ce qui explique maintenant l’arrogance de Kouchner à Tipaza, quand on lui a parlé de Cherif Abbes, et sa réponse méprisable et méprisante en présence de Zerhouni, celui du livre blanc du chapitre précèdent, comme dirait le grand Ibn Rochd, avec la cause cesse l’étonnement. « إذا حظر السبب بطل العجب ».

    Donc la France peut choisir son favori en Algérie, exclure un ministre d’une cérémonie d’accueil et même l’humilier, et soupçonner le DRS de l’avoir encouragé à émettre une opinion chez lui, même si elle n’était pas très futée cette opinion, et avoir gain de cause sur toute la ligne. La question qui taraude l’esprit est : est ce que les gens du clan d’en face étaient au courant de cette histoire de livre et jusqu’à quelle mesure ils l’ont exploitée s’ils étaient au courant, alors que la suite des évènements à ce jour ne donne pas l’impression que ce soit le cas, à moins que tout le monde était embarqué dans la même galère.
    Aegis (à suivre)

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    ya zimbalist
    le gouverneur bouteflika ( dom-tom) ne va pas etre content de tes publications lui un ancien moudjahed ( AEK el mali) reduit à un suppletif grace à ton article. non! non! non! fermons nos yeux et disons qu'il est président d'une republique souveraine ( c'est un tout petit mensonge pas méchant qui nous fera croire que nous sommes indépendants)

  4. #4
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    novembre 2009
    Messages
    1 596

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    ya zimbalist
    le gouverneur bouteflika ( dom-tom) ne va pas etre content de tes publications lui un ancien moudjahed ( AEK el mali) reduit à un suppletif grace à ton article. non! non! non! fermons nos yeux et disons qu'il est président d'une republique souveraine ( c'est un tout petit mensonge pas méchant qui nous fera croire que nous sommes indépendants)
    On ne retrouve pas ses fondements en un jour. L'Histoire punit de façon implacable les menteurs.

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par cimode Voir le message
    On ne retrouve pas ses fondements en un jour. L'Histoire punit de façon implacable les menteurs.
    l'histoire ne va rien punir c'est khalida la copine de boutef qui fait l'histoire ( dernieres lois votées)

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de kheddaoui
    Date d'inscription
    novembre 2009
    Messages
    113

    Par défaut

    «Le Réveillon», une fête en voie de disparition ?
    par Ziad Salah

    A la veille de la nouvelle année, rien à Oran n'indique que 2011 est sur les portes. Aucun indice signalant que la ville, à l'instar des autres cités du monde, va recevoir le nouveau venu avec joie et liesse.

    Les pâtisseries du centre-ville, à quelques exceptions, n'ont pas vu utile de confectionner la fameuse bûche symbole des fêtes de fin d'année. Les magasins des rues commerçantes n'ont fourni aucun effort pour embellir leurs devantures. Cette année, même les jeunes qui proposaient des cartes de vœux, tout au long des arcades, ont disparu. La tradition de la fête du réveillon, qui n'a aucune connotation religieuse, est bel et bien en voie de disparition à Oran. Du moins, elle perd chaque année davantage de terrain. Toute une génération de collégiens, dont certains sont issus de couples soixante-huitards, n'ont jamais eu l'occasion de célébrer cette fête. D'autres, plus âgés, y renoncent, chacun en avançant une raison qui lui est propre. Yacine, jeune médecin, préfère rester chez lui en famille. Par manque de veine, ses amis les plus proches seront de garde la nuit du 31 décembre. Donc, cette année, pas de réveillon pour lui, ce qui ne le dérange pas outre mesure.

    Même les offres de réveillon se font d'une manière très timide cette année. Deux ou trois hôtels de tout le réseau hôtelier ont fait une annonce dans ce sens. L'un en accrochant des affiches sur une ruelle très empruntée et l'autre en recourant à l'annonce dans un journal. Un de ces établissements prend même le soin d'afficher le prix, …qui n'est pas très persuasif. Sinon, une salle de fête, tente sa chance cette année, en organisant le réveillon.

    Elle mobilise une brochette de jeunes chanteurs de raï pour attirer la foule. Mais, la tiédeur de ces annonces attirent beaucoup plus que l'annonce elle-même. Ce qui suppose que ce marché (de la fête en tant que produit) ne représente rien pour les hôteliers et les restaurateurs. Interrogé, un professionnel du tourisme, ne trouvera presque rien à dire sur le sujet.

    De son côté, le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales a affirmé hier qu'aucune mesure n'a été décidée pour restreindre une quelconque activité à l'occasion de la nouvelle année 2011. Le ministère «tient à assurer qu'aucune mesure n'a été dictée en vue de restreindre une quelconque activité», indique un communiqué du ministère, qui rappelle que les services de sécurité «sont mobilisés en vue d'assurer la sécurité et la quiétude des citoyens, au quotidien et à toute occasion».

    Dans ce contexte, le ministère a démenti «fermement et énergiquement» l'information «erronée, grotesque et mensongère» rapportée par un quotidien national dans son édition de mardi selon laquelle il aurait adressé à ses services une «instruction faisant obligation aux établissements servant les boissons alcoolisées et non alcoolisées de fermer à 20h00, la veille de la nouvelle année, et interdisant aux citoyens fréquentant ces établissements de sortir au-delà de 20h00».

    Néanmoins, il reste une question qui semble ne pas avoir été prise en compte, celle concernant l'obligation faite à ce genre de commerces de fermer le vendredi, sans aucune exception. Mais puisque le 31 décembre coïncide avec un vendredi, l'ouverture de ces commerces sera-t-elle tolérée ?

    En tous les cas, la seule chose palpable à Oran, pour l'instant, comme dans les autres grandes villes du pays est la circulation automobile infernale qui y prévaut, plus que de coutume. Signe de préparatifs de fêtes ou simplement à cause des travaux du tramway d'Oran, ou encore en raison des vacances scolaires, qui peut vraiment le dire ? Mais la fête est ailleurs, semble-t-il.

    En effet, on nous apprendra que beaucoup de personnes se sont dirigés vers la Tunisie et le Maroc, spécialement pour passer les fêtes du nouvel an. Parlant de la Tunisie qui a investi dans le tourisme balnéaire, on nous explique que ses prix défient toute concurrence parce qu'actuellement les côtes tunisiennes sont horriblement désertes. Une autre tendance se dessine de plus en plus. C'est celle d'un réseau de villes algériennes du sud telle que Taghit, Béni Abbès, Timimoun … Malheureusement, ces petites villes ne disposent pas de capacités d'accueil. « A Taghit, il y a un seul hôtel de soixante lits ». On nous indique que de plus en plus de familles de cette palmeraie louent leurs demeures durant les périodes estivales, hivernales et printanières. Circonscrite dans le temps, la formule ne peut pas apporter la réponse à une demande de plus en plus grandissante de découverte du Sud et de quête d'originalité, nous confie un professionnel du tourisme.

    Ainsi donc, en l'absence d'un marché bien structuré, ceux qui tiennent encore à cette fête se débrouillent comme ils peuvent en fonction de leurs moyens. Mais pour fuir le regard inquisiteur du voisin, on préfère aller loin. Et pour le moment, le Sahara, où il fait bon la journée, est une destination très prisée. Mais pour la majorité des Algériens, on ne déroge pas aux soirées devant la télé. Dans le meilleur des cas, en améliorant le menu ordinaire d'un gâteau ou de fruits. Même les conditions économiques incitent à ne pas trop s'attarder sur une fête qui réfère à une autre religion…



    on souhaite que l annee prochaine on ne prononcera meme pas le mot

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de romance
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    4 765

    Par défaut

    je ne pense pas que le nouvel an a une connotation religieuse par contre l hegire oui

    le nouvel an occidental doit rester a la libre envie de chacun s ils veulent le feter qu ils le fassent et l etat ne doit pas interferer la dessus c est banal cette fete


    maintenant quant au tourisme c est vrai qu il y a du boulot a faire s il l on veut remplacer l apres petrole !
    ma contribution est modique mais mon soutien est sincere


    laha rijaalouha wa nissaouha wachababiha, Notre pays est libre, indépendant,


    bismi allah bdit wa3la nâabi sallit :

    أرفت أبريقـي وترضيــت وربـي أعطــانـي ماتمنــيت

    Arfet abriki wa atwaddit ou rabbi aâtanni ma atmanit

    J'ai fais ma prière et le bon dieu m’a donné tout ce dont j’ai espéré

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de kader95
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 896

    Par défaut

    kheddaoui, en France aussi de nombreuses personnes ne vont pas fêter le nouvelle An, cela ne touche pas que l'Algérie dont la ville d'Oran. Je vie en France et rien que dans mon entourage très peu de personnes vont fêter l'arrivée de la nouvelle année, non pas du point de vue religieux où non, mais l'économie et le moral n'est pas au rendez-vous. De nombreux restaurants où de particuliers qui organise la soirée voient que les gens ne ce pressent pas pour réserver des places ce qui est alarment pour eux qui compte sur cette soirée pour ce faire un peu d'argent. Donc ce qui ce passe en France, ce passe aussi en Algérie, ma ville d'Oran subit les même revers.
    L'obligation de la fermeture des magasins le vendredi est égal à quelque exceptions près en France, en Allemagne où en Belgique à la fermeture des magasins le dimanche où est pour toi le problème, quelles allusions veux tu faire, la religion? La fermeture d'un magasin la veille du jour de l'An en Algérie qui tombe un vendredi n'est pas un sujet important, tout comme l'achat où non de la bûche pour ce jour, le plus important c'est que de nombreux algériens et algériens ont d'autres priorités que de fêter où non le nouvelle An, non pas du point de vue religieux mais économique. Si tu vie en Algérie et notamment à Oran, tu remarquera qu'au moment des fêtes religieuses où non les commerçants triples les prix voir plus, donc les gens ne veulent plus dépenser leurs agents pour rien et pour ceux qui peuvent ce le permettre vont en Tunisie où au Maroc où comme tu la si bien écrit les prix sont largement abordables même pour les plus démunies.
    Pour ce qui est de la circulation à Oran, je ne c'est pas si tu y vie , mais j'ai toujours connu Oran avec une circulation impossible tout au long de l'année et en été c'est encore pire à tel point que les oranais fuient la ville. Les travaux du tramway et des futur tronçons de routes et de l'autoroute et des constructions augmente les embouteillages dans les rue d'Oran. De plus Oran n'est pas la seul ville qui subi les problèmes de circulations en Algérie, le nombre de véhicules qui circule en Algérie à était multiplier par cinq en moins de six ce que peu de pays dans le monde peu ce venter et les infrastructures non pas évoluer aussi vite que les ventes de véhicules.
    Il est vrai que l'Algérie à un sérieux retard dans le tourisme et manque d'infrastructures hôtelières et balnéaires, le peu d'infrastructure ne répond pas aux attentes et à la demande des algériens. Un plan de construction est en cours avec l'aide d'associer suisse qui apporte leurs savoirs et leurs argents, aussi sur les côtes que dans le sud, mais il ne faut pas faire n'importe quoi. Un développement des infrastructures hôtelières et balnéaires ne ce fait pas à n'importe quel prix, les cas du Maroc et de la Tunisie en sont les preuves flagrantes où de nombreux hôtels et centres balnéaires sont vides et dans certains cas sont à n'abondons et les tourismes algériens sont les bienvenues et sont la solution miracle.
    Dernière modification par kader95 ; 05/01/2011 à 15h10.

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par romance Voir le message
    je ne pense pas que le nouvel an a une connotation religieuse par contre l hegire oui

    le nouvel an occidental doit rester a la libre envie de chacun s ils veulent le feter qu ils le fassent et l etat ne doit pas interferer la dessus c est banal cette fete


    maintenant quant au tourisme c est vrai qu il y a du boulot a faire s il l on veut remplacer l apres petrole !
    le nouvel an a une connotation religieuse chere amie une simple recherche '' janus '' ''origine du 1er janvier ''renseigne celui qui veut savoir l'origine de cette fete qui reste une fete paeinne loin de nos traditions

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Janus_%28mythologie%29
    Janus est une divinité romaine qui préside aux commencements et aux passages. Dieu de premier rang dans la hiérarchie romaine (diuum deus), il a le privilège d'être invoqué avant toutes les autres divinités. En tant que dieu introducteur il est avec Portunus un « dieu des portes » qui préside à l'ouverture de l’année et à la saison de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix).

    Le mois de janvier (januarius), auquel le roi Numa donna son nom, lui était consacré.



    http://forum.ouedkniss.com/index.php...=1&#entry28791
    Dernière modification par bel1000 ; 05/01/2011 à 10h27.

Discussions similaires

  1. Le Liban toujours colonisé par l'impérialisme
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/01/2010, 19h17
  2. Les Allemands de l'Est préfèrent toujours la RDA
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 6
    Dernier message: 07/01/2010, 22h30
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 17/12/2009, 20h11
  4. Réponses: 3
    Dernier message: 09/12/2009, 21h06
  5. oublié ou est-il toujours présent??
    Par Sabrina dans le forum Le Café
    Réponses: 20
    Dernier message: 19/10/2008, 00h14

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •