28 personnes habitant dans la même cité et qui ont bu la même eau ont été admises en urgence à l’hôpital d’El Eulma. Ces personnes se plaignent pour la plupart de douleurs abdominales, de maux de tête et de vomissements. Les services de la prévention ont procédé aux analyses de l’eau incriminée qui s’est avérée polluée par des rats morts et en état avancé de décomposition.



* De dangereux développements ont suivi la rapide prolifération de germes trouvées dans les eaux de la ville d’El Eulma, et qui a un effet ravageur sur la population locale, avec un premier bilan déjà très lourd : 3 pesonnes sont déjà mortes et 28 autres sont sous les soins intensifs. Après un premier décès, ce fut l’émoi et la consternation dans la ville d’El Eulma avec le nouveau décès, avant-hier au CHU de Sétif, d’une femme âgée de 52 ans, hospitalisée en urgence avec son fils après avoir consommé une eau polluée provenant d’un puits situé dans la mosquée Okba Ibn Nafaâ
* Aussi, on affirme que 28 personnes habitant dans la même cité et qui ont bu la même eau ont été admises en urgence à l’hôpital d’El Eulma. Ces personnes se plaignent pour la plupart de douleurs abdominales, de maux de tête et de vomissements. Les services de la prévention ont procédé aux analyses de l’eau incriminée qui s’est avérée polluée par des rats morts et en état avancé de décomposition. Des médecins locaux avaient les premiers évoqué la possibilité d’une contamination par les germes de la typhoïde, puis après analyses, ces craintes furent écartées. Pour d’autres sources, il s’agit de la leptospirose, une maladie très grave provoquée par des microbes, les streptocoques, provenant de ces animaux, qui a été finalement diagnostiquée chez tous les malades se trouvant toujours en observation à l’hôpital.
* Le puits mis en cause a été fermé, une vaste opération d’information et de sensibilisation a été engagée par les services de la prévention pour endiguer tout risque de propagation de l’épidémie