Affichage des rsultats 1 2 sur 2

Discussion: Algrie : La rsistance ouverte ou la clandestinit !

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    dcembre 2009
    Messages
    2 696

    Lightbulb Algrie : La rsistance ouverte ou la clandestinit !

    6 janvier 2011

    Ceux qui sont au Pouvoir, y compris les clans rcents qui ont rejoint la dynamique mortifre, finiront, si rien n’est fait pour arrter cette hcatombe, par nous prcipiter inluctablement dans le chaos. Ils ne connaissent plus de limites leur folie prdatrice. Ils dvorent tout un pays, tout cru, et compromettent de faon irrversible, si l’on n’y met un terme, l’avenir des gnrations futures.

    C’est pour cela que tous ceux qui les combattent, quels que soient leurs ancrages, doivent tre salus pour cela. Car l’Algrie est en danger de mort. Et tous ceux qui se cantonnent dans un rle de spectateurs seront accuss par l’Histoire de non assistance nation en danger.

    Il est vrai qu’une organisation comme le MAOL n’est pas trs lisible, mais il a le mrite de combattre les criminels qui mnent le pays la ruine. De faon concrte, discrte, mais d’une impressionnante efficacit.

    Et cela nous suffit pour le moment. Le choix qu’il a fait, de rester dans la clandestinit, qui nous a sembl quelque peu douteux, nous apparat aujourd’hui comme une option logique, la seule qui pouvait tre adopte.

    Il existe aujourd’hui des groupes constitus, si l’on peut dire, mme s’ils n’ont pas d’existence lgale, comme celui de l’Appel du 19 mars, de Rachad, du Cercle de l’Initiative citoyenne de Ahmed Benbitour, d’ El bina el Hadhari de Anouar Haddam et ses amis, et de nombreux autres groupuscules qui tentent de faire entendre leurs voix. En vain.

    Le Groupe de l’Appel du 19 mars a impuls une formidable initiative, en appelant la cration de Front pour le Changement National, qui regrouperait toutes les forces opposes au rgime mortifre qui tue notre nation, mais cet appel est rest lettre morte.

    Chaque groupuscule, aussi insignifiant soit-il, voulait demeurer le centre de sa propre dynamique, mme si cette dernire n’avait aucun effet sur la ralit du terrain.

    D’autres, des personnalits connues du peuple algrien, qui sont restes intgres, ou relativement intgres, malgr leur participation aux Affaires de l’Etat, tentent de faire de l’opposition soft, en usant d’un plumeau l o il faudrait un glaive.

    Et donc, cette opposition, qui est devenue une E-opposition, pour reprendre le mot d’une amie, une dynamique politique qui a su profiter de l’aubaine internet, mais sans vraiment trouver la voie de la mobilisation, pour impliquer le peuple dans une vritable action de rsistance, continue de dployer des montagnes de bonne volont, mais sans vrai rsultat.

    Elle a bien du mrite nanmoins, et les hommes et les femmes qui y activent sont souvent des gens qui sacrifient le plus clair de leur temps, leur argent, et mme leur tranquillit, mritent le respect du peuple algrien, et sa reconnaissance.

    *Mais leur action reste vaine pour l’instant.*

    Hormis celle du MAOL dont le travail inlassable en direction des officiers de l’arme algrienne commence porter ses fruits, puisque nous apprenons aujourd’hui qu’un vent de fronde souffle au coeur de l’ANP, que des officiers d’honneur et de devoir refusent de voir leur pays aller la drive, sans rien faire pour en redresser le cap.

    Nous savons aujourd’hui, avec certitude, que le travail des officiers libres, assidu, laborieux et sans tapage, a plant au coeur mme de la bte, une banderille de rsistance. Ce ne sont plus des centaines d’officiers et de sous-officiers seulement qui attendent le moment de reprendre le commandement des mains de ceux qui ont men notre pays la catastrophe, mais des dizaines de milliers, y compris parmi les hommes de troupe. Les mthodes Tartag n’y peuvent plus rien. Grce au MAOL, le vent a tourn, et Tartag ne dort plus.

    Le rgime le sait, et c’est pour cela qu’il a resserr ses rangs, et mis fin aux luttes de clans qui le secouaient il y a seulement quelques semaines. C’est pour cela que Toufik, le Dieu du pays, comme il l’a lui mme dit en public, et Bouteflika, qui ne voulait pas tre un de prsident, sont devenus des allis objectifs. Des allis contre le peuple.

    Le rgime sait que l’arme algrienne n’est plus cette soldatesque docile qui ne sait qu’obir, quels que soient les ordres qu’on lui donne, y compris celui de massacrer des populations innocentes.

    Une prise de conscience se dveloppe au sein de notre arme. Le Maol a fait un travail remarquable. Nous savons dsormais, et le rgime aussi, que l’arme algrienne, malgr la propagande psychologique qui y est mene par les services du DRS, ceux l mme qui ont assassin des centaines d’officiers, sous la torture, pour jeter l’effroi au sein de toute l’arme, ce rgime sait dsormais qu’un phnomne de grande ampleur a transform l’tat d’esprit de nos soldats et de nos officiers.

    La mthode Tartag est prime, dsormais.

    L’Arme est prte se ranger du ct du peuple, contre le rgime odieux et criminel qui continue de mener le pays sa perte.

    Mais le problme demeurera entier, tant que l’opposition algrienne ne fera pas la preuve de sa maturit et de sa capacit jouer le rle historique que la nation toute entire attend d’elle : S’unir, constituer un Front, pour mener la bataille politique qui doit permettre de chasser le rgime.

    Cette bataille dcisive ne peut tre que pacifique.

    Le peuple algrien doit viter la confrontation arme qui deviendrait un pige pour les Officiers libres qui attendent l’heure d’intervenir. Et ceci pour deux raisons fondamentales :

    La premire est que le pouvoir doit tre pris par des forces civiles, et non par l’arme.

    Le rle de l’arme sera rpublicain ou ne sera pas.

    Il doit consister exclusivement remettre le pouvoir entre les mains d’un comit de Salut Public dsign dmocratiquement par toutes les tendances politiques de l’opposition algrienne.

    La seconde est que la contestation ne doit pas tre l’occasion pour des provocateurs du rgime de mettre la scurit publique en danger, comme cela s’est produit plusieurs reprises dans un prsent rcent, et qui a contraint l’arme d’obir aux ordres de rpression.

    La seule manire de jeter bas ce rgime, et de permettre au peuple de recouvrer la pleine souverainet sur sa destine, devra tre une dsobissance civile progressive, qui puisse atteindre, en l’espace de quelques semaines, la paralysie totale du pays.

    Non seulement le rgime ne pourra plus faire fonctionner ses relais et ses forces de rpression, mais nous montrerons ainsi, au monde entier, que le peuple algrien s’est engag de faon massive et intense, pour le recouvrement de sa volont, et l’avnement d’un Etat de Droit.

    La dsobissance civile, pour tre effective et efficace, devra consister en des grves gnrales, des marches pacifiques, des Sit in dans les places publiques, et la fraternisation avec toutes les forces de scurit, pour viter que celles-ci ne soient piges par le rgime, et dresses contre le peuple.

    Mais il est ncessaire pour cela, et pour consolider le formidable travail du MAOL, que l’opposition se regroupe en Front pour le Changement National. Ce Front, constitu de toutes les mouvances politiques du pays, sans exclusive ni exclusion, sauf celles opportunistes qui continuent de soutenir le rgime, devra dsigner un comit de Salut public qui dsignera son prsident et sa structuration organique.

    Personnellement, je pense que cette action, depuis la constitution du front, jusqu’ la dsignation du Comit de Salut public, doit s’effectuer dans la clandestinit. Tous les membres de ces deux formations devront rester dans l’anonymat, sauf ceux qui vivent l’tranger, et qui deviendront les porte-parole du mouvement.

    Le Comit de Salut Public devra se prparer prendre en main la gestion du pays, aussitt que le rgime sera tomb.

    Il devra mettre en œuvre toutes les dispositions dmocratiques pour initier toutes les mesures ncessaires l’instauration d’un tat de Droit.

    Mais cela ne pourra se faire que si toute l’opposition au rgime d’Alger, structure ou non, se dcide enfin entreprendre de vritables actions, et notamment la primordiale : SE CONSTITUER EN FRONT POUR LE CHANGEMENT NATIONAL ;

    C’est maintenant ou jamais.

    Et si cette opposition, qui a beaucoup de mrite, mais qui ne parvient pas mettre de ct les ambitions personnelles ou claniques, ne se dcide pas, alors nous serons nombreux envisager une autre forme de rsistance : La rsistance et l’organisation dans la clandestinit.

    Je m’exprime ici en mon nom personnel. En tant que citoyen algrien. Et je crie tous mes compatriotes que l’Algrie est en danger de mort imminente. Et je supplie humblement tous ceux qui activent dans des groupes structurs, comme l’Appel du 19 mars ou Rachad, ou dans des Partis, comme le FFS, ou comme tous les grands Serviteurs de l’Etat, comme MM MEHRI, BENBITOUR, ou comme ces hros vivants comme D.BOUHIRED et D.BOUPACHA, ou comme ces grands intellectuels comme MM HARBI, ADDI, CHITTOUR, M.CHERIF, EL KENZ, et tant d’autres qui me pardonneront de pas les avoir cits, ou comme ces grands journalistes, comme S.GHEZALI, S.Mellah, C.AMARI, ou comme ces amis trangers mais qui aiment tant notre peuple, comme F.GEZE, J.B RIVOIRE, et tant et tant d’amis chers notre patrie, je leur demande tous, tous ceux qui se reconnaitront dans ce que je dis, d’entrer dans notre rve d’une Algrie heureuse, d’y entrer de plain pied, de nous aider le concrtiser, et de nous rejoindre dans notre marche en avant, paule contre paule, dans un mme lan de libration, vers un horizon de lumire.

    Que vienne l’heure de la Dlivrance et de la Libert

    D.BENCHENOUF
    URL de cet article 12401
    Algrie : La rsistance ouverte ou la clandestinit !
    Dernire modification par Jalal ; 07/01/2011 07h02.
    Si le peuple dcide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chane se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frre, si toi tu ne brles pas, si moi je ne brle pas, qui clairera la route ? Nazim Hikmet

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    dcembre 2009
    Messages
    2 696

    Par dfaut

    Oui un Etat Dmocratique et Social, selon les documents historiques adopts avant l'indpendance.
    Si le peuple dcide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chane se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frre, si toi tu ne brles pas, si moi je ne brle pas, qui clairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. la salle est ouverte
    Par zapp dans le forum Le Caf
    Rponses: 4
    Dernier message: 26/10/2010, 18h27
  2. Lettrte ouverte Hosni
    Par Sabrina dans le forum Actualit Algrie
    Rponses: 1
    Dernier message: 11/07/2010, 00h10
  3. La rsistance face la reddition
    Par Jalal dans le forum Actualit Internationale
    Rponses: 1
    Dernier message: 09/07/2010, 19h27
  4. Lettre ouverte aux Algriens
    Par Jalal dans le forum Littrature, Histoire et Posie
    Rponses: 1
    Dernier message: 30/01/2010, 05h46
  5. les drones US et la rsistance irakienne
    Par khadija dans le forum Support Multimdia
    Rponses: 0
    Dernier message: 28/12/2009, 22h35

Rgles de messages

  • Vous ne pouvez pas crer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des rponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pices jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •