Affichage des rsultats 1 2 sur 2

Discussion: Leons premires des meutes : qui sme le vent rcolte la tempte

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    dcembre 2009
    Messages
    2 696

    Par dfaut Leons premires des meutes : qui sme le vent rcolte la tempte

    25 annes de politiques conomiques librales, de "basculement " lconomie de march et autres" cration de climat des affaires", en fait de dmantlement systmatique des outils conomiques, fruit des dcennies de dveloppement, ont dangereusement affaibli les capacits de riposte de lEtat national, rduit une simple interface avec "les forces du march mondial" et leurs bras locaux. Tandis que les couches de no-riches engraisses dans les "niches librales", accroissent leur ponction sur la "rente ptrolire", par tous les rouages du mcanisme, le pouvoir dachat des salaris est dtruit, avec des prix inflationnistes aligns, exclusivement la hausse, sur ceux des biens et services imports, exacerbant les ingalits sociales et la pauprisation des catgories les plus exposes socialement, poussant aux meutes et au dveloppement du phnomne des harraga Le dmantlement du secteur public Alors quen 1990, on dnombrait dans le secteur industriel et des services 1,4 millions demploys, ils ne sont plus que 450 000 fin 2007. La part de la population occupe dans lindustrie a chut de 20,1% en 1987 12,6% en 2009. Entre mi 1994 et mi 2000, les secteurs du BTPH et des Services ont perdu plus de la moiti de leurs effectifs, ceux de lagriculture et de lindustrie, 43% et 18% respectivement. En 2006, lindustrie hors hydrocarbures a produit, en termes constants, pratiquement la mme valeur que celle produite vingt ans auparavant, en 1985. La part des industries manufacturires dans le produit global est tombe de 22,5% en 1984 5,3% en 2005. Durant prs de 30 ans, linvestissement public dans lindustrie a t bloqu. Selon les responsables du secteur, la part de lindustrie rgresse chaque anne de 3%. En revanche, la population occupe dans le commerce passe dans la mme priode, entre 1987 et 2009, de 8,4% 16,60%. Alors quen 1987, lemploi industriel reprsentait lquivalent de plus dune fois et demie lemploi dans la branche du commerce, en 2000, il nen constitue plus que les neuf diximes. Selon une tude du FCE rendue publique le 18/5/09, le secteur informel emploierait 1,7 million de personnes, soit 22% de la population active et, selon une dfinition plus large, il atteindrait 32% de lemploi total. Lapprovisionnement des 2/3 de la population provient du secteur informel. Les revenus annuels du secteur informel avoisinent les 6 milliards deuros, soit 17% de lensemble des revenus primaires nets des mnages algriens. Le secteur priv est dsormais majoritaire dans lactivit conomique, mais ne participe qu hauteur de 7% 8% aux contributions sociales du fait des pratiques informelles. Trois quarts des occups dans le secteur priv ne sont pas affilis la scurit sociale. Rgression sociale et prcarisation accrue La consommation par tte dhabitant a chut de 1145 dollars en 1985 968 dollars en 2007. La rpartition du revenu national a subi une profonde polarisation. Le degr de concentration saccroit considrablement lavantage des profits des patrons et barons de limport-import et des spculateurs. Selon les indicateurs de base de lUNICEF pour la priode 2000-2007, les 20% les plus riches de la population sapproprient 42% du revenu des mnages, pendant que les 40% les plus pauvres doivent se partager 18% de ce revenu. Le poids relatif des salaris permanents dans la population occupe a baiss de 22 points, chutant de 57% 35% durant cette priode, pendant que celui des salaris non permanents faisait un bond de 19%, passant de 12% 31%, et que celui des patrons gagnait prs de 4 points, slevant de 25,8% 29%. Le poids relatif des salaires dans le revenu disponible des mnages baisse une allure acclre ; il tombe de 44,8% en 2002 38,5% en 2006. En revanche, celui des patrons gagne dans la mme priode 12 points, passant de 43,4% 55,3%. Dclin programm de la sphre productive et essor du ngoce Louverture a donn un coup de fouet lessor des groupes privs algriens ou trangers, surtout dans les secteurs de lagroalimentaire et de la pharmacie, importateurs en rgle gnrale qui ont pleinement mis profit la fois la forte croissance du revenu disponible des mnages (+10%/an), et le dmantlement des entreprises publiques dans toutes ces branches : disparition de lEriad (minoteries), de lEnasucre, et de lEncg (huile et corps gras) au profit notamment de la domination de Cevital. Coupe pratiquement de lamont local, ce quon appelle abusivement industrie agro alimentaire, cest le capital priv positionn dans les crneaux trs faible valeur ajoute mais profits trs levs de laval, avec des taux dintgration de 10% ; dans la majorit des filires, les activits de transformation ne se font qu la marge. En 2009, on recensait 32.000 importateurs ; 70% des importations taient effectues par des oprateurs privs, soit prs de 31milliards de dollars sur les 40 milliards de dollars reprsentant les produits imports. Le march national des produits de 1re ncessit fait lobjet dun quasi monopole par le capital priv. Dans lagroalimentaire, ils sont 747 importateurs se partager les 8 milliards de dollars de lenveloppe dimportation, avec 11 millions de dollars pour chacun, en moyenne. Quasiment cales sur lessor des recettes devises ptrogazires, portes par la forte remonte des prix ptroliers des annes 2000-2008, les importateurs de biens de consommation prosprent, leurs profits, aussi. En six annes, la "facture" de limport-import a augment de 300% ! Nos "partenaires" doutre mer nont pas de quoi se plaindre dune telle volution qui prserve leurs profits sur les marchs acquis de lAlgrie. Pourquoi le capital tranger saventurerait-il investir dans la sphre de production industrielle et les activits gnratrices demplois qualifiants, quand les dbouchs algriens lui sont acquis sans livrer bataille depuis des dcennies. La remarquable stabilit de leurs parts de march (en valeur relative videmment), de 1978 2008, soit sur 30 bonnes annes, en tmoigne loquemment. En moyenne, 19% pour la France, 9% pour lItalie, 5% pour lEspagne, 7% pour les USA. Les entreprises franaises font 4 5 milliards deuros par an en Algrie. En somme une conomie de ngoce, irrigue par les dollars du ptrole, prolifique en importations de biens de consommations, sources de super profits de monopole, et en emplois prcaires et sous qualifis, et creuset des ingalits sociales. Sans ancrage productif national, de la mousse sans noyau, pour rsumer le tout. Le gouvernement a impos la TVA et un autre impt aux importateurs, ceux-ci les rpercutent sur les prix intgralement, sachant quils oprent dans un contexte monopoliste priv o aucun "concurrent" nessaiera de jouer la baisse des prix, en ne rpercutant pas ou en ne rpercutant quune partie de limposition. Cest aux consommateurs de payer, sachant que la majorit dentre eux proches du seuil de pauvret, ne tiendront pas le coup et se rvolteront contre les hausses et contre leur responsable qui est pour eux le gouvernement. Celui-ci sest depuis longtemps priv, lun aprs lautre, des moyens institutionnels et organisationnels dintervenir dans la rgulation de lconomie, du temps o les couches bourgeoises parasitaires qui le dominaient avaient fait converger leurs intrts, court et long terme, avec ceux du grand capital tranger. Il affiche prsent, ouvertement, le dsir de rendre les activits dimport-import moins rmunratrices et donc damener, par des pressions dordre conomique, le capital priv aller vers les branches productives, rendues, ainsi, plus rmunratrices. Pour que cette manuvre russisse, il aurait fallu quil dispose du moyen dintervenir sur le march via ses propres Entreprises, ce qui nest pas le cas. Derrire cela, il y a la question du partage de "la rente ptrolire", le capital priv ne voulant aucun prix concder le moindre % dans ce partage. Le gouvernement a pris, depuis la crise mondiale de lt 2008, une srie de mesures de sauvegarde, rectificatives de la politique dabandon librale et visant remettre la sphre productive au centre de la politique conomique, mais qui ne lui ont pas permis (encore ?) de se donner la base sociale capable de lui fournir lappui ncessaire pour se dfaire des compradores et de leurs petites mains. Le capital tranger sexprime par lentremise de ces meutes. Pour lui galement, lextorsion de la plus-value dans sa priphrie algrienne cest du non ngociable. Le gouvernement doit cder ! Et sil savise de le faire comme une manuvre tactique, on ne lche pas prise, on lattend au prochain tournant Entre lapptit vorace dune bourgeoise avide de tenir le haut du pav et la dtresse sociale qui menace de stendre une vitesse grand V, il devra choisir. Il sagit de choix tout la fois dordre conjoncturel et stratgique. Des recompositions denvergure, en ralitLEtat national est en jeu.

    El Mouhallil Alger le 07-01-2011
    Si le peuple dcide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chane se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frre, si toi tu ne brles pas, si moi je ne brle pas, qui clairera la route ? Nazim Hikmet

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    dcembre 2009
    Messages
    2 696

    Par dfaut

    "L'Etat national est en jeu", cela veut dire quoi?
    Si le peuple dcide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chane se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frre, si toi tu ne brles pas, si moi je ne brle pas, qui clairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. Leons De Vie & Moralits
    Par Radia dans le forum Le Caf
    Rponses: 1
    Dernier message: 29/10/2010, 21h22
  2. Rponses: 2
    Dernier message: 05/03/2010, 16h54
  3. quand ya tempete Quebec city resemble a a
    Par Sabrina dans le forum Le Caf
    Rponses: 2
    Dernier message: 22/12/2009, 12h36
  4. Rponses: 0
    Dernier message: 12/09/2009, 06h42
  5. Une rcolte bien huile
    Par afifar dans le forum Le Caf
    Rponses: 0
    Dernier message: 24/11/2008, 07h12

Rgles de messages

  • Vous ne pouvez pas crer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des rponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pices jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •