Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: Pour en finir avec la Francophonie

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut Pour en finir avec la Francophonie

    francais et francophonie en declin ?

    Jean VINATIER, historien
    et François XVOLT, écrivain
    Le Figaro, 8 août 2002

    Pour en finir avec la Francophonie

    Jean Vinatier et François Xvolt portent un regard acerbe sur la politique francophone actuelle et se demandent comment insuffler un désir de solidarité entre francophones

    Dans deux mois devrait se tenir le IXe Sommet de la francophonie à Beyrouth. D'emblée, une question se pose : cet ensemble composite rassemblant cinquante pays est-il utile ?

    En des termes plus crus, est-il raisonnable de demander au contribuable français de concourir au financement d'institutions aux résultats plutôt insignifiants ?

    Premier constat, l'usage général du français ou ses variantes francophones recule.

    S'il se maintient mollement an Afrique de l'Ouest, son emploi s'essouffle au Maghreb.

    Il chute en Europe de l'Est, en Asie du Sud-Est. Il est boudé par l'élite et les classes moyennes de nombreux pays, francophones, francophiles.

    D'une manière générale, les nouvelles générations légitimement préoccupées par le social - bien-être, insertion, élévation - ne se reconnaissent pas dans le français comme langue de partage, de connaissance et, de surcroît, mesurent médiocrement son utilité pour le développement de leur propre pays.

    Ainsi, les étudiants des pays francophones de l'Afrique de l'Ouest ne se trompent-ils pas : depuis l'année scolaire 2001-2002, une majorité d'entre eux opte pour les universités américaines plutôt que pour les universités françaises !

    Certes, il est toujours de bon ton de se plaindre de la concurrence supposée déloyale de l'anglais quand la vraie raison tient surtout à l'inexistence, en France, de volonté politique continue.

    Cette politique de basse marée perturbe sérieusement nos partenaires. Les Québécois ne nous comprennent plus.

    Les Africains et les Maghrébins perçoivent le déclin de notre pays.

    Quant aux Européens, pourtant favorables, ils s'amusent de l'arrêt tout récent de la Commission demandant à la France de ne plus imposer l'usage du français sur les étiquettes des produits alimentaires.

    Entre négligence et esprit d'abandon, la francophonie est le ventre mou de la politique extérieure de la France.

    D'aucuns nous opposerons que la francophonie fait son chemin. D'une langue en partage, depuis le Sommet de Hanoï en 1997, elle serait devenue le fer de lance d'une politique commune.

    Elle favoriserait, selon les attributions dévolues à l'Organisation internationale de la francophonie, la consolidation de l'Etat de droit et de la démocratie, la promotion et l'exercice des droits de l'homme, comme si ces ambitions pouvaient être du ressort d'une seule langue !

    En fait, la francophonie désespérément absente de la résolution des principaux foyers de tension au Congo, au Burundi, au Rwanda, à Madagascar ou en Côte d'Ivoire, s'est quasiment tue dans les pays francophones où l'exercice des libertés reste pour le moins symbolique.

    Qui plus est, le projet d'un espace démocratique francophone annoncé à grands renforts de manchette de journaux s'enlise dans les tiédeurs et les renoncements.


    Pourtant, l'idée est belle ! Dans l'esprit de Léopold Sédar Senghor, elle impose un espace d'échanges et de solidarité entre les hommes et les femmes aux cultures différentes.

    L'homme francophone peut être le porte-drapeau du refus des égoïsmes, des communautarismes, du repli sur soi, des diversités linguistiques...

    Dans une société multiculturelle, plus que jamais nous deviendrons le parent, le cousin, le père ou le frère de l'autre.

    Devenons donc, comme nous y invite le premier ministre, " actifs, réactifs et créatifs ", prononçons l'aggiornamento de la politique francophone de la France !

    Cessons d'abord d'instruire la francophonie comme un seul enjeu de politique extérieure.

    Comment plaider la francophonie en France quand notre pays se " ghettoïse " à un rythme accéléré ?

    Comment le Béninois, le Sénégalais, le Zaïrois ou le Marocain se fendraient-ils d'un sentiment francophone alors que son frère de sang éprouve, ici, le manque de fraternité ?

    Comment vivre la francophonie dans une France devenue forteresse au visa improbable souvent à l'endroit des plus qualifiés ?

    Si la francophonie a toujours un sens en France, il faut d'entrée de jeu décloisonner les quartiers et les cités où une population évidemment francophone se marginalise.

    Au lieu de se disperser, la francophonie gagnerait à s'appuyer sur les piliers de la langue : l'éducation et la formation.

    Dans les prochaines décennies, le point névralgique de l'équilibre Nord-Sud passera, d'une part, par le maintien de la force de travail - donc de la richesse - en Europe grâce à un flux migratoire important et, d'autre part, par le décollage économique des pays du Sud. Préparons l'avenir !

    Dès maintenant, il importe de nourrir le marché du travail en mettant en symbiose les structures de formation des pays francophones autour d'objectifs communs.

    Au final, l'étudiant en BTS à Gennevilliers, à Dakar ou Rabat se sentira partie active d'une même chaîne associant connaissance, formation, emploi et ce, par-delà les frontières.

    Compte tenu de l'ampleur de la tâche, la francophonie gagnerait à recentrer toute son énergie sur ce seul point.

    La refonte institutionnelle francophone s'annonce.

    Le couplage actuel entre l'Organisation de la francophonie dont le secrétariat est animé par M. Boutros Boutros Ghali et les dits opérateurs n'est ni engageant ni prometteur.

    Au lieu de singer l'organigramme de l'ONU, un seul organisme illustrerait le projet francophone dans les domaines vitaux de la formation, l'éducation et l'emploi.

    Pour atténuer la présence toujours envahissante des Etats, les entreprises, les organisations syndicales, les chambres professionnelles, les établissements d'enseignement technique et supérieur (universités, alliances françaises, etc.) seraient les vecteurs du projet.

    Les associations étudiantes joueraient en première ligne. Un volontariat constitué par l'ensemble des générations insufflerait au nouvel organisme la priorité d'action dans les quartiers populaires, là où la francophonie s'imprègne naturellement de l'esprit du métissage et de rencontre.

    Dépassons les Etats, développons une francophonie des nations, véritablement populaire, autour d'une politique pragmatique et réaliste.

    Si d'aventure cette idée prenait corps, la francophonie reprendrait un sens, principalement auprès des hommes, pour l'avenir, leur bien commun.


    Jean VINATIER
    François XVOLT
    Le Figaro

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de Guimi
    Date d'inscription
    août 2008
    Localisation
    Paname
    Messages
    555

    Par défaut

    On pourrait avoir ton avis. Merci.

  3. #3
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    J'attends de lire le tiens,je ne sais si tu as lu la plupart de mes commentaires,il est partout mon avis,sur tous les articles que je postes.
    J'espere que t'as pas besoin d'un dessin ?
    -----------------------------------------------------
    Citation Envoyé par Guimi Voir le message
    On pourrait avoir ton avis. Merci.

  4. #4
    l'indienne Avatar de cheyenne
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Localisation
    jewel's city
    Âge
    31
    Messages
    2 331

    Par défaut

    kredence...je constate que t'es pas tellement fan du français il faut reconnaitre une chose il nous a beaucoup aidé a nous ouvrir sur le monde les algeriens ont pu s'instaler ailleurs grace a cette langue je suis d'accord avec toi juste quand tu dis que l'anglais est plus important parce que maitriser plusieurs langues n'a jamais été un probleme au contraire...personnellement j'aimerai maitriser le maximum de langues sans distinction
    Dernière modification par cheyenne ; 20/11/2008 à 12h33.
    "The future will forget, the past will always remember"

  5. #5
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut Au Chili, le français en déclin? Video

    Au Chili, le français en déclin? Video

    http://www.youtube.com/watch?v=l1TD2XxZZ9Y

    -------------------------------------------------------------------
    Meme au Chili ou le francais avait un statut de 2eme langue etrangere,vient de se faire bouter par la langue anglaise.
    Le francais est vraiment en declin !!

  6. #6
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    10 956

    Par défaut

    Cheyenne,je crois que tu trompes de debat et de topic.

    Que je sois fan ou pas de la langue francaise ne regle pas les graves problemes linguistiques que rencontre l'Algerie !!

    Tu reduis tout ce probleme national a une affaire personnelle,au lieu de debattre de la question linguistique en Algerie,tu essaies d'esquiver et meme de diluer le fond du probleme.

    Je ne t'ai pas accuse de pro-francaise,de traitre,de harki,de rpo-colonialiste,alors discutons du theme,pas de personne.

    Je ne pense pas que la langue francaise nous aide en quoi que ce soit,je ne pense pas qu'on soit ouvert au monde,on ne l'a jamais ete !!

    Prouves-moi le contraire ??

    Tu crois naivement que c'est le francais qui a permis aux algeriens de s'installer ailleurs ??

    T'as franchement aucune idee,de ce que tu avances !!

    Comment expliques-tu la presence d'algeriens que je connais personnellement et qui sont installes au Perou,aux USA,au Japon,en Chine,en Russie ??

    C'est grace a la langue francaise peut-etre ??

    Tu dis n'importe quoi !!

    Le francais est un handicap pour le developpement de l'Algerie,il maintient l'Algerie sous monopole francais culturellement,economiquement parlant.

    Le salut de l'Algerie viendra de la langue anglaise,plus facile a apprendre que le francais,plus connu a travers le monde,plus avance technologiquement que le francais.

    Les algeriens doivent se reveiller et etudier l'anglais en priorite,il y va de notre survie economique.
    --------------------------------------------------------------------
    Citation Envoyé par cheyenne Voir le message
    kredence...je constate que t'es pas tellement fan du français il faut reconnaitre une chose il nous a beaucoup aidé a nous ouvrir sur le monde les algeriens ont pu s'instaler ailleurs grace a cette langue je suis d'accord avec toi juste quand tu dis que l'anglais est plus important parce que maitriser plusieurs langues n'a jamais été un probleme au contraire...personnellement j'aimerai maitriser le maximum de langues sans distinction

  7. #7
    l'indienne Avatar de cheyenne
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Localisation
    jewel's city
    Âge
    31
    Messages
    2 331

    Par défaut

    Citation Envoyé par kredence Voir le message
    Cheyenne,je crois que tu trompes de debat et de topic.

    Que je sois fan ou pas de la langue francaise ne regle pas les graves problemes linguistiques que rencontre l'Algerie !!

    Tu reduis tout ce probleme national a une affaire personnelle,au lieu de debattre de la question linguistique en Algerie,tu essaies d'esquiver et meme de diluer le fond du probleme.

    Je ne t'ai pas accuse de pro-francaise,de traitre,de harki,de rpo-colonialiste,alors discutons du theme,pas de personne.

    Je ne pense pas que la langue francaise nous aide en quoi que ce soit,je ne pense pas qu'on soit ouvert au monde,on ne l'a jamais ete !!

    Prouves-moi le contraire ??

    Tu crois naivement que c'est le francais qui a permis aux algeriens de s'installer ailleurs ??

    T'as franchement aucune idee,de ce que tu avances !!

    Comment expliques-tu la presence d'algeriens que je connais personnellement et qui sont installes au Perou,aux USA,au Japon,en Chine,en Russie ??

    C'est grace a la langue francaise peut-etre ??

    Tu dis n'importe quoi !!

    Le francais est un handicap pour le developpement de l'Algerie,il maintient l'Algerie sous monopole francais culturellement,economiquement parlant.

    Le salut de l'Algerie viendra de la langue anglaise,plus facile a apprendre que le francais,plus connu a travers le monde,plus avance technologiquement que le francais.

    Les algeriens doivent se reveiller et etudier l'anglais en priorite,il y va de notre survie economique.
    --------------------------------------------------------------------
    un petit peu de respect s'il te plait j'ai dit ce que je pensais ça ne veut pas dire que toi t'as tort...sois plus cool la prochaine fois
    "The future will forget, the past will always remember"

  8. #8
    Bouchi Avatar de Zemri
    Date d'inscription
    août 2008
    Messages
    1 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par cheyenne Voir le message
    un petit peu de respect s'il te plait j'ai dit ce que je pensais ça ne veut pas dire que toi t'as tort...sois plus cool la prochaine fois
    Peux être qu'elle a ses régles
    Tahia msakines

  9. #9
    l'indienne Avatar de cheyenne
    Date d'inscription
    septembre 2008
    Localisation
    jewel's city
    Âge
    31
    Messages
    2 331

    Par défaut

    Citation Envoyé par Zemri Voir le message
    Peux être qu'elle a ses régles
    alors moi je me casse de ses topics j'ai pas envie de jouer
    "The future will forget, the past will always remember"

  10. #10
    Bouchi Avatar de Zemri
    Date d'inscription
    août 2008
    Messages
    1 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par cheyenne Voir le message
    alors moi je me casse de ses topics j'ai pas envie de jouer
    Tu te rappelles ce que tu m'as dit une fois sur un topic, ne te prend pas la tête je te dis la même chose
    Tahia msakines

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •