Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: le grand Slimane Azem, légende mort en exil

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut le grand Slimane Azem, légende mort en exil

    Ce grand poete, chanteur, qu'on appelle Dda Slimane est tres connu par le commun des mortels ( au moins les mortels kabyles )

    Il chantait comme personne la douleur de l'exil, l'amour de ses racines et s'il a eu de nombreux fidèles pendant près d'un demi siècle, les jeunes génération continuent à se référer à sa voix chaude tant les sentiments qu'il évoque sont intemporels et universels.

    voici une chanson poignante où il chante son grand amour de ce pays et crie sa douleur de l'avoir quitté malgré lui sans avoir ni tué ni volé... ceux qui peuvent comprendre ce qu'il dit ne peuvent empecher leurs larmes de couler


    Tamurtiw a tin âzizen ( mon cher pays)
    Il est né en Kabylie en 1918. Petit paysan il préférait courir après les moutons de son père que de rester sagement à l'école mais vouait une passion immense à Monsieur de La Fontaine dont il apprenait les fables par coeur. Il émigra en 1937 vers la France, travailla dans les aciéries de Longwy... connut le travail obligatoire en Allemagne nazie et, libéré par les américains, revint en France à la fin de la guerre où il prit la gérance d'un petit café à Paris dans le xve : c'est là qu'il commença à chanter ses textes en public, puis à les enregistrer et sa notoriété n'a cessé de grandir tant il incarne le déchirement d'une génération d'hommes poussés à l'exil pour des raisons de survie...
    Après l'indépendance de l'Algérie, très critique à l'égard du régime algérien, il sera interdit de diffusion sur les radios algériennes et s'installera donc définitivement en France, à Moissac où il achètera une petite ferme avec le produit de son succès, plantant figuiers et oliviers... Il y mourut, il y a un peu plus de vingt ans mais ses chansons courent encore dans les rues d'Alger, de Toulouse et d'ailleurs...
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Les gens de cette trempe demeurent immortels dans l'âme du peuple et dans l'Histoire.
    Même si je ne connais pas la langue, je sais que c'est poignant ce qu'il chante : le pays, les gens qu'il a quitté, la culture, la régression tout azimut de notre patrie, la hogra, etc
    Allah yarham Slimane Azem. Merci Gré pour le partage!
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. Les jeunes algériens entre la réussite et l’exil
    Par amine_22 dans le forum Le Café
    Réponses: 23
    Dernier message: 01/12/2010, 01h02
  2. 17 février 1909 : Mort de Geronimo, naissance d’une légende
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/04/2010, 16h50
  3. Détresse de femmes algériennes en exil en Angleterre.
    Par kredence dans le forum Le Café
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/07/2009, 23h28
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 09/12/2008, 22h48
  5. Legende du coq
    Par CLEODZ dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 1
    Dernier message: 06/09/2008, 20h22

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •