Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 13

Discussion: c l'anniversaire de notre Prohpete QSSL

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Smile c l'anniversaire de notre Prohpete QSSL

    c'est bientôt elmouloud comme on dit chez nous, et en cette occasion, j'ai pensé que ça serait sympa qu'on mette dans ce sujet des choses le concernant.

    Je commence avec ces différents témoignages:

    “Ce fut très certainement un très grand homme qui forma de grands hommes… Il joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes”

    VOLTAIRE (Philosophe) – Essai sur les mœurs

    “Quiconque ayant étudié la vie et la personnalité du grand prophète d’Arabie ne peut que ressentir de la vénération pour cet éminent prophète”

    Annie BESANT (Historienne) – La vie et les enseignements de Mahomet (1) (1932)

    “Fondateur de 20 empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mahomet ! A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?”

    Alphonse de LAMARTINE (Ecrivain) – Les grands hommes de l’orient (1865)

    “Et c’est une œuvre immense, que Mahomet a accomplie, par le seul concept de l’Unique, il a soumis l’univers entier”.

    GOETHE (Philosophe) – Divan ouest oriental

    “Il était César et le Pape réunis en un seul être ; mais il était le Pape sans avoir les prétentions du Pape, et César sans avoir les légions de César : sans armée, sans garde du corps, sans palais, et sans revenu fixe ; s’il y a un homme qui a le droit de dire qu’il règne par la volonté divine, ce serait Muhammad, puisqu’il a tout le pouvoir sans en avoir les instruments ni les supports”

    Edward Gibbon et Simon Ocklay - History of the Saracen Empire

    "Après avoir analysé les personnages les plus influents de l’histoire, M. HART plaça au premier rang Mohammad : “La raison en est qu’il est le seul homme a avoir mené à bien son œuvre avec succès tant sur le plan religieux que celui de la politique”

    M. HART (astronome, mathématicien et historien) – Les 100 personnes les plus influentes de l’histoire (1981)

    “Certains lecteurs seront peut-être surpris de me voir placer Muhammad en tête des personnalités ayant exercé le plus d’influence dans le monde, et d’autres contesteront probablement mon choix. Cependant, Muhammad est le seul homme au monde qui ait réussi par excellence sur les deux plans : religieux et séculier”

    James A. Michener Islam: The Misunderstood Religion.

    “Nous pouvons discerner 3 dons importants que Mahomet a reçus. Il a été doté d’une faculté spéciale à voir l’avenir, il fut un homme d’Etat plein de sagesse et il fut un administrateur plein de tact et d’habileté. Plus on réfléchit à l’histoire de Mahomet, plus on est stupéfait devant la grandeur d’une telle oeuvre”

    W. MONTGOMERY WATT (Historien) – Mahomet à Médine (1978)

    “De mémoire d’homme, aucun nom n’aura été invoqué autant de fois, nul n’aura régné sur autant d’âmes”

    LE POINT – La vraie vie de Mahomet (1er octobre 1994)

    “Mahomet est réellement un personnage historique… Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine. Ses affections étaient sincères, son caractère, en général, porte à la bienveillance”

    Ernest RENAN (Ecrivain) – Etudes d’histoires religieuses
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    Merci pour le rappel soeurette
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    chez nous pas moyen d'oubleir cette date, on nous le rappelle avec les m7irqetts (les pétards) un mois avant!
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  4. #4
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    YA RASSOUL’ALLAH

    Assalatu wa as-salamu ‘alayk
    ‘alayka ya Rasul Allah,

    Assalatu wa as-salamu ‘alayk
    ‘alayka ya Habib Allah

    الصلاة و السلام عليك
    عليك يا رسول الله
    الصلاة و السلام عليك
    عليك يا حبيب الله

    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  5. #5
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Dernier Sermon du Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur lui)

    Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    Dernier Sermon du Messager d'Allah (paix et bénédiction d'Allah sur Lui)

    Le Messager d'Allah (paix et bénédictllahion d'Allah sur Lui) arriva à Arafa où on lui a dressé une tente dans un endroit appelé "Namira". Une fois le soleil couché, il monta sur
    sa chamelle Al-Qaçwa et quand il arriva au fond de la vallée, il fit ce
    discours:


    "O peuple! Prêtez-moi une oreille attentive, car je ne sais pas si je
    serai encore parmi vous l'an prochain.

    Alors, écoutez ce que je dis avec beaucoup d'attention et transmettez ces
    mots à ceux qui ne pouvaient être présents aujourd'hui.

    O peuple! Tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité sacrée,
    considérez aussi la vie et la propriété de tout Musulman comme sacrées.
    Rendez les biens qu'on vous a prêtés à leurs propriétaires de droit. Ne
    faites de mal à personne de façon à ce qu'on ne vous fasse pas de mal.
    Souvenez-vous qu'un jour vous rencontrerez votre Seigneur et Il vous
    demandera des comptes sur vos actions en ce monde. Allah vous a interdit
    l'usure (les intérêts). Alors, toute obligation usuraire (d'intérêts) doit
    désormais être annulée. Votre capital est à vous. Vous n'infligerez ni
    souffrirez d'aucune iniquité. Allah a jugé qu'il n'y devait pas y avoir
    d'intérêt et que tout intérêt du à Abbas Ibn 'Abda'Al Muttalib (l'oncle du
    Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur Lui)) doit être annulé.

    Tous les droits (à la vengeance) découlant des homicides de la période
    pré-islamique sont désormais annulés et les premiers que j'abolis sont
    ceux qui découlent du meurtre de Rabiah Ibn Al Harith (un proche du
    Prophète (paix et bénédiction d'Allah sur Lui)).

    O peuple! Les incroyants jouent avec le calendrier afin de rendre
    permissible ce que Allah a interdit et interdire ce que Allah a permis.
    Selon Allah, les mois sont au nombre de douze. Quatre d'entre-eux sont
    saints. Trois d'entre eux sont successifs et un survient entre les mois de
    Jumada et de Shaban

    Faites attention au Diable, pour le bien de votre religion. Il a perdu
    tout espoir de vous égarer par les grands péchés, alors faites attention
    de le suivre dans les petits péchés.

    O peuple! Il est vrai que vous avez des droits sur vos femmes, mais elles
    ont aussi des droits sur vous. Souvenez-vous que vous les avez prises
    comme femmes seulement avec la permission d'Allah et en remplissant un
    pacte avec Lui. Si elles vous restent fidèles, alors il leur revient le
    droit d'être nourries et vêtues dans la gentillesse. Traitez bien vos
    femmes et soyez gentils avec elles, car elles sont vos partenaires et vos
    assistantes dévouées. Et c'est votre droit qu'elles ne fréquentent pas
    des gens que vous n'approuvez pas, ainsi que de ne jamais être infidèles.

    O peuple! Écoutez-moi avec sincérité. Adorez Allah, accomplissez vos cinq
    prières quotidiennes, jeûnez pendant le mois du Ramadan et donnez de votre
    bien en Zakat (charité). Faites le Hajj (pèlerinage), si vous le pouvez.

    Toute l'humanité descend de Adam et Eve. Un Arabe n'est pas supérieur à un
    non-Arabe et un non-Arabe n'est pas supérieur à un Arabe. Un blanc n'est
    pas supérieur à un noir et un noir n'est pas supérieur à un blanc -
    seulement par la piété et la bonne action. Sachez que chaque Musulman est
    le frère de chaque Musulman et que les Musulmans constituent une
    fraternité. Le bien d'autrui n'est pas légitime pour un Musulman excepté
    celui que son frère lui donne de plein gré. Alors, ne vous faites pas
    d'injustice à vous-mêmes. Souvenez-vous qu'un jour vous rencontrerez Allah
    et répondrez pour vos actions en ce monde. Alors faites attention! Ne vous
    égarez pas du chemin de la piété après mon départ.

    O peuple! Aucun prophète ou messager ne viendra après moi et aucune
    nouvelle croyance ne naîtra. Raisonnez bien alors, O peuple, et comprenez
    les mots que je vous transmets.

    Je laisse derrière moi deux choses: le Coran et ma Sunna et si vous les
    suivez, vous ne vous égarerez jamais.

    Tous ceux qui écoutent devront transmettre mes paroles aux autres et les
    autres, à d'autres encore, de façon à ce que les derniers comprennent mes
    paroles encore mieux que ceux qui m'écoutent directement.

    Soit témoin, O Allah, que j'ai transmis Ton message à Ton peuple".
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    Chez lui... avec sa famille... un exemple pour beaucoup...

    L’homme véritable est celui qui fait face aux difficultés de la vie à l’extérieur avec fermeté, courage, virilité et sérénité, puis, lorsqu’il s’en retourne chez lui, dans son petit nid, son paradis privé, sa demeure loyale, il est le modèle de la joie et de la gaieté, de la courtoisie et des bonnes manières. C’est pour cela que `Umar Ibn Al-Khattâb - que Dieu l’agrée - dit : "Il faut que l’homme soit avec son épouse tel un enfant, mais lorsqu’il est fait appel à sa virilité qu’il soit présent." De plus, s’il lui arrive, à l’extérieur, de rencontrer des difficultés, qui le poussent à la colère et à l’irritation, dans son travail, dans ses rapports avec autrui ou dans la direction d’un groupe, il se doit de laisser tout cela derrière lui en franchissant le seuil de sa maison, et de rencontrer les siens avec la bonne humeur, le sourire et une fraîcheur renouvelée. Il doit agir de la sorte, quand bien même il s’y forcerait un peu à certaines occasions, car sa pauvre épouse l’a attendu pendant son absence, afin qu’il rompe sa solitude. Il ne serait donc pas seyant ni raisonnable que l’individu gâche lui-même sa vie d’un jour sur l’autre.

    Muhammad, le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, était le leader des Messagers, le Sceau des Prophètes, la meilleure créature de Dieu. Il luttait dans le Sentier de Dieu, endurait toutes sortes d’épreuves de la part de ses ennemis polythéistes et mécréants, portait sur ses épaules les soucis des gens, de la prédication et de la vie. Il donnait énormément de sa personne et répandait les lumières de sa grandeur et de sa perfection. Ensuite, lorsqu’il revenait à la pure demeure prophétique, il quittait l’uniforme de l’effort et du jihâd, endossait l’habit de l’époux tendre et généreux, du compagnon agréable à retrouver, du convive au style élégant. Parmi les créatures de Dieu, il était alors le plus noble envers les siens et le plus agréable envers ses épouses. Il tenait les plus beaux propos ; il captivait les coeurs et les esprits par sa parole. Au sein de son foyer, il feignait d’oublier son rang de Prophète, la majesté du statut de Messager ainsi que le charisme qu’il avait parmi ses Compagnons. Il aidait les siens dans les tâches ménagères, réparait les chaussures, reprisait les vêtements, colmatait les seaux, trayait la chèvre et inclinait le récipient pour que le chat puisse boire !

    Il faisait de son mieux pour égayer les siens. Par exemple, il faisait monter ses deux petits-enfants bien-aimés, Al-Hasan et Al-Husayn sur son dos pour leur faire plaisir. Il appelait les filles des Ansâr pour jouer avec `Â’ishah. Lorsqu’il voyait cette dernière jouer avec diverses petites poupées, il ne le lui reprochait pas. Au contraire, il plaisantait et la taquinait à leur sujet, cherchant de cette manière à lui manifester son amour et son intérêt pour ce qu’elle faisait. Lorsqu’elle buvait d’un récipient, il le prenait et en buvait en mettant sa bouche au même endroit qu’elle. Lorsqu’elle mangeait d’un récipient, il mangeait du même endroit ou à proximité. Il reposait sa tête sur ses genoux et pouvait même réciter le Coran alors qu’il était dans cette position - ce qui accroît l’honneur de `Â’ishah et ajoute à sa valeur. Quoi de plus naturel puisqu’il est le noble Messager, qualifié par son Seigneur de compatissant et de miséricordieux !

    De par ses nobles caractères et ses manières distinguées, il veillait à égayer et à amuser son épouse. Il ne la privait pas de liberté ni de loisir tant que cela ne transgressait ni la religion ni les bonnes manières. Aussi lorsqu’il vit, devant chez lui, un groupe d’Éthiopiens jouer de leurs sabres et faire des danses acrobatiques innocentes, il autorisa `Â’ishah à les regarder par-dessus son épaule. Au bout d’un moment, il lui dit : "N’est-ce pas assez `Â’ishah ?" Elle lui répondit : "Attends un peu !" Alors il patienta, puis, au bout d’un moment, il lui dit : "N’est-ce pas assez `Â’ishah ?" Elle lui dit de nouveau : "Attends un peu !" A la troisième reprise, elle acquiesça satisfaite et rentra chez elle !

    Le voici au début de son mariage avec `Â’ishah en train de faire une course avec elle. Svelte et agile à l’époque, elle le battit. Quelques années plus tard, il l’invita à refaire une course. Elle avait pris quelques rondeurs depuis et perdu en agilité. Elle se ceintura alors et ils tracèrent le trait de départ. La course commença et le Prophète - paix et bénédiction sur lui - la remporta. Il lui dit en riant : "Nous voilà quittes !"

    Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - ne réservait pas ces belles plaisanteries à certaines de ses épouses. Au contraire, il plaisantait avec tout le monde. Il tolérait qu’elles discutent de ses propos et qu’elles soient sujettes à l’erreur dans leur comportement. Il veillait à installer un climat de gaieté et de sérénité entre elles lorsqu’elles étaient ensemble. Un jour, sa bien-aimée `Â’ishah - qu’Allâh l’agrée - avait préparé une pâtisserie, à base de farine et de lait ou de beurre, appelée kharîzah. Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - vint, puis son épouse Sawdah Bint Zum`ah vint à son tour. `Â’ishah invita Sawdah à manger. Cette dernière répondit : "Je n’aime pas ce gâteau." `Â’ishah lui dit : "Manges-en si tu ne veux pas que je t’en maquille !" Sawdah répondit : "Je n’y goûterai pas !" Alors `Â’ishah en prit un peu dans la main et toucha le visage de Sawdah pour rire. Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - se tenait entre les deux. Il laissa passer Sawdah, qui prit un peu de pâte dans sa main et en mit un peu sur le visage de `Â’ishah. Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - rit, heureux de l’ambiance joviale qui régnait entre les membres de sa noble demeure.

    La noblesse de ses caractères et sa douceur se manifestaient dans des situations où l’on s’attendrait habituellement à la colère et à l’irritation. Un jour une petite dispute éclata entre lui et l’une de ses épouses. La colère la poussa à dire : "C’est toi qui dis être un Prophète !" Malgré la lourdeur d’un tel propos, le Messager - paix et bénédiction sur lui - se contenta d’un rire qui éteignit le feu de la colère et n’en laissa que des cendres.

    À une autre occasion, un différend éclata entre lui et Dame `Â’ishah. Ils demandèrent à Abû Bakr, son père, d’arbitrer entre eux. Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - dit à `Â’ishah : "`Â’ishah, veux-tu prendre la parole en premier, ou bien est-ce que je la prends ?" Elle lui dit : "Vas-y, mais ne dis que la vérité." Sur ce, Abû Bakr lui donna une gifle qui la fit saigner pour cette dure parole. Il lui dit : "Ô ennemie de ta propre personne, le Messager d’Allâh dirait-il autre chose que la vérité ?" Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - eut mal pour elle et s’interposa entre elle et son père et dit à ce dernier : "Nous n’avons pas fait appel à toi pour cela !" Peu de temps après, leur vie conjugale retrouva son cours harmonieux. Il n’y a rien d’étonnant dans ces manières puisque Muhammad - paix et bénédiction sur lui - est celui qui dit : "Le meilleur parmi vous est le meilleur envers son épouse et je suis le meilleur envers mon épouse." Il dit également : "Deux choses me plaisent parmi les choses de ce bas-monde : les femmes et le parfum. Et le summum de mon bonheur réside dans la prière." Souvent il invoquait Dieu lui demandant : "Seigneur, parfais mes manières comme tu as parfait mon apparence !"
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut

    merci a vous pour ces postes
    je me joins a vous en vous proposant ces quelques hadiths de notre cher prophete Mohamed (QSSL)

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Allah ne m’a point envoyé aux gens pour leur rendre la vie difficile ou pour souhaiter leur perte ; Allah m’a plutôt envoyé en tant qu’enseignant et pour rendre la vie facile aux gens. » Rapporté par Mouslim.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Enseignez, facilitez et ne compliquez pas les choses ! Annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir les gens et si l’un d’entre vous se met en colère qu’il se taise. » Rapporté par Al-Hâkim et authentifié par Albâny.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les prophètes sont frères d’un même père, leurs mères sont différentes, mais leur religion est une. » Rapporté par Boukhâry.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Le savant qui enseigne le bien aux gens et ne le met pas en pratique, est semblable à la torche qui éclaire en se brûlant. » Rapporté par Tabarâny et authentifié par Albâny.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Il y a des gens qui ouvrent les portes du bien et ferment l’accès au mal, et il y en a qui ouvrent les portes du mal et ferment l’accès au bien. Bonheur à celui à qui Allah donna les clefs des portes du bien et malheur à celui à qui il donna les clefs des portes du mal. » Rapporté par Ibn Mâjah et considéré comme bon par Albâny.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Allah ne regarde pas votre aspect, mais il regarde ce que renferme votre cœur et ce que vous accomplissez. » Rapporté par Mouslim.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Nul n’aura vraiment la foi s’il n’est pas digne de confiance, et nul n’aura vraiment la religion s’il ne respecte pas les pactes. » Rapporté par Bayhaqy et authentifié par Boukhâry.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Je plaiderai moi-même le jour de la résurrection contre celui qui opprime une personne qui a conclue un pacte (avec les musulmans), le dénigre, le contraint à faire ce qui est au-delà de ses capacités ou lui prend une chose sans son accord. » Rapporté par Abou Dawoud et authentifié par Albany.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les meilleurs amis auprès d’Allah sont ceux qui se comportent le mieux avec leurs amis, et les meilleurs voisins auprès d’Allah sont ceux qui se comportent le mieux avec leurs voisins. » Rapporté par Tirmidhy et authentifié par Albâny.

    Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Évitez les sept choses qui mènent à la perdition. » Ils dirent : « Ô Messager d’Allah ! Quelles sont-elles ? il répondit : « Donner un associé à Allah, (pratiquer ou approuver) la sorcellerie, tuer illégalement une vie qu’Allah a rendue sacrée, s’accaparer injustement les biens de l’orphelin, déserter le champ de bataille et accuser injustement (de fornication) les croyantes vertueuses insouciantes. » Rapporté par Boukhâry.

    et bonne fete du mawlid enabaoui echarif .
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    merci pour les hadiths Malak,
    dis-moi, dans le dernier ça parle de sept et je n'en lis que six...
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut Victor Hugo chante le prophète de l’Islam

    L’AN NEUF DE L’HEGIRE

    Comme s’il pressentait que son heure était proche,

    Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ;

    Il marchait en rendant aux passants leur salut ;

    On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu’il eût

    A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;

    Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,

    Se souvenant du temps qu’il était chamelier.

    Il semblait avoir vu l’Eden, l’âge de d’amour,

    Les temps antérieurs, l’ère immémoriale.

    Il avait le front haut, la joue impériale,

    Le sourcil chauve, l’œil profond et diligent,

    Le cou pareil au col d’une amphore d’argent,

    L’air d’un Noé qui sait le secret du déluge.

    Si des hommes venaient le consulter, ce juge

    Laissait l’un affirmer, l’autre rire et nier,

    Ecoutait en silence et parlait le dernier.

    Sa bouche était toujours en train d’une prière ;

    Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;

    Il s’occupait de lui-même à traire ses brebis ;

    Il s’asseyait à terre et cousait ses habits.

    Il jeûnait plus longtemps qu’autrui les jours de jeûne,

    Quoiqu’il perdît sa force et qu’il ne fût plus jeune.

    A soixante-trois ans une fièvre le prit.

    Il relut le Coran de sa main même écrit,

    Puis il remit au fils de Séid la bannière,

    En lui disant : ' Je touche à mon aube dernière.

    Il n’est pas d’autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. '

    Et son œil, voilé d’ombre, avait ce morne ennui

    D’un vieux aigle forcé d’abandonner son aire.

    Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,

    Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;

    Et l’étendard sacré se déployait au vent.

    Là, pâle, il s’écria, se tournant vers la foule ;

    ' Peuple, le jour s’éteint, l’homme passe et s’écroule ;

    La poussière et la nuit, c’est nous. Dieu seul est grand.

    Peuple je suis l’aveugle et suis l’ignorant.

    Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. '

    Un cheikh lui dit : ' o chef des vrais croyants ! le monde,

    Sitôt qu’il t’entendit, en ta parole crut ;

    Le jour où tu naquit une étoile apparut,

    Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. '

    Lui, reprit : ' Sur ma mort les Anges délibèrent ;

    L’heure arrive. Ecoutez. Si j’ai de l’un de vous

    Mal parlé, qu’il se lève, ô peuple, et devant tous

    Qu’il m’insulte et m’outrage avant que je m’échappe ;

    Si j’ai frappé quelqu’un, que celui-là me frappe. '

    Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.

    Une vieille, tondant la laine d’un mouton,

    Assise sur un seuil, lui cria : ' Dieu t’assiste ! '

    Il semblait regarder quelque vision triste,

    Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : ' voilà,

    Vous tous, je suis un mot dans la bouche d’Allah ;

    Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.

    J’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.

    Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.

    Le soleil a toujours l’aube pour précurseur.

    Jésus m’a précédé, mais il n’est pas la Cause.

    Il est né d’une Vierge aspirant une rose.

    Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,

    Je ne suis qu’un limon par les vices noirci ;

    J’ai de tous les péchés subi l’approche étrange ;

    Ma chair a plus d’affront qu’un chemin n’a de fange,

    Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;

    O vous tous, je serais bien vite dévoré

    Si dans l’obscurité du cercueil solitaire

    Chaque faute engendre un ver de terre.

    Fils, le damné renaît au fond du froid caveau

    Pour être par les vers dévoré de nouveau ;

    Toujours sa chair revit, jusqu’à ce que la peine,

    Finie ouvre à son vol l’immensité sereine.

    Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,

    Tantôt l’homme d’en haut, tantôt l’homme d’en bas,

    Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne

    Comme dans le désert le sable et la citerne ;

    Ce qui n’empêche pas que je n’aie, ô croyants !

    Tenu tête dans l’ombre au x Anges effrayants

    Qui voudraient replonger l’homme dans les ténèbres ;

    J’ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;

    Souvent, comme Jacob, j’ai la nuit, pas à pas,

    Lutté contre quelqu’un que je ne voyais pas ;

    Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ;

    Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,

    Et, comme je sentais en moi la vérité,

    Je les ai combattus, mais sans être irrité,

    Et, pendant le combat je criais : ' laissez faire !

    Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.

    Qu’ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !

    Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis

    Auraient, pour m’attaquer dans cette voie étroite,

    Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,

    Ils ne me feraient point reculer ! ' C’est ainsi

    Qu’après avoir lutté quarante ans, me voici

    Arrivé sur le bord de la tombe profonde,

    Et j’ai devant moi Allah, derrière moi le monde.

    Quant à vous qui m’avez dans l’épreuve suivi,

    Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,

    Vous avez bien souffert, mais vous verrez l’aurore.

    Après la froide nuit, vous verrez l’aube éclore ;

    Peuple, n’en doutez pas ; celui qui prodigua

    Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,

    Les perles à la mer et les astres à l’ombre,

    Peut bien donner un peu de joie à l’homme sombre. '

    Il ajouta ; ' Croyez, veillez ; courbez le front.

    Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront

    Sur le mur qui sépare Eden d’avec l’abîme,

    Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ;

    Presque personne n’est assez pur de péchés

    Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez,

    En priant, que vos corps touchent partout la terre ;

    L’enfer ne brûlera dans son fatal mystère

    Que ce qui n’aura point touché la cendre, et Dieu

    A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ;

    Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ;

    Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,

    Les chevaux sellés d’or, et, pour fuir aux sept dieux,

    Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ;

    Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,

    Habite un pavillon fait d’une perle creuse ;

    Le Gehennam attend les réprouvés ; malheur !

    Ils auront des souliers de feu dont la chaleur

    Fera bouillir leur tête ainsi qu’une chaudière.

    La face des élus sera charmante et fière. '

    Il s’arrêta donnant audience à l’espoir.

    Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :

    ' O vivants ! Je répète à tous que voici l’heure

    Où je vais me cacher dans une autre demeure ;

    Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,

    Que je sois dénoncé par ceux qui m’ont connu,

    Et que, si j’ai des torts, on me crache aux visages. '

    La foule s’écartait muette à son passage.

    Il se lava la barbe au puits d’Aboufléia.

    Un homme réclama trois drachmes, qu’il paya,

    Disant : ' Mieux vaut payer ici que dans la tombe. '

    L’œil du peuple était doux comme un œil de colombe

    En le regardant cet homme auguste, son appui ;

    Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,

    Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,

    Et passèrent la nuit couchés sur une pierre

    Le lendemain matin, voyant l’aube arriver ;

    ' Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,

    Tu vas prendre le livre et faire la prière. '

    Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;

    Il écoutait pendant qu’Aboubékre lisait,

    Et souvent à voix basse achevait le verset ;

    Et l’on pleurait pendant qu’il priait de la sorte.

    Et l’Ange de la mort vers le soir à la porte

    Apparut, demandant qu’on lui permît d’entrer.

    ' Qu’il entre. ' On vit alors son regard s’éclairer

    De la même clarté qu’au jour de sa naissance ;

    Et l’Ange lui dit : ' Dieu désire ta présence.

    - Bien ', dit-il. Un frisson sur les tempes courut,

    Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.

    Victor Hugo, le 15 janvier 1858.
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut

    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    merci pour les hadiths Malak,
    dis-moi, dans le dernier ça parle de sept et je n'en lis que six...
    je ne sais pas, mais pour la sorcellerie ; approuver ou pratiquer raHI deux en un lol.... donc ca fait 7 lol.
    serieux je ne sais pas my dear, c'est la seule possibilité que je vois la, si non il se sont trompé
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 05/01/2011, 19h58
  2. bon anniversaire medaichiro
    Par hinata-chan dans le forum Communauté Algérie Monde
    Réponses: 12
    Dernier message: 30/10/2010, 11h44
  3. Joyeux Anniversaire
    Par kredence dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/01/2010, 16h17
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 22/11/2009, 17h02
  5. bon anniversaire Fazz99
    Par djelloul dans le forum Le Café
    Réponses: 32
    Dernier message: 22/09/2008, 22h45

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •