Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Pénurie de médicaments

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de djazaire62
    Date d'inscription
    avril 2011
    Localisation
    terre
    Messages
    747

    Par défaut Pénurie de médicaments

    quand ont lis ca ici Le Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo) compte interpeller, par le biais de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre de la Santé, de la Population et de Réforme hospitalière au sujet de la “rupture de médicaments”, a-t-on appris au cours d’une rencontre de ce syndicat, tenue hier à Constantine.
    La rencontre, qui a réuni au palais de la culture Malek-Haddad, plus de 15 bureaux de wilaya du Snapo, en plus de représentants du bureau national, a consacré l’essentiel de ses travaux au problème de rupture de stocks de médicaments qui touche, selon les statistiques de ce syndicat, quelque 200 médicaments. Parmi les médicaments devenus “introuvables” figurent des produits qui “ne peuvent être substitués par d’autres”, notamment pour les malades souffrant d’hypertension artérielle, selon ce syndicat.
    à titre d’exemple, l’un de ces médicaments est “en rupture depuis 8 mois” et le second “depuis 4 ans”, a-t-on précisé, lors de ce séminaire qui a mis en exergue “les problèmes de bureaucratie” et de “vide juridique” présentés comme les causes principales de rupture de médicaments en Algérie. La rencontre a, également, débattu de l’augmentation des marges bénéficiaires des pharmaciens d’officine, une revendication majeure de cette corporation ces dernières années, de la formation continue et du bilan des activités du syndicat
    et après ont lis ca L'Algérie deuxième importateur d'armes en Afrique - Divers - Tout sur l'Algérie - page 1


    a votre avis qui es le plus important ? ou se trouve les priorités ?

  2. #2

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    d'accord et pas d'accord
    mais une question à ces pharmaciens : pourquoi boudent-ils les produits algeriens surtout ceux du secteur public comme la socothid ( les compresses de socothid sont de loin les meilleures sur le marché et pourtant on n'en trouve pas chez beaucoup de pharmaciens car ils preferent casser le public) saidal fait de bons médicaments et j'en prend tous les jours surtout de l'aspirine et pourtant les pharmaciens veulent à chaque fois me refourguer leur produit périmé ou sans effet qu'ils ramenent de france pour un prix deux à trois fois plus cher.

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de djazaire62
    Date d'inscription
    avril 2011
    Localisation
    terre
    Messages
    747

    Par défaut

    bel1000 a t'entendre l'Algérie produit des médicament, c'est limite ont a une autosuffisance c'est cela?

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par djazaire62 Voir le message
    bel1000 a t'entendre l'Algérie produit des médicament, c'est limite ont a une autosuffisance c'est cela?
    eh oui!
    l"algerie produit des médicaments dans son usine de SAIDAL de medea
    peut etre une centaine ou plus les uns sous licence d'autres non comme l'aspirine qui est du domaine publique

    voila un petit aperçu des capacités de SAIDAL ( ma tahegrouche enass )
    Le premier responsable du groupe numéro un de l’industrie pharmaceutique nationale Saidal, Ali Aoun, précisera que l’année 2007 a enregistré une première exportation de l’insuline en Afrique. « Il faut savoir que Saïdal est le seul producteur de l’insuline dans ce continent », rappellera l’orateur. Le conférencier est revenu sur le bilan et les faits marquants de l’année 2007. « Pour Saïdal, l’année 2007 aura marqué de manière évidente un saut quantitatif en termes de production et de chiffre d’affaires » en Algérie. Il y a eu la production de cent trente-cinq millions cent trente-trois mille huit cent soixante-dix-sept (135 133 877) unités vente soit une évolution dépassant l’objectif fixé et plus nettement une évolution de 10% par rapport à l’année 2006. En matière de chiffre d’affaires, le groupe a enregistré une évolution de 12%, soit 8,03 milliards de dinars comparativement à l’année écoulée.

    En outre, parmi les faits saillants qui ont marqué l’année 2007, le P-DG de Saïdal a relevé l’attribution par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (WIPO) du prix de la meilleure invention 2007 au Centre de recherche et développement (CRD) du groupe Saïdal. Pour rappel, ce brevet d’invention est le sixième du genre dont l’entreprise (Saïdal) a été lauréate.Sur ce chapitre, M. Aoun a annoncé que son entreprise a déposé dix autres demandes de brevet dans le cadre de ses activités dans l’innovation technologique et dans la recherche en Algérie. Cette année, dans le but de valoriser les ressources humaines, d’élever des niveaux de compétence et surtout de booster la recherche, le P-DG de Saïdal projette un statut scientifique pour les chercheurs de ce performant groupe pharmaceutique. « Je me suis engagé à doter dans les prochains jours le personnel scientifique et de recherche d’un statut spécifique conforme aux données modernes et universelles encadrant ce genre d’activités ».
    j'avais des doutes quant à cette mafia qui voulait casser SAIDAL avec la complicité des pharmaciens ( pas tous) eh bien cela se confirme
    Les lobbies du médicament aimeraient casser Saïdal | algérie | Algerie360.com
    Parler d’une entreprise aussi importante que Saidal n’est pas aisé.

    L’itinéraire de ce groupe pharmaceutique est assez particulier.

    Ce groupe qui a tout pour réussir et se positionner en tant que leader de l’industrie pharmaceutique nationale et du médicament générique en Algérie a été ébranlé par des actions de sabotage et des mini-crises qui ont freiné son évolution et certains de ses projets phares, dont l’usine de production de vaccins contre l’hépatite B montée en partenariat avec le laboratoire cubain, Heber Biotic.

    Prévue pour le début de 2009, l’usine n’a pas encore vu le jour. La production de ce vaccin devait satisfaire la demande nationale, de l’ordre de 5 millions de flacons, mettant ainsi fin à l’importation.

    Le méga projet concernant la création de l’usine d’insuline à Constantine a failli ne pas se concrétiser.

    Sans parler des autres projets d’investissement qui traînent. Il faut dire que le groupe pharmaceutique vit une situation de transition depuis plus d’une année, soit après le départ de l’ancien P-DG, Ali Aoun auquel succèdera Rachid Zaouani, mais en tant que directeur général intérimaire.

    Tout au long de la semaine, nous avons tenté de le contacter, en vain.

    De plus, selon un appel à candidature pour le poste de directeur général du groupe Saïdal paru dans plusieurs quotidiens, le groupe Saidal pourrait se retrouver, encore une fois, avec un autre responsable à sa tête.

    Et ces changements de direction, qui sont synonyme de changements de stratégies, sont improductifs pour le groupe.

    Outre les soubresauts l’ayant secoué ces dernières années, le débat sur une éventuelle privatisation du groupe a été intense.

    L’option «nationaliste» a finalement pris le dessus. Sans oublier les rapports tendus ayant caractérisé les relations entre Saidal et la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), l’un de ses clients et le seul organisme public habilité à approvisionner les hôpitaux en médicaments.

    En dépit des orientations du président Bouteflika encourageant la production nationale et des dernières lois sur l’interdiction d’importer les médicaments fabriqués localement, la PCH n’a pas hésité à passer des commandes pour l’importation de quantités de Tamiflu des laboratoires Roche, l’anti-viral qui était préconisé dans le traitement de la grippe aviaire, et porcine ensuite, alors que Saidal l’avait déjà produit sous le nom commercial Saïflu et constituait un stock important (un million de doses).

    S’agissant de l’insuline produite par Saidal, la PCH n’en achetait que le 1/10e, le reste étant acquis auprès des laboratoires étrangers.

    Pour rappel, l’usine d’insuline ultra moderne de Constantine, inaugurée en avril 2006, après de multiples blocages, reports et tentatives de sabordage, a été victime d’un acte de sabotage la veille même de son inauguration.

    Le président Abdelaziz Bouteflika avait, lors de l’inauguration, haussé le ton contre ceux qui ont bloqué la fabrication de l’insuline en Algérie et retardé le projet de Constantine dans le but de maintenir l’importation de ce produit vital pour les diabétiques.

    Le chef de l’Etat avait même, à cette occasion, annoncé qu’une enquête a été ouverte pour connaître les dessous de l’affaire.

    L’unité de production d’insuline de Constantine fait face à de nombreux obstacles.

    Produisant de l’insuline en flacon, avec des capacités installées de 5 millions d’unités (UV), elle limite aujourd’hui sa production à 2,7 millions d’UV seulement, à cause des entraves rencontrées lors de la phase de commercialisation.

    Malgré les prix largement concurrentiels, la PCH limitait ses commandes auprès du groupe Saidal.

    La même situation est constatée pour l’ensemble des médicaments que le groupe fabrique, dont tous les génériques importés auparavant qu’il propose à la vente 30% moins cher.

    Le groupe, qui a réussi le transfert de la technologie et du savoir-faire, est exposé à une concurrence déloyale et à des coups bas qui ont fait chuter son taux de croissance de 24% en 2007 à 8% en 2008.

    L’aboutissement des ambitieux projets d’investissement de Saidal contribuerait à n’en point douter à réduire la facture d’importation de médicaments en assurant l’indépendance du marché national en cas de rupture d’approvisionnement par les laboratoires étrangers.

    Mais, apparemment, les nombreuses réalisations de Saidal ne sont pas du goût des lobbies du médicament.

    Le marché est marqué actuellement par une concurrence impitoyable soumise à la loi de la mafia de l’import dont l’objectif est de casser les producteurs nationaux.

    Les pouvoirs publics vont-ils céder aux pressions et au monopole des barons du médicament qui veillent à la préservation de leurs intérêts et non à celui des malades ?

    Notons, qu’en 2008, les importations de médicaments ont atteint 1,8 milliard de dollars.

    La nouvelle politique nationale du médicament, qui oblige les laboratoires étrangers à investir dans la production en Algérie, et les récentes mesures interdisant l’importation des médicaments fabriqués localement devraient permettre de réduire la lourde facture.

    Un voeu pieux si l’on se réfère à la situation actuelle et au monopole des lobbies de l’importation pour qui le marché du médicament représente une véritable mine d’or.

    Amel Bouakba
    extrait

    http://www.maghrebemergent.com/entre...lot-ourdi.html

    Certains ont reçu des sms leur déconseillant de prendre du Rhumafed, d’autres ont lu sur les forums et réseaux sociaux des alertes appelant à ne pas consommer ce médicament car il y aurait danger de mort. Tout est parti d’une « erreur de conditionnement », a fini par expliquer un communiqué de Saidal, hier, la veille d’une conférence de presse du ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès, tenue ce matin. A savoir que 500 boîtes de ce médicament très consommé par les Algériens ont été malencontreusement distribuées (dans la seule wilaya de Batna) à l’intérieur desquelles les comprimés ont été emballés dans du papier aluminium destiné à un médicament pour cardiaques et portant l’appellation « Cardital ».


    Saidal atteste donc que le médicament « ne porte aucun danger pour la santé du patient » et qu’en dehors de « la feuille d’aluminium sur laquelle est imprimée Cardital, (…) tous les autres composants du produit à savoir l’étui, la vignette, la notice, le comprimé et son principe actif, concernent bien le produit Rhumafed ». Donc aux Algériens qui ont consommé le Rhumafed mal emballé et qui auront eu le temps de mourir d’angoisse faute de mourir d’empoisonnement médicamenteux, Saidal explique enfin qu’ils ont bien « consommé du Rhumafed et non un autre produit ». Aux autres Algériens qui ont peur de consommer du Rhumafed à cause de toutes les rumeurs et alertes qui ont circulé, Saidal explique que ce sont là des « tentatives de déstabilisation » menées par « des groupes d’intérêt » contre un de ses « produits phares ».
    et jusqu'à présent je ne crois pas qu'il y ai une seule victime de rhumafed ( pourtant la campagne anti saidal prétendait que si mais aucun nom ne fut cité donc khorti)
    des copains me phonerent pour me dire qu'il y avait des dizaines de morts mais pas un ne fut capable de me donner un seul nom ( pour vérification)

    donc SAIDAL produit des médicaments et cela ne plait pas à certains et surtout certaines d'aucuns connaissent les remous de cette affaire.
    Dernière modification par bel1000 ; 19/05/2011 à 18h55.

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message

    donc SAIDAL produit des médicaments et cela ne plait pas à certains et surtout certaines d'aucuns connaissent les remous de cette affaire.
    oui je vois de qui tu parles!

    personnellement, j’achète certains médicaments fabriqués par SAIDAL, et je les trouve efficaces et plus abordables. comme le diclofenac injectable.

    concernant les autres je ne peux pas m'avancer donc ça serait bien qu'on nous donne des infos ou des témoignages ainsi on pourra être plus informé!
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

Discussions similaires

  1. la nouvelle liste de médicaments non remboursables
    Par miange-midemon dans le forum Santé et Beauté
    Réponses: 0
    Dernier message: 25/12/2009, 15h48
  2. pénurie de médicaments il y a urgence
    Par Elisa dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 7
    Dernier message: 09/11/2009, 22h52
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 29/10/2009, 11h06
  4. L'exportation des médicaments algériens bloquée
    Par kredence dans le forum Economie
    Réponses: 10
    Dernier message: 07/10/2009, 01h55
  5. Medicaments :Les importateurs pointés du doigt
    Par kredence dans le forum Santé et Beauté
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/10/2009, 01h24

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •