au spectacle des camions de PDT déversésdevant les prefectures,des fruits et des legumes éparpillés par les producteurs en colère sur les routes des vacances ou des milliers de litres de lait répandus su l'asphalte,combien d'humanistes révoltés n'ont-ils pas crié "pourquoi ne pas plutôt donner tout cela au tiers-monde.
qu'ils se rassurent,les gouvernements y ont pensé.
l'aide alimentaire est aujourd'hui,25 ans aprés son démarrage officiel aux USA,une des plus rentables affaires de l'occident. 10 millions de tonnes de céréales en 1978 et la FAO entend monter à 16 MT en 1985.
la politique de l'aide alimentaire au tiers-monde est née dans les années 50 au USA,de la conjoncture d'une nécessité immédiate pressante et d'un judicieux calcul stratégique.
on immagina de créer un second marché international des céréales:des pays déficitaires,absents du marché mondial car incapables de payer en dollars,pourraient désormais acheter en monaies locales à bas prix. en 1954,la loi 480 institua ainsi "l'aide alimentaire"
les débats du congrés et le texte meme de la loi ne firent pas mystère du grand dessein qui se nicher derrière l'écoulement de stocks invendables.......d'obtenir en échange de cette aide l'accés aux matières minérales des pays aidés.
par quel miracle l'aide (donnée ou vendue à bas prix )allait-elle aider les exportations de US ?en développant de nouvelles habitudes alimentaires parmi les "aidés" et en désorganisant la production alimentaire locale