La Fédération du FLN peut être considérée comme le second souffle de la lutte de libération et sa force de frappe à l’intérieur du territoire français. Elle dut assumer la responsabilité de propager l’idéologie du Front de Libération Nationale et la faire connaître auprès des milieux d’Algériens émigrés entièrement dévoués aux messalistes, ce qui rendait d’autant plus difficile sa mission laquelle consistait à convaincre cette frange d’émigrés de la nécessité de contribuer à la réussite de la Révolution

2- Création de la Fédération du Front de Libération Nationale

La création de la Fédération du FLN en France remonte aux premiers leaders qui ont déclenché la guerre de libération et qui ont jugé nécessaire de transposer la lutte et le combat à l’intérieur du territoire français à travers la création de cellules du FLN dans l’émigration, en se concentrant essentiellement sur la France compte tenu de l’importance du soutien de la communauté algérienne émigrée à la lutte armée à l’intérieur et à l’extérieur du territoire national.
Les premiers contacts entre cette communauté et le Front de Libération Nationale ont eu lieu par le biais de Mohamed Boudiaf alias Si Tayeb qui avait appelé à la tenue d’une réunion secrète entre quelques-uns parmi les premiers militants du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques qui avaient fondé la Fédération du FLN au cours de laquelle il fut convenu la constitution du premier noyau de la Fédération.

3- Répartition de la Fédération du FLN en France

Compte tenu des missions dévolues aux militants du FLN et de l’emprise des messalistes à l’intérieur du territoire français, il apparut nécessaire de répartir les missions entre les membres de la Fédération et la Fédération du FLN fut scindée en deux sections essentielles. Cette répartition est issu de la réunion de Luxembourg en 1954 au cours de laquelle fut étudiée la situation des émigrés et située les faiblesses en évitant les affrontements avec les messalistes d’une part , ni avec les autorités françaises d’autre part.

4- Evolution historique de la Fédération du FLN en France

La Fédération du FLN en France est passée par des phases historiques caractérisées par les pressions exercées par la police coloniale sur ses membres et la surveillance imposée à leurs activités partisanes. Ce qui lui a permis , lors de l’une de ses premières étapes de découvrir la première direction et de procéder à son arrestation.
Toutefois, cette opération n’a pas empêché les membres de la Fédération de poursuivre leurs activités et d’œuvrer à l’organisation des rangs des émigrés algériens.
C’est ce qui a caractérisé les étapes historiques par lesquelles est passée la Fédération du FLN et qui sont derrière les nombreux succès enregistrés consistant en premier lieu à acquérir la confiance de la communauté émigrée, puis le soutien des français sympathisant avec la Révolution Algérienne , notamment les membres des réseaux de soutien européens.
L’objectif essentiel de cette activité consistait à faire connaître la Révolution Algérienne et sa dimension populaire à l’intérieur du territoire national et d’insister sur la nécessité de transposer ce combat à l’intérieur du territoire français, de faire assumer par la communauté algérienne émigrée ses responsabilités qui consistent à informer l’opinion publique française de la justesse de la question algérienne et ne pas tomber dans le piège des appareils du pouvoir français qui repose sur le soutien du conflit des frères ennemis.
Ce fut l’une des étapes les plus difficiles dont a souffert la Fédération et qui a poussé sa direction a adopter une méthode pacifique après 1956 qui consiste à gagner la scène française sans entrer dans des affrontements avec leurs frères les messalistes après le déplacement du mouvement messaliste en France.
Cette méthodologie de travail est apparue après la constitution de la nouvelle direction de la Fédération du FLN, sous la présidence de Omar Boudaoud entre 1957 et 1962 avec certains militants.
Cette direction a pu réaliser de grands succès en gagnant à sa cause de nombreux émigrés notamment après avoir partagé le territoire français géographiquement et régionalement. Ceci a surpris les autorités françaises dans leurs capacités à inverser le rapport de forces , à travers l’incitation des émigrés à organiser de grandes manifestations , à savoir celles du 17 octobre 1961 au cœur de la capitale française, Paris qui furent la preuve irréfutable de l’occupation de la scène française.
Ainsi la Fédération a prouvé qu’elle était capable d’unifier les rangs, de faire entendre la voix du peuple et de sa cause juste à partir de la capitale française elle-même et qu’il était de son devoir de transposer la Révolution à l’intérieur du territoire français.
C’est ce qu’a senti le Général De Gaulle qui fut contraint d’admettre le principe des négociations.

5- Les opérations commandos à l’intérieur du territoire français

Ces opérations ont démontré de façon irréfutable que le FLN pouvait sérieusement frapper la France non seulement en Algérie mais à l’intérieur de son territoire. C’était là un grand défi à travers lequel la Fédération du FLN a prouvé sa capacité à contrôler la situation à l’intérieur de la France . C’est ainsi que les opérations armées exécutées par les membres de la Fédération du FLN à l’intérieur français ont confirmé aux autorités coloniales la capacité du FLN à frapper les installations économiques et les symboles de l’oppression et de la domination.
Par conséquent, le fait de déplacer la bataille sur le sol français visait essentiellement l’ouverture d’un second front en vue d’affaiblir la puissance coloniale française et l’amener à être convaincue que l’Algérie n’était pas une terre française.