La plainte contre le DGSN inscrite à la cour d’Alger

Le porte-parole du comité des sages de la cité Bois des Pins, Abdelghani Mahenni, met ses menaces à exécution. Il a ainsi porté plainte, le 18 août, contre plusieurs hauts cadres de plusieurs institutions, dont le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN).

«Une plainte motivée et accompagnée de toutes les preuves et pièces essentielles a été déposée et inscrite auprès du procureur général de la cour d’Alger, sous le numéro 1182 17638», peut-on lire dans un communiqué signé par M. Mahenni, daté du 22 août.

Il s’agit d’une plainte pour «tentative d’assassinat sur ma personne en ma qualité de journaliste et de porte-parole du comité des sages de la cité Bois des Pins», peut-on lire dans le document.

Outre le DGSN, la plainte concerne le wali d’Alger, le chef de sûreté de daïra de Bir Mourad Raïs, le commissaire et chef de la police judicaire de la daïra de Bir Mourad Raïs, ainsi que le maire d’Hydra. «Ces individus ont ordonné, pour les uns, et exécuté, pour les autres, cette tentative d’assassinat», explique M. Mahenni. Relatant longuement, dans ce document, l’agression dont il a été victime, le porte-parole affirme avoir eu 32 points de suture à la tête, le tympan de l’oreille gauche crevé, le pied droit cassé, ainsi que de multiples plaies sur tout le corps.

«Cette tentative d’assassinat commise par ces ‘’fonctionnaires’’ dans l’exercice de leurs fonctions est extrêmement grave et révélatrice des dessous de l’affaire du ‘’parking du Bois des Pins’’, et des puissants prédateurs qui se cachent derrière ce projet illégal. Prédateurs assez puissants pour actionner les forces de police contre une population pacifique et capable de transformer des policiers de la République en vulgaires gardiens de chantier», accuse M. Mahenni. «Je vous confirme ma détermination à poursuivre, sans relâche, les individus coupables de cette tentative d’assassinat», conclut-il.

Les moudjahidate s’indignent du démenti de la DGSN :

Les moudjahidate, qui avaient apporté leur soutien aux habitants de la cité Bois des Pins, réagissent vivement aux démentis apportés par la DGSN quant aux violences perpétrées à l’encontre des citoyens. «Ce ‘’démenti’’ est l’expression de l’ignorance des événements très graves qui se sont déroulés dans cette cité», s’indignent-elles dans un communiqué, signé par Fettouma Ouzegane, Djamila Bouhired, Zoulikha Bekaddour, Louisa Ighil Ahriz ainsi que Louisa Oudarene.

D’autant plus que les moudjahidate étaient présentes, au plus fort des moments de tension, et ont, de ce fait, assisté à moult scènes de violence, d’intimidation et de répression. Les signataires promettent d’ailleurs de soutenir les habitants de ce quartier, «quoi qu’il en coûte».

Ghania Lassal