Vous refusez de mettre Saddam au même niveau que Kadhafi.

J’allais dire c’est votre droit. En fait il y a un droit qui s’impose à nous, celui de l’objectivité. Celle-ci est tributaire des données d’appréciation dont chacun peut disposer ainsi que des objectifs recherchés.
Personnellement j’admire beaucoup Saddam tout comme j’ai admiré passionnément Nasser.
Pourquoi? Parce que Saddam, comme Nasser (un peu moins quand même), comme Kadhafi combattaient pour la dignité de leurs peuples et du tiers monde en général, tiers monde soumis très souvent à l’oppression de l’Occident. C’était un combat contre les titans de l’oppression, au-dessus de leurs forces dérisoires…

Saddam et Kadhafi ont eu une progéniture parfois exécrable mais ce genre d’arbre ne doit pas cacher la forêt de réalisations et de résistance à l’impérialisme dont ils ont fait preuve. Nasser, comme Boumedienne, comme Saddam sont décédés sans dilapider ou voler leurs peuples contrairement à Pinochet ou Papa Doc et autres dirigeants véreux.. Et malgré qu’ils fussent restés longtemps, ils étaient respectés par leur nation tant ils étaient patriotes.
Stricto sensu ils étaient des dictateurs, mais dictateurs éclairés! Tout comme Bismarck ou Joseph II d’Autriche. Que dis-je! Bien plus, nettement plus, vu la petitesse des moyens dont ils disposaient et surtout le contexte postcolonial dans lequel ils baignaient.

Mais pour vous Saddam a été vite abandonné par les siens et surtout par son armée et la fameuse garde républicaine. Ce qui prouverait, croyez-vous, une désaffection irréfutable. Or cette garde était dirigée par son cousin, qui l’a simplement trahi pour 2 milliards de dollars. Rappelez-vous l’avancée des marines empruntant l’autoroute vers Bagdad, à découvert, sans précaution particulière. Saddam était convaincu de les mettre en charpie.
Peu avant d’atteindre la banlieue on a vu avec étonnement la garde républicaine faire des mouvements de déplacements inexpliqués qui ont permis d’éviter la confrontation. Et les cousin traître faisait croire à Saddam qu’il y avait des combats violents en faveur des Irakiens. Ce qui valait au ministra irakien de l’information des communiqués tonitruants. C’est ce même cousin qui donnait la position de son président aux Américains qui ont bombardé à maintes reprises les lieux de réunion de Saddam avec ses compagnons mais souvent quelques minutes après son départ inopiné.

Ces « dictateurs » ont fait des réalisations politiques et économiques disproportionnées avec les moyens qui étaient les leurs. Je ne reviendrais pas sur l’agriculture florissante de l’Irak ni sur le développement industriel et notamment en matière militaire ( exemple: avions mirage transformés en avions à géométrie variable au grand étonnement des diplomates français, en 1979). Celles de Kadhafi et de Boumedienne sont surprenantes etc.

Ces « dictateurs », dictateurs, parce que restés longtemps au pouvoir, il est vrai, dictateurs selon les normes occidentales, n’en sont pas moins des patriotes et des résistants face à l’hégémonie impérialiste. C’est pourquoi, malgré qu’il ne soit pas élus « démocratiquement », je soutiens El Assad parce que son combat est juste alors que Sarko, Cameron ou Obama, même élus, mènent un combat injuste et criminel.
Je suis sûr que l’on se comprend.

Rajwia