Le projet sera construit par la même société qui a construit le centre commercial de Bab Ezzouar à Alger.

Le Directeur général de la Société des Centres Commerciaux d’Algérie (SCCA), M. Alain Roland et la délégation qui l’accompagne, ont été reçus hier matin par le wali d’Oran, M. Abdelmalek Boudiaf. C’était à l’occasion de la présentation de la maquette du futur centre commercial et de loisirs d’Es Sénia. Un investissement dont le coût avoisinerait les 7 milliards de dinars, selon des estimations concordantes. Le terrain global est de 52.000 mètres carrés. La délégation s’est longuement entretenue avec le wali. Justement en matière d’investissement, la SCCA, une société de droit algérienne, veut apporter de l’innovation en matière d’offres de produits et de services.

Pour l’architecture du projet, celle-ci a été confiée à un bureau Espagnol dénommé «L35». Ce même bureau qui a monté, à partir de l’année 2000, les premiers centres commerciaux et de loisirs à Barcelone. Pour une partie de la construction (charpentes, ossature, armature, poutres, etc…), c’est la société de fabrication de matériaux de l’agroalimentaire et industriels (SFMAI) qui s’en chargera.

Le projet est sans pareil en Algérie. Deux tiers de ses surfaces seront consacrés à des commerces dont un supermarché sur 7.500 mètres carrés. A cela s’ajoutent 10.000 mètres carrés de loisirs avec un multiplex comprenant 10 salles de cinéma. Ce n’est pas tout. Car il est prévu aussi 100 enseignes qui occuperont 33.000 mètres carrés de surface de vente, de loisirs et de services avec deux niveaux (R+1). L’on relève aussi un parking de 4 étages, d’une capacité de 1.650 véhicules. Il est question aussi de 200 boutiques, 20 restaurants, une salle de cinéma de 400 places, un bowling de 28 pistes, 4 salles de conférence, un espace d’anniversaire et de jeux pour enfants, un oasis, etc. Seulement, pour la concrétisation de ce partenariat, il fallait l’accord des autorités. Dans cette optique, des discussions marathon ont eu lieu hier matin à l’hémicycle.

L’assistance s’est dite émerveillée à l’idée de voir ce véritable chef d’œuvre se réaliser à Es Sénia. Ceci, si l’on tient compte notamment qu’une population de 80.000 habitants est aux alentours. La région recèle aussi «un potentiel universitaire sans emploi» selon des données. Un consensus a été, finalement trouvé. Le projet pourra garantir 700 à 800 emplois directs et indirects, selon les propos du directeur de l’agence foncière, M. Khellil. Le chef de daïra d’Es Sénia, M.Belhedjazi Ghali, a d’ailleurs, insisté là dessus. De son côté, M.Roland s’est engagé à lancer les travaux le jour même de la réception du permis de construire. Il s’est dit ému par l’accueil chaleureux qui lui a été réservé ainsi qu’à sa délégation.