Alger : 305 000 vhicules par jour circulent sur un rseau prvu pour 162 000

Le casse-tte de la gestion de la circulation dans la capitale

Rouler pendant des heures pare-chocs contre pare-chocs est devenu la hantise des automobilistes algrois.

Cette situation, en plus de ce quelle reprsente comme pertes conomiques, est mme de provoquer des maladies irrversibles chez les usagers de la route (stress, hypertension, cardiopathie).

Hier matin, le ministre des Transports a runi diffrents responsables du secteur pour prsenter un dossier sur la circulation et le transport routiers dans lagglomration dAlger.

Ce qui ressort des diffrentes interventions, cest quAlger na pas t prpare faire face au flux important de vhicules qui y transitent chaque jour.

Il y a sans doute eu manque de clairvoyance et desprit danticipation sur ce volet. Il faut savoir que le rseau routier de la wilaya dAlger est long de 1 900 km, dont 230 de voies express, 312 de routes nationales et 660 de chemins de wilaya. 11 parkings et 5 000 places de stationnement sur voierie sont disponibles.

Cest largement insuffisant face laugmentation presque exponentielle du nombre de vhicules.

De 2000 2008, un accroissement de 60% est enregistr, soit plus de 475 000 vhicules.

1 280 000 vhicules sont immatriculs Alger septembre 2008. De ce fait, le trafic sur les diffrentes routes de la capitale devient un vritable casse-tte.

La circulation sur les principales artres de la wilaya a t dtaille.

Le flux de vhicules circulant sur la rocade sud (de Dar El Beda Zralda) est de 140 000 vhicules par jour, dont 35 000 transitent seulement et ne passent pas au centre-ville.

Sur celle du front de mer, on comptabilise 120 000 v/j, dont 900 destination du port dAlger.

La radiale de Oued Ouchayeh, quant elle, est traverse par 45 000 v/j, dont 40 000 de transit.

Au total, sur ces trois axes importants, plus de 305 000 vhiculent transitent par jour alors que leur capacit relle nexcde pas 162 000 v/j.

Il y a donc un excdent de 143 000 v/j.

Cest la principale raison de la dtresse circulatoire qui caractrise ces dernires annes les routes algroises (notons quaux heures de pointe, le centre-ville est submerg par 29 800 vhicules).

En plus de cette ralit difficile matriser, le responsable de la circulation au niveau du ministre dresse une srie dinsuffisances en la matire.

Discontinuit de capacit de liens de la voirie (effets entonnoirs), rapprochement des bretelles sur les voies express, difficult dinsertion des flux au niveau de certaines bretelles et jonctions de voies express, dficit en matire de stationnement (il faut entre 30 et 45 minutes pour trouver une place), mauvaise prise en charge des pitons et implantation inadquate de certains ples commerciaux.

Autant de facteurs qui compliquent la vie dun automobiliste.

Le ministre des Transports, M. Amar Tou, explique quaprs la ralisation dune tude pour lamlioration de la circulation dans lagglomration dAlger (ralise par un bureau dtudes canadien de 2004 2006),

on est au stade de ltude de faisabilit des conseils.

Aprs avoir nonc les diffrentes mesures prises en faveur de la fluidification de la circulation, une srie de recommandations est nonce.

Parmi elles, la hirarchisation du rseau routier pour assurer une uniformit de gestion (le rseau doit tre class en fonction de chaque axe routier), lidentification des carrefours les plus critiques (200 sont en tude et doivent tre emmnags au cas par cas), les goulots dtranglement et les points noirs.

Le ddoublement des RN24, 11 et 36, la ralisation des vitements des centres urbains, celle dune deuxime rocade dAlger, de parkings, de gares multimodes, lquipement de 100 carrefours en feux tricolores contre 5 actuellement, la ralisation dun centre de rgulation pour grer distance la circulation sont des projets raliss ou en cours. Mais, de laveu du ministre, cela ne peut tre efficace sans une politique efficiente de transport public.

Transport collectif : la seule vritable solution

En matire de transport collectif, plusieurs projets de grande envergure ont t mis en lumire.

Un schma de principe au rseau de transport collectif dans lagglomration dAlger a t
prsent.

Lhyper centre-ville sera desservi par le mtro, les trains de banlieue et les bus ETUSA exclusivement.

La relation entre lhyper centre-ville et la priphrie se fera par
BRT (bus de grandes capacits avec voies rserves) et trains de banlieue.

Et les priphries seront relies entre elles par bus express.

Par ailleurs, tramway, tlphriques et stations multimodes, qui feront la jonction entre diffrents transports et parkings, sont galement prvus.

Mais tous ces projets ne verront le jour que dans quelques annes, quelques mois pour les plus rapides.

Pendant ce temps, les usagers devront prendre leur mal en patience, tenter dadopter un comportement civique et nutiliser leur vhicule quen cas de besoin.

- La Tribune
http://www.latribune-online.com/national/8608.html