Page 2 sur 7 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 69

Discussion: Dhina en prison

  1. #11
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    moi aussi je n y viens que peu
    occupé avec les etudes...
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  2. #12
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    une analyse s'impose alors j'invite les membres et les invités à bien écouter ce qu'il dit
    et n'est-ce pas là les paroles d'un homme sain d'esprit , sensé, critique car il parle aussi de l'opposition qui n'est pas au top
    remarque à sa gauche des gens de toutes tendances certains connus d'autres non alors je vous laisse écouter :


  3. #13
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    voila toute l'affaire

    Mourad Dhina ne doit pas être extradé vers l’Algérie

    Algeria-Watch, 22 janvier 2012

    Mourad Dhina, membre fondateur du mouvement politique Rachad (créé en 2007) et directeur exécutif de l’organisation de défense des droits de l’homme dans les pays arabes Al-Karama, a été arrêté par la police française à l’aéroport d’Orly le 16 janvier 2012, alors qu’il devait prendre un vol à destination de Genève, où il réside depuis 1994. Il est plus que probable que cette arrestation fait suite à une demande des autorités algériennes, alarmées par les regains d’activité du mouvement Rachad en France. Le 11 janvier 2012, à l’occasion du vingtième anniversaire du putsch militaire en Algérie, un rassemblement a été organisé à son initiative devant l’ambassade algérienne.

    Mourad Dhina a été présenté le 17 janvier devant le procureur général de la Cour d'appel de Paris, qui a décidé sa mise en détention aux fins d’extradition. Il a été interpellé pour répondre à un mandat d’arrêt international délivré contre lui en septembre 2003 par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger. Il serait accusé d’appartenir à un « groupe terroriste » ayant activé à l’étranger durant les années 1997-1999, en l’occurrence en Suisse. Les autorités de ce pays, qui avaient pourtant été régulièrement saisies par le gouvernement algérien, n’ont jamais poursuivi Mourad Dhina, pour la simple raison que les faits dont il est accusé sont dénués de tout fondement.

    Docteur en physique nucléaire, diplômé du MIT, il travaillait au CERN à Genève depuis 1987 tout en enseignant à l'Ecole polytechnique de Zürich. Il résidait alors en France. En réaction au coup d’État militaire du 11 janvier 1992 et la dissolution du Front islamique du salut (FIS) en mars de la même année, M. Dhina a rejoint ce parti et militait en son sein, notamment pour protester contre son interdiction. En août 1994, lors de la rafle de militants du FIS orchestrée en France par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Charles Pasqua, sur injonction du DRS algérien, près d’une centaine d’entre eux ont été arrêtés et ont subi un traitement des plus humiliants (dix-neuf d’entre eux ont notamment été déportés illégalement vers le Burkina Faso). M. Dhina, qui n’a pu être arrêté à cette occasion, s’est alors installé en Suisse, où il a continué ses activités professionnelles et politiques.

    Fin 1994, un journal suisse publie son nom sur une liste de deux cents personnes soupçonnées d’implication dans un trafic d’armes au profit des groupes armés en Algérie. La justice suisse n’a jamais pu établir l’origine de cette liste, mais un inspecteur de la police de Genève qui l’avait transmise aux services algériens a été jugé et condamné pour espionnage par le Tribunal fédéral. Mourad Dhina, qui s’était porté partie civile au procès, a néanmoins du quitter le CERN. En 1995, Smaïl Lamari, le numéro deux du DRS, s’est déplacé personnellement vers la Suisse pour demander son extradition.

    Continuant de militer publiquement, Mourad Dhina devient responsable du bureau exécutif du FIS à l’étranger en 2002 et coorganise son congrès à l’extérieur la même année. C’est à la suite de cette rencontre que le chef du gouvernement algérien de l’époque s’est rendu en Suisse pour demander son extradition. En octobre 2004, il se retire du FIS pour co-créer trois ans plus tard Rachad, un mouvement qui regroupe des militants de tendances diverses.

    Il est évident que le harcèlement dont fait l’objet M. Dhina est en relation avec ses activités politiques. Il a toujours dénoncé fermement le rôle joué par le DRS et ses relais dans la « sale guerre » contre le peuple algérien depuis 1992, avec ses massacres et exécutions sommaires ayant fait 150 000 morts, et les disparitions forcées de 20 000 personnes ; il a refusé les mesures de « concorde civile » (en 1999) et de « réconciliation nationale » (en 2005) promues par le pouvoir pour blanchir les responsables des crimes commis pendant les années 1990. C’est cet engagement pour la vérité et la justice, qui ne tolère aucune compromission, qui lui vaut d’être considéré comme l’un des opposants à écarter.

    Il est paradoxal que le gouvernement français se fasse l’exécutant zélé de cette volonté du régime algérien, à l’heure où son ministre des Affaires étrangères, M. Alain Juppé, après les « printemps arabes », ne cesse d’affirmer la nécessité pour la France d’établir de nouveaux rapports avec les islamistes respectueux des principes démocratiques, comme c’est le cas de M. Dhina (« Je souhaite, déclarait ainsi M. Juppé en avril 2011, que [le] dialogue s’ouvre sans complexe aux courants islamiques, dès lors que [...] les règles du jeu démocratique [et] le refus de toute violence sont respectés de part et d’autre »). Mais dans le cas de l’Algérie, c’est hélas la continuité des anciennes pratiques qui semble prévaloir : ce n’est pas le Quai d’Orsay qui dicte la politique française vis-à-vis de ce régime, mais bien les services de police, en l’occurrence la DCRI, dont on sait les liens historiques avec la police politique algérienne, le DRS.

    Algeria-Watch proteste vivement contre cette arrestation arbitraire qui obéit à une injonction du DRS et rappelle qu’au moment où le général Khaled Nezzar, l’un des responsables du putsch en janvier 1992 et de la « sale guerre », est poursuivi en Suisse, en France, un militant politique qui n’a jamais recouru à la violence est menacé d’être extradé vers un pays régulièrement condamné pour ses graves violations des droits de l’homme.

  4. #14
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  5. #15
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Mourad DHINA : une détention et des interrogations.

    21/01/2012
    La LADDH exprime sa préoccupation concernant la décision de la justice française de maintenir Mr Mourad DHINA en détention en vue d’étudier une possibilité d’extradition vers l’Algérie suite à une demande exprimée par les autorités algériennes.
    Mourad DHINA, directeur exécutif de l’organisation de défense des droits de l’Homme EL KARAMA, et membre fondateur du mouvement politique d’opposition RACAHAD, a été arrêté par la police française le 16 janvier 2012, alors qu’il s’apprêtait à quitter la France pour rejoindre la Suisse , pays de sa résidence dont lequel il bénéficie du statut de refugier politique.
    La LADDH s’interroge sur le timing et l’opportunité d’une telle procédure, dans la mesure où la demande d’extradition exprimée par les autorités algériennes concerne une condamnation par contumace datant de 2003, et que Mourad DHINA a transité et a séjourné régulièrement sur le territoire français.
    La LADDH considère que l’étude de la demande d’extradition de Mourad DHINA doit prendre en compte son statut de refugier politique et sa qualité d’opposant politique qui n’a pas et ne pourra pas bénéficier d’un procès équitable en Algérie car la LADDH considère que la justice algérienne n’est pas indépendante lorsqu’il s’agit de procès de nature politique.
    La LADDH reste attentive la suite que donnera la justice française à cette affaire.
    Alger le, 21.01.2012
    Le président
    Mostefa BOUCHACHI
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  6. #16
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    en parlant du timing moins Mourad Dhina parlera et plus d'Algériens iront voter c'est tout simple car le Monsieur dérange le pouvoir à un plus haut point il est meme la bete noire car il lança meme des invitations au dirigeants Algériens à venir débattre sur la chaine Elasr car l'unique n'est qu'une officine

  7. #17
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Et si c’est un Algérien qui ait fait ça ??? L’Interpol aura un dossier de plus à traiter. Chez nous, même pour dire une vérité, on ne se moque pas du Bréziden sans être harcelé par les différents services de sécurité…

    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  8. #18
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    Le docteur Mourad Dhina, membre fondateur du Mouvement Rachad, a été interpellé aujourd’hui à midi à l’aéroport d’Orly alors qu’il se rendait à Genève. Dr Dhina, l’un des résistants de la première heure au régime putschiste d’Alger, père de six enfants, assistait à Paris à une séance du Conseil exécutif de Rachad.

    Selon nos informations cette arrestation par les autorités françaises fait suite à une demande du régime d’Alger exprimée officiellement par Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, récemment en visite en France où il a été auditionné par des parlementaires français.

    Il est à noter que le Mouvement Rachad a organisé le 11 janvier 2012 une manifestation devant l’ambassade d’Algérie à Paris, au cours de laquelle ses militants et sympathisants ont dénoncé la dictature militaire et la corruption du régime d’Alger.

    Le Mouvement Rachad condamne cette arrestation à caractère politique et appelle les autorités françaises à libérer immédiatement un militant algérien qui œuvre pacifiquement pour la liberté, la démocratie et l’Etat de droit dans son pays.

    Secrétariat de Rachad

    16 janvier 2012

    forcement bouteflika a dit '' toute vérité n'est pas bonne à dire '' dans une interview

    salam bel
    l'affaire DHINA commence à arriver partout dans les associations françaises, alors j'ai une question :
    pourquoi un homme aussi brillant ,sage, avait etait membre du fis ?
    merci pour la réponse
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  9. #19
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut

    Des ONG envoient une lettre au Premier ministre français, lancement d'une campagne en ligne
    Alkarama, 24 Janvier 2012

    Une lettre ouverte à été adressée aujourd'hui par dix ONG au Premier ministre français, M. François Fillon appelant à libérer le Dr Mourad Dhina Directeur exécutif d'Alkarama et figure emblématique de l'opposition politique algérienne, et à ne pas l'extrader vers l'Algérie où il risque d'être torturé et arbitrairement détenu.
    Le Dr Dhina a été arrêté le 16 janvier 2012 à l'aéroport d'Orly à Paris par la police française dans le cadre d'un mandat d'arrêt international délivré par les autorités algériennes en 2003 au prétexte qu'il aurait appartenu à un groupe terroriste armé actif à Zurich et en Suisse dans les années 90.
    « L'appartenance à un groupe terroriste armé du Dr Dhina est ridicule » selon M. Abbas Aroua membre du Conseil de fondation d'Alkarama, «les accusations des autorités algériennes sont infondées et sont motivées par leur volonté de réduire au silence le Dr Mourad Dhina qui ne cesse de dénoncer la corruption , l'absence de démocratie et les atteintes aux droits de l'homme commises par les autorités algériennes ».
    Parcours
    Après avoir brillamment soutenu une thèse en physique au sein de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), le Dr Dhina s'est installé en Suisse dans les années 80 pour enseigner d'abord au sein de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich avant d'intégrer le CERN à Genève pour y diriger des recherches.
    A la suite du coup d'état militaire en 1992 et la dissolution forcée du parti le Front islamique du Salut qui avait remporté les élections, le Dr Dhina décida de rejoindre ce parti en guise de protestation. En 2002, il sera élu Porte-parole du Bureau exécutif du FIS avant de démissionner en 2004.
    Depuis 2007, il est le Directeur exécutif d'Alkarama, une fondation suisse de protection et de promotion des droits de l'homme dans le monde arabe. La même année, il a contribué à la naissance de Rachad, un mouvement d'opposition politique algérien qui prône l'instauration d'un état de droit respectueux des droits civils et politiques et la bonne gouvernance dans le pays.
    Les autorités suisses ont régulièrement été sollicitées par les autorités algériennes pour extrader le Dr Dhina en l'accusant de terrorisme ce que les autorités suisses se sont toujours refusées de faire en raison de caractère politique de cette requête.
    Lettre ouverte
    Dans une lettre ouverte, Alkarama soutenue par plusieurs autres ONG françaises et internationales exhortent le Premier ministre français à rejeter la demande des autorités algériennes dans la mesure où celle-ci n'est « motivée que par la volonté de réduire au silence le Dr Dhina et neutraliser son engagement politique au sein du Mouvement Rachad et ses activités dans le domaine des droits de l'homme ». Les organisations ont également déclaré que l'extradition du Dr Dhina constituerait rait une grave violation par la France de ses obligations telles qu'elles découlent de la Convention contre la torture et la Convention européenne des droits de l'homme ».
    Depuis l'arrestation du Dr Dhina, Alkarama a reçu de très nombreux messages de solidarité et d'indignation contre sa mise en détention. Aussi, Alkarama a-t-elle décidé d'organiser le 19 janvier un « sit-in virtuel » en invitant les internautes à travers le monde à poster leur photo arborant un poster #FreeMourad sur la page d'Alkarama sur Facebook. Un grand nombre de personnes a déjà téléchargé sa photo.
    «Ce sit-in virtuel est l'expression de l'élan de solidarité en faveur du Dr Dhina et de la conviction de son innocence » selon Rachid Mesli, Directeur juridique d'Alkarama. «En effet, il va sans dire que les charges retenues contre lui sont fictives et qu'il doit immédiatement être libéré ».
    En marge du sit-in virtuel, Alkarama relayé par différents groupes de soutiens sur la toile ont lancé le site News dédié à une campagne en vue de sa libération.
    Situation actuelle
    La Cour d'appel de Paris a ordonné le 17 janvier le placement en détention du Dr Dhina en vue de sa possible extradition vers l'Algérie, les autorités algériennes disposant de 30 jours pour fournir un dossier d'extradition. 8 jours après son arrestation le Dr Dhina reste détenu à la Prison de la santé à Paris.
    Pour participer au sit-in vituel :
    1. Imprimer le poster #FreeMourad http://goo.gl/pKdgO
    2. Prendre une photo de toi et de tes amis tenant le poster
    3. Publier la photo sur la page Facebook d'Alkarama Alkarama For Human Rights | Facebook
    Pour plus d'information n'hésitez pas à contacter Michael Romig, Chargé droits de l'homme au sein d'Alkarama [email: m.romig@alkarama.org | telephone: +41765421309]
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  10. #20
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par la terre Voir le message
    salam bel
    l'affaire DHINA commence à arriver partout dans les associations françaises, alors j'ai une question :
    pourquoi un homme aussi brillant ,sage, avait etait membre du fis ?
    merci pour la réponse
    Mourad Dhina a quitté l'Algérie en 1987 pour finir ses études au MIT (doctorat en physique) apres l'arret du processeur en janvier 1992 et les deportements vers le sud il adhera au FIS par solidarité à partir de suisse ou il enseignait ( sur le plan interieur le FIS etait dissous mais sur le plan exterieur il existait toujours avec une délégation conduite par Anouar Heddam ( enseignant aussi à l'université) et beaucoup de parlementaires qui ont fui pour echapper aux deportements et à la torture.
    en 2002 cette délégation le chargea de representer le FIS il accepta puis quitta le FIS à la sortie de chouyoukhs pour divergences de vues en 2004.
    Mourad Dhina étant tres actif le pouvoir d'Alger lança contre lui un mandat en 2003 pour activités terroristes la Suisse ne tena pas compte de ce mandat car dénué de tout fondement mais habayebna ( les français contre monnaie sonnante et trébuchante on parle que la campagne de sarkozy est financée d'ici kadafi etant mort ils reprennent le flambeau)
    Mourad Dhina depuis sa sortie n'a jamais mis les pieds en Algérie il enseigne toujours en suisse puis crea Rachad mouvement politique regroupant plusieurs tendances qui prone le '' changement radical'' ( voila ce qui ne plait pas machi marionnettes) et il est directeur executif de l'Association El Karama ( droits de l'homme ) et membre de l'institut Hoggar

    dans les coulisses on parle que deux jours avant un émissaire des DRS l'a rencontré en france mais Mourad posa des conditions à savoir le changement radical pas de bricolage mais cela n'a pas plu au patron du DRS qui activa ses amis français pour mettre Mourad Dhina en prison ( plainte de 2003 la sans fondement)

    personnellement je ne connais pas Dhina sinon de réputation et j'ai pu avoir tous ces renseignements à travers les sites qui en parlent et les témoignages de ces supporters et que meme Ali Benhadj dans la derniere video du 20 janvier en parle ( qui ne l'a pas connu personnellement car en prison et qui ne se sont jamais rencontrés puisque l'un etait deja à l'etranger avant la création du FIS et l'integra apres par solidarité avec ses copains universitaires notamment Feu Aek Hachani ( elah yerahmou)

    voila toute l'histoire ( du moins ce que je sais )
    Dernière modification par bel1000 ; 25/01/2012 à 01h59.

Discussions similaires

  1. La khotba qui mene en prison
    Par personne dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 5
    Dernier message: 07/08/2011, 04h56
  2. Un an de prison....c'est veridique
    Par Radia dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 6
    Dernier message: 16/08/2010, 19h00
  3. Papa en prison
    Par kredence dans le forum Sciences
    Réponses: 13
    Dernier message: 26/01/2010, 19h33
  4. Prison Break est de retour...
    Par Desperado dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 88
    Dernier message: 21/03/2009, 23h57
  5. Le Ramadan ou la prison
    Par kredence dans le forum Le Café
    Réponses: 1
    Dernier message: 02/12/2008, 17h31

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •