L’opérateur Eepad se redéploie après un black-out total ayant duré 27 mois. D’autres mésaventures de ce genre ont été écartées par le P-DG de l’Eepad. «Des signaux forts sont lancés dans le sens d’encouragement des investisseurs à s’installer en Algérie avec des incitations fiscales et parafiscales et la prise en charge des agios», a-t-il confié.
Néanmoins, le retrait de la scène est mis à profit pour peaufiner et réorganiser l’entreprise et poursuivre sa stratégie de développement de ces produits. Le conflit opposant l’Eepad à son partenaire Algérie Télécom est en voie de connaître son épilogue. Cette brouille est qualifiée de malentendu autour des chiffres par le président-directeur général de l’Eepad, Nouar Harzallah lors de sa conférence de presse tenue au siége national de l’entreprise à Alger. S’il reconnaît en AT un partenaire privilégié en sa qualité «d’opérateur des opérateurs» en paraphrasant le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi, en revanche il est impératif qu’ «il y ait d’autres ISP et la préservation de ceux existants vu l’importance du marché en la matière», a-t-il indiqué.
«On a mis à la disposition de la chambre administrative près la cour d’Alger tous les dossiers et comptes en notre possession», a-t-il souligné, affirmant que «les experts désignés par la justice sont parvenus à déterminer le vrai montant autrement dit 2,2 milliards de dinars au lieu de 4 milliards de dinars». Par voie de conséquence, le P-DG de l’Eepad s’est montré confiant quant à l’évolution positive du conflit vers une solution satisfaisante. L’Eepad, le premier fournisseur privé d’Adsl et de téléphonie IP en Algérie, se positionne désormais comme «un fournisseur de contenu et de services à valeurs ajoutées, assurés par des compétences algériennes», selon le P-DG.
Dans cette situation kafkaïenne qui s’apparente à la réponse du berger à la bergère, le responsable de l’Eepad a anticipé avec un produit intégrant la 3G avant son lancement en Algérie qui n’interviendra qu’en juillet prochain si l’on tient compte des déclarations du ministre de tutelle.
Une carte SIM 3G est intégrée dans son produit présenté hier, une tablette graphique en haute définition Hdmi. Cet appareil présente à la fois les fonctionnalités de laptop et celle d’un support de diffusion de chaînes sur le réseau Internet.
«Un contrat d’exportation de la tablette a été déjà signé avec un opérateur tunisien, un pays qui a déjà lancé la 3G». Ce même produit «est exportable vers l’Europe et l’Afrique dont des discussions à cet effet sont en cours», a-t-il affirmé. L’Eepad, qui considère la fourniture d’accès à l’Internet comme un service secondaire, lance sa nouvelle Assila BoxII, compatible avec tous les fournisseurs de haut débit aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. Cette box est compatible également avec le Msan dans sa nouvelle génération installée par Algérie Télécom.
Ce produit conçu par une équipe d’ingénieurs et assemblé par Zala Computer offre des fonctionnalités et interfaces telles que la vidéo, on demande, le cinéma, la visualisation de chaînes TV et surtout l’enseignement à distance dans le cadre du programme Tarbiatic, destiné notamment aux candidats du Bac et du BEM. La maîtrise de cette technologie a rendu possible la mise à jour des récepteurs (Assila Box I) utilisés par les anciens abonnés de l’Eepad. «Cela leur permet d’accéder désormais à tous les bouquets de services gratuitement pour une durée de 3 mois», indique le premier responsable de l’Eepad. Eepad est la première entreprise algérienne à être agréée en tant qu’Internet Service Provider (ISP) suite à la démonopolisation de l’accès à Internet en 1999.
Spécialisée dans les nouvelles technologies, Eepad avait comme objectif au départ de pallier aux insuffisances du secteur public dans l’enseignement à distance. Pour rappel, la réduction de 50% décidée par le ministère de tutelle sur la connexion en 2009 est appliquée par les providers en direction de leurs clients sans réciprocité de la part du fournisseur. Enfin l’Eepad compte renforcer son potentiel humain dès les prochains jours et réaliser 1200 postes d’emploi avant la fin de l’année.

source: Lexpression (Mohamed BOUFATAH )