Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 19

Discussion: Mathematics & poetry

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Cool Mathematics & poetry

    Bonjour,

    Léopold Sedar Senghor a dit: "Les Mathémaqtiques sont la poesie des sciences"

    et je pense qu'il a raison! Les Mathématiques sont tres "poetiques", on y trouve des preuves d'une grande élégance!!!

    J'ai pensé qu'on pourrait mettre ici quelques extraits où les mathématiques se joignent à la poésie

    Pour commencer va suivre, une belle double parodie d'Hervé Le Tellier, inspirée par "La Cimaise et la Fraction", fable de Raymond Queneau déduite de "La Cigale et la Fourmi"

    LA CIMAISE ET LA FRACTION

    Une cimaise, seule, du haut de sa corniche,
    s'ennuyait à crever comme un chien dans sa niche.
    Pour occuper son temps, elle fait des divisions
    Et se trouve soudain devant une fraction.
    " Quel curieux animal... " s'étonne la cimaise,
    contemplant le quotient : trois divisé par treize.
    La cimaise n'est pas matheuse,
    C'est là son moindre défaut.
    " Moi j'ai pas mon bachot "
    fait-elle d'une voix boudeuse.
    " Un chiffre sur un autre, que sépare une barre,
    C'est plus que compliqué, c'est carrément bizarre...
    - Compliqué ? pas du tout, s'indigne la fraction,
    Je ne suis, à vrai dire, qu'une représentation.
    C'est tout simple, voyez : Trois est numérateur,
    Et le treize, au dessous, est dénominateur.
    D'ailleurs, sans me vanter, je suis irréductible.
    - Si vous me l'affirmez... Je ne dirai pas non.
    - Treize et trois sont premiers, insiste la fraction.
    - Euh, oui, fait la cimaise, premiers ? C'est bien possible. "
    La fraction, à ces mots, se sent encouragée.
    Elle parle théorie, évoque l'addition,
    Et le pépécéhème, et le pégécédé :
    " De façon générale, on dira p sur q...
    - Comment ? Soyez polie.
    - C'est un malentendu, voyons, dit la fraction.
    C'était une expression... Pour rester dans l'abstrait.
    - p sur q me paraît, à moi, assez concret,
    J'ai beau n'être, c'est vrai, qu'une décoration,
    J'ai du vocabulaire. Mieux, j'ai de l'instruction.
    J'entends, de ma corniche, bien des conversations,
    Personne, au grand jamais, n'y parle de fraction.
    Allez, déguerpissez, misérable invention. "
    La fraction, à ces mots, comprend qu'on la renvoie.
    Elle ouvre un large bec, et laisse tomber son trois.
    La cimaise s'en saisit, et dit : " Cher diviseur,
    sachez que tout professeur
    est ennuyeux pour celui qui l'écoute
    Cette leçon vaut bien un numérateur, sans doute. "
    Dépitée, la fraction, valant zéro sur q,
    comprit, très en pétard, qu'elle ne diviserait plus.


    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de Mekrouda
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Localisation
    somewhere...
    Messages
    2 741

    Par défaut

    formidable
    désolée mais je n'en connais aucune
    « J’aimerais pouvoir m’exprimer avec mes sens. Les mots sont parfois très handicapants. » [Björk]

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    pas grave, y en a d'autres
    aya hadhi fi hattrek
    C'est un extrait de "Les Comtemplations" de Victor Hugo


    J'étais alors en proie à la mathématique.
    Temps sombre! enfant ému du frisson poétique,
    Pauvre oiseau qui heurtais du crâne mes barreaux,
    On me livrait tout vif aux chiffres, noirs bourreaux;
    On me faisait de force ingurgiter l'algèbre:
    On me liait au fond d'un Boisbertrand funèbre;
    On me tordait, depuis les ailes jusqu'au bec,
    Sur l'affreux chevalet des X et des Y;
    Hélas! on me fourrait sous les os maxillaires
    Le théorème orné de tous ses corollaires;
    Et je me débattais, lugubre patient
    Du diviseur prêtant main-forte au quotient.
    Dernière modification par au_gré_du_vent ; 09/02/2012 à 22h35.
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut un peu d'amour dans ce monde de chiffres;)

    LE TÉTRAÈDRE AMOUREUX


    Un tétraèdre élémentaire,
    pas même régulier,
    vivait heureux à sa manière
    et de quelques simples faces triangulaires,
    savait se contenter.
    Un jour qu’il allait à la ville,
    clopin-clopant sur ses sommets
    – Ne riez pas ! Cela n’est point facile –
    il tomba amoureux, foudroyé
    d’une superbe émeraude taillée
    qui resplendissait de ses mille facettes.

    Il offrit en gage à la belle coquette,
    dans l’espoir d’un sourire, un bouquet d’arcs-en-ciel
    en jouant au prisme avec le soleil.
    L’altière gemme n’en montra que mépris :
    « Que voudriez-vous donc que l’on fît
    des grotesques tours de passe-passe
    de vos quatre ridicules faces ? »

    Au lieu d’abandonner sagement l’orgueilleuse
    à son affèterie prétentieuse,
    le tétraèdre, ensorcelé,
    résolut de se faire modeler
    par quelque habile lapidaire.

    L’émeraude resta de pierre
    et, se moquant de ses efforts,
    railla en lui comptant les dièdres :
    « Octaèdre ?... Dodécaèdre ?... Icosaèdre ?
    Fi ! Vous pouvez bien vous sectionner encore ! »
    Le soupirant éconduit s’obstina.
    Pour vivre jusqu’au bout son rêve,
    plein d’acharnement, s’en retourna
    au polissoir, se faire poncer sans trêve.
    Tant et si bien qu’il devint sphère.
    Lors, il roula dans la poussière
    et, jusqu’à la mer, emporté,
    s’y engloutit à tout jamais.


    Jeunes gens, méditez l’infortune cruelle
    du pauvre tétraèdre, amoureux trop zélé.
    Si vous croisez un jour, semblable péronnelle,
    n’usez point d’artifice et fuyez de tels rets.




    extrait de MATHIFOLADES de Monique Lemrabet
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de Mekrouda
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Localisation
    somewhere...
    Messages
    2 741

    Par défaut

    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    LE TÉTRAÈDRE AMOUREUX


    Un tétraèdre élémentaire,
    pas même régulier,
    vivait heureux à sa manière
    et de quelques simples faces triangulaires,
    savait se contenter.
    Un jour qu’il allait à la ville,
    clopin-clopant sur ses sommets
    – Ne riez pas ! Cela n’est point facile –
    il tomba amoureux, foudroyé
    d’une superbe émeraude taillée
    qui resplendissait de ses mille facettes.

    Il offrit en gage à la belle coquette,
    dans l’espoir d’un sourire, un bouquet d’arcs-en-ciel
    en jouant au prisme avec le soleil.
    L’altière gemme n’en montra que mépris :
    « Que voudriez-vous donc que l’on fît
    des grotesques tours de passe-passe
    de vos quatre ridicules faces ? »

    Au lieu d’abandonner sagement l’orgueilleuse
    à son affèterie prétentieuse,
    le tétraèdre, ensorcelé,
    résolut de se faire modeler
    par quelque habile lapidaire.

    L’émeraude resta de pierre
    et, se moquant de ses efforts,
    railla en lui comptant les dièdres :
    « Octaèdre ?... Dodécaèdre ?... Icosaèdre ?
    Fi ! Vous pouvez bien vous sectionner encore ! »
    Le soupirant éconduit s’obstina.
    Pour vivre jusqu’au bout son rêve,
    plein d’acharnement, s’en retourna
    au polissoir, se faire poncer sans trêve.
    Tant et si bien qu’il devint sphère.
    Lors, il roula dans la poussière
    et, jusqu’à la mer, emporté,
    s’y engloutit à tout jamais.


    Jeunes gens, méditez l’infortune cruelle
    du pauvre tétraèdre, amoureux trop zélé.
    Si vous croisez un jour, semblable péronnelle,
    n’usez point d’artifice et fuyez de tels rets.




    extrait de MATHIFOLADES de Monique Lemrabet
    j'adore j'adore j'adooore
    « J’aimerais pouvoir m’exprimer avec mes sens. Les mots sont parfois très handicapants. » [Björk]

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    un tetraedre

    qui devient sphere


    par amour
    Citation Envoyé par Mekrouda Voir le message
    j'adore j'adore j'adooore
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de Mekrouda
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Localisation
    somewhere...
    Messages
    2 741

    Par défaut

    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    un tetraedre

    qui devient sphere


    par amour
    el 7obb s3ib yaw :
    « J’aimerais pouvoir m’exprimer avec mes sens. Les mots sont parfois très handicapants. » [Björk]

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    la pruev: il a fini en mer le pauvre!
    c'est con!!!
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de Mekrouda
    Date d'inscription
    juillet 2011
    Localisation
    somewhere...
    Messages
    2 741

    Par défaut

    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    la pruev: il a fini en mer le pauvre!
    c'est con!!!
    c'est ça l'amour :o
    « J’aimerais pouvoir m’exprimer avec mes sens. Les mots sont parfois très handicapants. » [Björk]

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    Il y a un delta pour chaque epsilon

    Il y a un delta pour chaque epsilon,
    C’est un fait sur lequel tu peux toujours compter.
    Il y a un delta pour chaque epsilon
    Et de temps en temps,
    Il y a aussi un N.

    Mais une condition doit être respectée :
    L’epsilon doit être positif.
    Tous les autres vivent en solitaires
    Car dans aucun théorème
    Il n’y a de delta pour eux.

    Comme c’est triste, cruel, tragique,
    Comme c’est pitoyable, et d’autres adjectifs
    Je pourrai mentionner.
    La question mérite notre attention.
    Si un epsilon est un héro,
    Juste parce qu’il est plus grand que zéro,
    Il doit être très décourageant
    De reposer à gauche de l’origine.

    Cette discrimination de rang n’est pas pour nous,
    On doit se battre pour un calcul éclairé,
    Où tous les epsilons, aussi bien moins que plus,
    Auraient des deltas
    Pour chacun d'entre eux.
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •