Mourad Medelci: Alger va aider la Libye à former son armée et sa police
par Yazid Alilat

Tripoli a officiellement demandé à l'Algérie de l'«aider à former sa police et son armée». C'est une sorte de confirmation des bribes d'informations qui circulaient ici et là, depuis le début de l'année, sur une entente «discrète et cachée» entre Alger et Tripoli, au-delà du dernier sommet de Doha, et parrainée par le Qatar, sur une aide multiforme aux nouvelles autorités libyennes. En fait, les relations entre l'Algérie et les nouvelles autorités en Libye semblent se raffermir à un point que les plus audacieux observateurs n'osent estimer. Un peu plus d'une semaine, après des propos sibyllins de responsables libyens sur l'Algérie, qui ne ferait pas assez pour lutter contre le transit, entre les deux pays, de bandes armées, Tripoli aurait subitement changé de fusil d'épaule pour reconsidérer, de fond en comble, le cours de ses relations avec son voisin. La Libye a demandé officiellement à l'Algérie de l'aider à reformer sa police et son armée. Un étonnant et soudain changement de cap de la politique libyenne vis-à-vis de l'Algérie que la visite de Medelci, ministre des Affaires étrangère, lundi en Libye, explique à moitié. L'autre moitié de ce nouveau repositionnement des Libyens intervient après la visite mercredi aux Etats-Unis du Premier ministre adjoint libyen, qui a été reçu par le président Obama et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton. Jeudi, M. Medelci avait déclaré à la presse, à Alger, que l'Algérie va aider la Libye à constituer une armée et une police.

Avec les responsables libyens, dont le président du CNT Mustapha Abdeldjalil, il a indiqué avoir évoqué la sécurité aux frontières. Pour autant, il a souligné que les discussions ont porté sur la manière d'aider les Libyens «à constituer une armée et une police». Le chef de la diplomatie algérienne a affirmé que «la Libye a les moyens de sortir de cette phase de transition et nous allons l'aider, dans la mesure de nos moyens». M. Medelci a indiqué par ailleurs, qu'une série de visites en Libye est prévue au niveau du gouvernement et des institutions. «Il y aura une série de visites en Libye, non seulement au niveau gouvernemental mais également des institutions», a-t-il ajouté. Il a également rappelé avoir rencontré, lors de sa dernière visite en Libye, des responsables «qui souhaitaient que la coopération avec l'Algérie se développe dans tous les domaines». Les déclarations de M. Medelci interviennent le jour où le Premier ministre par intérim libyen rencontrait Obama et Hillary Clinton, autour des moyens de sortie de la crise actuelle et ceux pour aider les Libyens à lutter contre les «restes» du régime Kadhafi. D'autre part, le Premier ministre libyen par intérim Abdel Rahim al-Kib a demandé jeudi aux Etats-Unis d'aider son pays à se débarrasser des «vestiges» du régime Kadhafi, ultime bataille de «la guerre pour la libération de la Libye». «J'ai demandé à Mme la secrétaire d'Etat de nous aider contre les vestiges du régime Kadhafi», a déclaré le Premier ministre libyen, lors d'une conférence de presse avec Hillary Clinton, à Washington. «La guerre pour la libération de la Libye est presque terminée, mais elle ne le sera vraiment que lorsque nous en aurons terminé avec ces vestiges», a-t-il ajouté, annonçant qu'une liste de responsables libyens de l'ancien régime a été remise aux Américains. Les anciens caciques de la dictature du colonel Mouammar Kadhafi «sont une source de nuisance. Il faut qu'ils rendent des comptes», a poursuivi le Premier ministre libyen. «Nous avons également besoin que les fonds qu'ils ont volés au peuple reviennent en Libye». Le Premier ministre libyen n'a pas identifié nommément les personnes visées, mais, selon un haut responsable américain, Tripoli ciblerait notamment le clan Kadhafi, dont des membres contestent depuis leur exil à l'étranger la légitimité du nouveau pouvoir libyen. « Les Libyens souhaitent que nous les aidions à convaincre les pays qui hébergent ces personnes, qu'il n'est dans l'intérêt de personne de permettre ces provocations», a expliqué le responsable américain.