Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 122

Discussion: Entre l'histoire et la ...Mémoire.........!!??

Vue hybride

Message précédent Message précédent   Message suivant Message suivant
  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut Entre l'histoire et la ...Mémoire.........!!??

    Actualités : La Suisse et le génocide algérien



    Par Mokhtar Benzaki - lesoirdalgèrie.com

    La Suisse, réputée neutre et compatissante aux maux de l’humanité, cache une autre réalité, celle d’un pays attentif de tous temps et en tous lieux à ses intérêts. Des chercheurs algériens sont en train de redécouvrir des vérités longtemps occultées.
    Le génocide algérien, qui a trouvé son summum pendant les grandes famines de la fin de la décennie 1860, n’a pas été causé uniquement par les répressions de l’armée française, marquées par les dépossessions, les réquisitions de céréales, les destructions de récoltes, et les massacres des populations. La compagnie genevoise, créée par des hommes d’affaires suisses, a bénéficié par un décret signé par napoléon III, le 26 août 1863, de 20 000 hectares arrachés par la violence à des tribus algériennes. Cette mainmise suisse sur la terre a causé la mort de milliers d’Algériens réduits à la famine. Les capitalistes suisses, désireux de faire fructifier leur or, ont contribué de façon directe à la consolidation de l’Algérie française par l’appel à une émigration européenne et par son installation sur les terres spoliées. Les historiens, de Annie Rey-Goldzaiguer à Mohammed-Laïd Annane, ont étudié avec beaucoup de minutie le système d’aliénation des terres mis en place par la violence dans le seul intérêt des étrangers. L’Algérie, colonie de peuplement, a dû payer le prix fort pour sa libération. Au moment où la famine et les épidémies décimaient les Algériens par centaines de milliers, la compagnie suisse a mis en place un système d’auto- défense pour refouler, sans état d’âme, les errants et les malades loin des villages et des fermes exploités par ses commis. La grande famine de la fin de la décennie 1860 a coûté au peuple algérien les deux tiers de ses enfants. Les Suisses, gens de précision et de bonne comptabilité, vont pouvoir, maintenant que les Algériens ont décidé de se réapproprier l’écriture de leur passé, vérifier si le nombre des morts (estimé par des sources locales très bien documentées) qui est imputé à leur prédation est conforme à ce qui est porté sur les tablettes de la Genevoise de la rapine et du génocide. Il serait intéressant de retrouver et de publier les textes consacrés à l’Algérie, écrits par Henri Dunant, le fondateur de la Croix-Rouge, employé pendant quelque temps en Algérie par la Compagnie genevoise. Le prix Nobel 1901 est allé chercher très loin matière à exprimer son humanisme. Ce qu’il a eu sous les yeux pendant des années, sous nos latitudes, comme exploitation éhontée, iniquités et destructions massives de populations l’avait à peine interpellé. Les Algériens devront compter sur eux-mêmes pour dire toute leur Histoire. Les Arméniens exigent depuis des décennies la reconnaissance par l’Etat turque du génocide qui lui est imputé. Les Juifs, gens à la mémoire fabuleuse, font payer au prix qu’ils ont estimé juste les auteurs de leurs malheurs, fussent-ils au bord de la tombe. Les juifs seraient-ils plus féroces que d’autres ? Non, bien sûr ! Les juifs ont compris — n’en déplaise à ceux qui n’ont rien compris et qui leur jettent la pierre — que la cohésion d’une Nation est fondée sur la mémoire assumée et partagée. Les chercheurs algériens, qui travaillent sur la douloureuse époque qui a vu leur pays subir les pires violences, auront le mérite de faire connaître au monde entier – et surtout aux opinions publiques des pays qui ont eu à subir les prédations coloniales – une des pages les plus sombres du long calvaire de leur peuple. Une association pour la mémoire y veillera. Des livres, des expositions, des scénarios de films, des articles de presse, des conférences contribueront à faire regarder autrement les belles couleurs officielles de la carte postale suisse. Les Algériens – et il est hors de question de s’en réjouir – seront moins compatissants et moins solidaires lorsqu’un citoyen helvétique, en mal d’aventures, s’égarera dans le désert. S’il est vrai qu’il n’y a pas d’immunité pour les crimes contre l’humanité, l’Etat suisse sera contraint d’assumer son passé. Les Algériens, héritiers directs de ceux qui ont été dépossédés, et qui en sont morts, vont pouvoir, vérités en mains, demander une réparation morale, pour les terribles préjudices que leurs pères ont subis.
    M. B.

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    Ne nous faisons pas trop d’illusion ni sur l’histoire de la colonisation ni sur le devoir de mémoire qui devraient interpeller tous les Algériens et Algériennes, et surtout ne nous comparons pas aux juifs sur ce plan là, qui eux ont fait de leur histoire un objet de culte et ils l’ont imposé au monde entier; j’avoue les envier beaucoup sur cet aspect.
    Chez nous il n’y qu’à voir toutes les tergiversations de nos officiels autour de la reconnaissance du drame de la colonisation française, cinquante ans après.
    L’histoire de l’Algérie et des Algériens est encore un fond de commerce et un otage de la politique algéro-francaise. A quand la libération ?
    Dernière modification par ICOSIUM ; 04/08/2012 à 22h53.

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    S’il est vrai qu’il n’y a pas d’immunité pour les crimes contre l’humanité, l’Etat suisse sera contraint d’assumer son passé. Les Algériens, héritiers directs de ceux qui ont été dépossédés, et qui en sont morts, vont pouvoir, vérités en mains, demander une réparation morale, pour les terribles préjudices que leurs pères ont subis.
    pourquoi précisément aujourd'hui qu'on parle de la suisse?
    est-ce à cause de la '' loi nezzar'' et que l'auteur conseille aux suisses de reconnaitre leurs fautes avant de parler de celles des autres?.

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de romance
    Date d'inscription
    octobre 2008
    Messages
    4 765

    Par défaut

    peu importe que cela vienne de nezzar ou autre viendra un jour ou l histoire de cette colonisation sera reprit des son premier jour ou le colon a mis ses pieds qu il soit francais suisse anglais ricain juif ou autre tout ceux qui ont ete implique de pres ou de loin a cette colonisation payeront le prix le plus fort car il n y a de justice que pour celui qui croit en Allah
    ma contribution est modique mais mon soutien est sincere


    laha rijaalouha wa nissaouha wachababiha, Notre pays est libre, indépendant,


    bismi allah bdit wa3la nâabi sallit :

    أرفت أبريقـي وترضيــت وربـي أعطــانـي ماتمنــيت

    Arfet abriki wa atwaddit ou rabbi aâtanni ma atmanit

    J'ai fais ma prière et le bon dieu m’a donné tout ce dont j’ai espéré

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    pourquoi précisément aujourd'hui qu'on parle de la suisse?
    est-ce à cause de la '' loi nezzar'' et que l'auteur conseille aux suisses de reconnaitre leurs fautes avant de parler de celles des autres?.


    Le rapprochement entre les deux affaires est plus que certain.

    Cela ne serait pas mal pour les amants de la vérité sur notre histoire, si les suisses nous sortent par exemple quelques dossiers sur les fonds de la révolution et du fameux sandoug ettadhamoun– (les dons volontaires du peuple Algérien pour le jeune état Algérien en 1962-), qu’au moins cette querelle Nezzar /suisse, profite à l’histoire d’Algérie.

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    L’Algérie demande à la France la restitution du canon Baba Merzoug subtilisé à Alger en 1830
    Samedi, 04 Août 2012, 18:47 | Sihem Balhi
    L’Algérie souhaite officiellement récupérer le canon Baba Merzoug saisi par les Français en 1830 après la chute de la Régence d’Alger. La France a reçu début juillet 2012 une demande des autorités algériennes pour récupérer ce célèbre canon qui a défendu Alger pendant deux siècles et qui trône depuis 181 ans à l'arsenal de Brest, en Bretagne.


    ________________________________________
    Une conseillère du ministre français de la Défense l'a confirmé récemment : « Une demande officielle a été déposée début juillet auprès du Quai d'Orsay, qui examine le dossier ».
    Il s'agit de la première demande officielle, précise cette source, sans donner de précision sur le temps que prendrait l’étude de ce dossier.
    Toutefois, rien n’indique que la France soit prête à donner un accord favorable à cette sollicitation.

    « La Marine française est très attachée à ce canon, qui fait partie du patrimoine de la Défense », ajoute cette conseillère citée par Ouest-France.

    L'Algérie espérait récupérer ce canon mythique à l'occasion du cinquantenaire de l’indépendance de juillet 1962.
    Deux demandes antérieures
    Antérieurement à cette demande officielle, au moins deux associations algériennes avaient déposé des requêtes auprès des autorités françaises pour la restitution de ce canon, mais celles-ci n’ont pas abouties.

    « J'ai écrit à de nombreuses personnalités dont certaines, comme l'ancien président Jacques Chirac, m'ont répondu favorablement et j'ai aussi reçu un accord de principe de l'Elysée », affirmait en décembre 2011 à Reuters l'historien algérien Belkacem Babaci, fondateur d'un Comité pour le retour de ce canon mythique en Algérie.
    • Lire : Une pièce archéologique volée en Algérie retrouvée dans la maison du gendre de Ben Ali
    « Si nous sollicitons la magnanimité du gouvernement français, c'est avant tout, à l'occasion des commémorations de l'indépendance de l'Algérie, comme un geste d'amitié confortant la reprise de relations plus fraternelles entre nos deux pays », expliquait encore M. Babaci, auteur de « L'Epopée de Baba Merzoug » aux Editions Colorset.
    En 2006, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense, avait refusé de donner une suite aux sollicitations algériennes en affirmant que le canon faisait « partie intégrante du patrimoine historique de la défense » et en soulignant « un attachement particulier » de la marine française pour ce monument.
    Il gardait la citadelle d'Alger
    Fondu en 1542 par un Vénitien pour défendre la baie d'Alger à l’époque sous occupation turc, ce canon, d'une portée de 48 km, donnera durant près de deux siècles à la capitale algérienne la réputation de forteresse imprenable.
    Selon les historiens qui racontent la légende de Baba Mezoug, deux consuls français, le révérend père Jean Le Vacher puis André Piolle, ont été placés à l'extrémité du canon en guise de représailles après les attaques perpétrées par l'amiral Duquesne en 1683 puis par le maréchal Jean d'Estrées en 1688.
    Ce qui vaudra à cette pièce d’artillerie d'être rebaptisée par les Français « La Consulaire ».
    Expédié à Brest
    En juillet 1830, dès les premiers jours de la chute d'Alger, le canon sera saisi et expédié comme trophée de guerre en France par l'amiral Guy Duperré qui demandera son transfert à la base navale de Brest pour sa participation à la campagne d'Alger.
    « C'est la part de prise à laquelle l'armée attache le plus grand prix », écrivait-il à l’époque.


    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Un canon sans poudre et de la poudre aux yeux,

    Et si on demandait à la France avec la même insistance de tout restituer depuis le trésor d’Alger jusqu’au dernier document sur la guerre d’Algérie ?


  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    pour le canon baba merzoug

    ce n'est pas l'algerie ( officielle) qui a fait les démarches mais un vieux historien algerois qui depuis des années se bat pour la restauration d'Alger (scuses j'ai oublié son nom mais il est passé à plusieurs reprises sur la chaine3 : un véritable livre )

    @romance

    à travers la condamnation de nezzar ( inchallah) c'est tous les depotes , les tortionnaires, les dictateurs qui seront avertis que la moindre faute c'est les geoles et plus question d'immunité ou d'autres privileges.
    le monde occidental se rend compte aujourd'hui que le soutien aux dictateurs ne fera que renforcer l'immigration ( officielle ou clandestine) que certains de leurs politiques sont et seront éclaboussés par des scandales ( pour ne citer que deux : sarkozy avec le financement de kedafi ( c'est pourquoi il fut tué pour éviter qu'il parle) de pasqua et le trafic d'arme, l'avion détourné, les moines de tibhirine, les déportés de folenbray etc...)

    donc l'occident a compris qu'il faut partir sur des relations saines qu'au prix de tractations et manipulations sous table).

    @sendouk tadamoun :
    il faudrait qu' en premier lieu les algeriens reclament ce fameux sandouk car ce n'est pas la suisse qui fera le premier pas encore moins reconnaitre publiquement ses erreurs ( soutien à tous les dictateurs et voleurs de la planete).

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    COMMÉMORATION DE L’ASSASSINAT DE KASDI MERBAH
    La famille du défunt exige une enquête approfondie
    Par : A. Debbache

    Récusant la thèse officielle de l’assassinat terroriste, les membres de la famille du défunt ont exprimé leur détermination à aller jusqu’au bout, par devoir de mémoire pour faire éclater la vérité.

    Déjà 19 ans depuis que l’ex-premier Chef du gouvernement de l’ère pluraliste, Khalef Abdallah, dit Kasdi Merbah, a été assassiné en même temps que son frère Abdelaziz, son fils Hakim et leurs deux compagnons Nasri Abdelaziz et Aït-Mékidèche Lhachemi, dans un attentat perpétré le 21 août 1993 à Bordj-El-Bahri vers 19 heures 30.
    Hier matin, à 10 heures 30, des membres de sa famille, d’ex-compagnons, d’ex-militants du MAJD et des militants de la LADH se sont retrouvés réunis devant leurs sépultures pour s’y recueillir et déposer des gerbes de fleurs après la lecture de la Fatiha. Des prises de parole ont eu lieu pour retracer l’itinéraire du défunt, de mai 1956, date à laquelle il répondit à la grève des étudiants lancée par le FLN pour rejoindre les rangs de l’ALN dans la Wilaya V, en même temps que son frère le chahid Mustapha Khalef dit Chakib Arslane, tombé au champ d’honneur le 20 avril 1960, au jour fatidique de sa disparition.
    À l’occasion de cette commémoration, la famille du défunt est revenue à la charge pour exiger des autorités politiques, militaires et judiciaires l’ouverture d’une vraie enquête à même de déterminer les circonstances qui ont entouré cet assassinat qualifié de politique. Pour la famille, “la thèse de l’attentat islamiste est fallacieuse et le procès organisé une parodie. Lors de son assassinat, Kasdi Merbah était en mission quasi officielle pour trouver les moyens d’une issue à la crise grave qui secouait déjà le pays et qui risquait de s’aggraver davantage. En effet, la crise venait à peine de naître, après l’interruption du processus électoral et ne pas intervenir risquait d’alourdir la facture sur tous les plans et en particulier sur le plan sécuritaire. Des responsables au plus haut niveau étaient au courant de sa mission et l’avaient même encouragé. Malheureusement, d’autres en ont décidé autrement. Quoi qu’il en soit, la réconciliation nationale ne peut réussir véritablement sans le passage obligatoire par l’épreuve de vérité et justice.”
    Ses ex-compagnons et les ex-militants du MAJD présents ont appuyé cette thèse en se référant à l’appel qualifié d’historique, lancé le 12 juillet 1993, par Kasdi Merbah et dans lequel il s’était adressé à toutes les parties pour les inviter à se réunir autour d’une même table pour trouver une solution pacifique et politique à la crise.
    Les membres de la LADH présents - Mohamed Daâdi, Aïcha Zitouni et Noureddine Belmouhoub - écartent, à leur tour, la thèse de l’attentat islamiste et exigent l’ouverture d’une enquête judiciaire afin d’identifier les commanditaires de cet assassinat politique.
    ''Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. ''
    Mandela

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de RiIsk
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    65

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    pourquoi précisément aujourd'hui qu'on parle de la suisse?
    est-ce à cause de la '' loi nezzar'' et que l'auteur conseille aux suisses de reconnaitre leurs fautes avant de parler de celles des autres?.

    excellente analyse.

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    Abdelkader, qui n’avait que 19 ans, était posté à une dizaine de kilomètres de l’explosion. «J’ai assisté au premier essai nucléaire français dans la région», relate-t-il en décrivant le moment des explosions comme si cela se passait hier. «Une tache blanche se détachait du sol et montait au ciel», se souvient-il
    On fut conduit vers la base située à 7 km de la zone des essais, sans contrôle médical et sans la moindre explication sur ce qui venait de se passer», ajoute-t-il. A 71 ans, cet ancien ouvrier du Commissariat français de l’énergie garde le souvenir intact de la tragédie signée par le pays du général de Gaulle en novembre 1961, lorsqu’on a décidé d’effectuer des tirs nucléaires souterrains à Tamanrasset. En mai 1962, la région a vécu un terrible accident lors du second essai baptisé Béryl. Un défaut de confinement de l’explosion à l’intérieur des galeries creusées dans les montagnes de Taourirt Tan Affla et Tan Ataram avait conduit à libérer des éléments radioactifs associés à des scories et des aérosols auxquels une centaine de personnes avaient été exposées. «Les parois du mont de Taourirt se fissurèrent en plusieurs pans laissant apparaître sur ses flancs un panache noir qui éructa brutalement son magma de lave radioactive et son souffle de particules toxique dans l’atmosphère», rapportent des scientifiques lors d’un séminaire national sur la thématique. Les études réalisées montrent que la région d’In Eker est ainsi polluée pour les 24 000 années à venir, laissant place à la mort rayonnante qui sème dévastations et maladies parmi la flore et la faune dans un univers vitrifié, désormais incompatible avec toute forme de vie. «La France s’est servie de nous», souffle désespérément Bamhamed.
    Du 7 novembre 1961 au 16 février 1966, treize tirs souterrains, dont quatre n’ont pas été totalement confinés, furent effectués dans cette région du Sud. En 1967, la France abandonna ses expériences au Sahara selon les Accords d’Evian. Malheureusement et 47 ans après la fin de ces essais,

    lire la suite: El Watan Al Watan
    ''Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. ''
    Mandela

Discussions similaires

  1. «Larbi» et l'histoire du temps de l'entre-temps (par Kamel Daoud)
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/01/2011, 00h44
  2. histoire d`amour entre amr adeeb et le gaz Algerien
    Par Sabrina dans le forum Le Café
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/04/2010, 16h40
  3. 2 euros espagnols à la mémoire de la mosquée de Cordoue
    Par kredence dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/03/2010, 01h11
  4. Tensions entre Paris et Alger pour une histoire de frégates
    Par kredence dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 2
    Dernier message: 30/09/2009, 12h27
  5. : l'entraîneur de vos neurones et de votre mémoire
    Par kredence dans le forum Support Multimédia
    Réponses: 0
    Dernier message: 31/03/2009, 03h56

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •