Crise de l'alimentation: Mise en garde du président de Nestlé
Mis à jour le 14.08.12 à 11h01

Le monde risque de faire face à la pire crise de l'alimentation rencontrée depuis 2008, estime le président du groupe suisse d'agroalimentaire Nestlé , Peter Brabeck.

Plus grave qu'en 2008?

Dans un entretien accordé à un journal autrichien, il a évoqué la politique visant à réserver des surfaces de production de plus en plus grandes pour les biocarburants au détriment de cultures vivrières, aux Etats-Unis notamment.

«Mais il y a de forts groupes de pression et des subventions élevées, donc je m'attends à une crise de l'alimentation et de la faim encore plus grave qu'en 2008», a-t-il ajouté, dans cet entretien publié mardi. La FAO a adressé des remontrances ce mois-ci aux Etats-Unis pour les mettre en garde contre les risques de crise mondiale de la faim.

La crainte qu'une telle crise se produise a augmenté avec la sécheresse observée dans certains Etats du centre-ouest des Etats-Unis qui a conduit l'indice des prix de l'alimentation de la FAO à augmenter de 6% en juillet.