Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 19

Discussion: [1/3]CHEIKH KHALED BENTOUNES et le CENTENAIRE de la ALÄWIYYA

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut [1/3]CHEIKH KHALED BENTOUNES et le CENTENAIRE de la ALÄWIYYA

    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de le fou
    Date d'inscription
    août 2012
    Messages
    735

    Par défaut

    c'etait l'an passé n'est ce pas?
    dans mon monde de fou je vois tout le monde fou...car tout est relatif.

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut



    je les ai visite a mostaghanem
    j ai aimé la gentillesse de ces nobles personnes
    adhab,mahaba,altruisme


    shakh khaled supervise un mouvement de scout musulmans
    ils font voyager des jeunes des cites de france
    on les a recu a alep
    ils avaient vu le maroc et l andalousie lors de précédents voyages
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    Citation Envoyé par fou-de-tasmine Voir le message
    c'etait l'an passé n'est ce pas?
    je crois
    je n y etais pas
    j etais en 2004 a alger
    lors de la celebration du deces du shakh el alawi
    mort en 34
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de le fou
    Date d'inscription
    août 2012
    Messages
    735

    Par défaut

    Citation Envoyé par ahmeddamien Voir le message
    je crois
    je n y etais pas
    j etais en 2004 a alger
    lors de la celebration du deces du shakh el alawi
    mort en 34
    felicitations...
    dans mon monde de fou je vois tout le monde fou...car tout est relatif.

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    Dans l’intimité du Cheikh al-Alawi

    (Témoignage du Docteur Carret)

    Le témoignage du Docteur Carret n’a nul besoin de présentation. La lisibilité du texte lui-même nous en dispense. De plus, de larges extraits de celui-ci constituent le premier chapitre du livre très connu et partout apprécié de M. Martin Lings, intitulé « Un Saint Musulman du XXe siècle » (cf. Note 1). Cet ouvrage est d’ailleurs jusqu’à présent le seul qui existe en une langue occidentale concernant le Cheikh et son œuvre, et il demeure d’une grande utilité. Il faut savoir toutefois qu’il est exclusivement axé sur l’aspect soufi de l’enseignement du Cheikh, c’est-à-dire le plus rétif à la connaissance simplement intellectuelle, et, partant, ce n’est qu’une approche pour une compréhension extérieure de la doctrine soufie. Car le taçawwuf ou Soufisme ne se transmet guère que d’un Maître régulier à un disciple éprouvé, et jamais autrement.

    Le Docteur Carret fut le médecin du Cheikh et il était devenu un ami et un intime de la Zawiya (lieu de réunion des foqara) sans cependant jamais faire partie de la confrérie.

    Texte du Dr Carret : Je rencontrai pour la première fois le Cheikh Al-Alawi au printemps de 1920. Ce ne fut pas par hasard. J’avais été appelé auprès de lui comme médecin. Je n’étais alors installé à Mostaganem que depuis quelques mois.

    Quel motif avait pu inciter le Cheikh à consulter un médecin, lui qui attachait si peu d’importance à nos petites misères corporelles ? Et pour quelle raison m’avait-il choisi, parmi tant d’autres, moi, nouveau venu ?

    Je l’ai su plus tard par lui-même. Peu de temps après mon arrivée à Mostaganem, j’avais installé dans la ville arabe de Tidjditt, exclusivement à l’usage des musulmans, une infirmerie, où je venais trois fois par semaine donner des consultations pour un prix minime. Les indigènes éprouvent une répugnance instinctive pour les dispensaires administratifs. Mon infirmerie installée dans leur ville, chez eux et disposée conformément à leurs goûts et à leurs coutumes, fut un succès. Des échos en parvinrent aux oreilles du Cheikh.

    Cette initiative d’un médecin français nouvellement débarqué, qui, contrairement à la plupart des Européens, semblait ne pas considérer les Musulmans de toute la hauteur d’un orgueil méprisant, attira son attention. Sans que je le susse, et sans la moindre tentative d’investigation de sa part, il était bénévolement renseigné par les disciples, sur ma personne, mes faits et gestes, ma façon d’agir envers les malades, et mon attitude sympathique à l’égard des musulmans.

    Il en résulta que le Cheikh Al-Alawi me connaissait déjà très bien alors que j’ignorais encore son existence. Une grippe assez sérieuse qu’il contracta au cours du printemps de 1920, le décida à me faire appeler.

    Dès le premier contact j’eus l’impression d’être en présence d’une personnalité sortant de l’ordinaire. La salle où l’on me fit entrer était, comme toutes les pièces des demeures musulmanes, dépourvue de meubles. Il ne s’y trouvait que deux coffres, que j’ai su plus tard renfermer des livres et des manuscrits. Mais le parquet était couvert de bout en bout, de tapis et de nattes d’alfa. Dans un coin, un matelas, recouvert d’une couverture. Et sur ce matelas, le dos appuyé contre des coussins, le torse droit, les jambes repliées, les mains posées sur les genoux, immobile, en une attitude hiératique mais que l’on sentait naturelle, était assis le Cheikh.

    Ce qui me frappa de suite, fut sa ressemblance avec le visage sous lequel on a coutume de représenter le Christ. Ses vêtements, si voisins, sinon identiques, de ceux que devait porter Jésus, le voile de très fin tissu blanc qui encadrait ses traits, son attitude enfin tout concourait pour renforcer encore cette ressemblance. L’idée me vint à l’esprit que tel devait être le Christ recevant ses disciples, lorsqu’il habitait chez Marthe et Marie.

    La surprise me retint un instant sur le seuil de la porte. Lui aussi me considérait, mais d’un regard lointain. Il rompit le premier le silence, prononça les paroles habituelles de bienvenue, et me pria d’entrer. Son neveu, Sidi Mohammed, lui servait d’interprète car le Cheikh comprenait bien le français, mais le parlait avec une certaine difficulté, et affectait de l’ignorer complètement quand il était en présence d’un étranger.

    Je demandai des sandales pour recouvrir mes chaussures, afin de ne pas souiller le tapis et les nattes, mais il me fit dire que cela n’avait aucune importance. Sur sa demande on m’apporta une chaise, mais ce meuble me parut si ridicule dans un tel décor que j’en déclinai l’offre, et préférai m’asseoir sur un coussin. Il eut un fin sourire, et je sentis que par ce simple geste j’avais déjà gagné sa sympathie.

    Sa voix était douce, un peu voilée. Il parlait peu en phrases courtes, et son entourage, attentif à ses moindres mots, à ses moindres gestes, obéissait en silence. On le sentait entouré d’un profond respect.

    Déjà au courant des habitudes musulmanes, et devinant que j’avais affaire à « quelqu’un », je me gardai bien d’aborder brusquement le sujet pour lequel on m’avait fait appeler. Je laissai le Cheikh m’interroger par l’intermédiaire de Sidi Mohammed, sur mon séjour à Mostaganem, les motifs qui m’y avaient amené, les difficultés que j’avais pu rencontrer, et les satisfactions éprouvées.

    Durant cette conversation, un jeune disciple avait apporté sur un vaste plateau de cuivre, du thé arabe parfumé à la menthe, et quelques gâteaux. Le Cheikh n’y toucha pas, mais m’invita à boire lorsque le thé fut servi et prononça pour moi le « Bismillah », « Au nom d’Allah ! », lorsque je portai le verre à mes lèvres.

    Ce n’est qu’après l’accomplissement de tout ce cérémonial d’usage que le Cheikh se décida à me parler de sa santé. Il m’avait fait venir, me dit-il, non pas pour que je lui prescrive des médicaments, il en prendrait, certes, si je jugeais que cela fût absolument indispensable et utile, mais il n’y tenait nullement. Il désirait simplement savoir si l’affection qu’il avait contractée depuis quelques jours était grave. Il comptait sur moi pour lui dire, en toute franchise et sans réticence, ce que je pensais de son état. Le reste importait peu.

    J’étais de plus en plus intéressé et séduit. Un malade qui n’a pas le fétichisme du médicament est déjà un phénomène rare, mais un malade qui se soucie peu de guérir et désire simplement savoir où il en est, constitue une rareté encore plus grand,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,
    la suite..........
    Dans l’intimité du Cheikh al-Alawi | AISA
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de ahmeddamien
    Date d'inscription
    février 2010
    Localisation
    pas loin
    Messages
    14 025

    Par défaut

    Citation Envoyé par fou-de-tasmine Voir le message
    felicitations...

    peut on etre féliciter d etre guidée........
    meme le guide ...........
    il est aussi Guidé

    lol
    "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais." Oscar Wilde

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de le fou
    Date d'inscription
    août 2012
    Messages
    735

    Par défaut

    Citation Envoyé par ahmeddamien Voir le message
    peut on etre féliciter d etre guidée........
    meme le guide ...........
    il est aussi Guidé

    lol
    oui on peut l'être...
    thou 7athine 3athim...
    dans mon monde de fou je vois tout le monde fou...car tout est relatif.

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    hello vous deux
    vous semblez être dans votre 'milieu'

    C'est le poete dont tu as parlé Fou?

    Je ne m'attendais pas à un souffiste...
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

Discussions similaires

  1. La nostalgie de Cheikh Imam
    Par Jalal dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/03/2011, 23h13
  2. La nostalgie de Cheikh Imam
    Par Jalal dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/03/2011, 23h04
  3. Cheikh Imam - Dour Ya Kalam
    Par Ben Harper dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/08/2010, 13h42
  4. Cheikh Aid Al Qarni
    Par khadija dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/01/2010, 22h38
  5. Interview-video:Un Khaled sans moustache n'est pas un Khaled
    Par kredence dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/04/2009, 00h53

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •