Dans la troisième partie de l’interview exclusive accordée au correspondant de La Voix de la Russie John Robles, un représentant du groupe Anonymous répond aux questions concernant les services de renseignements, le resserrement de la législation, la liberté de l’Internet et partage son point de vue sur la Russie.


En quoi consiste la philosophie du groupe Anonymous?
Anonymous : Liberté. Et la sécurité de l’Internet, car l'Internet – c’est le plus puissant mécanisme de libération dans l’histoire de l’humanité.


Anonymous : Liberté. Et la sécurité de l’Internet, car l'Internet – c’est le plus puissant mécanisme de libération dans l’histoire de l’humanité.
A. : Je haussais les épaules. Nous ne comprenons pas le sens du mot « criminel ». Ce que les uns considèrent comme « crime », d’autres perçoivent comme la lutte pour la liberté. Toute étiquette qui nous est collée par les autres, en dit beaucoup plus sur ceux qui la collent, que sur notre activité.


Pourquoi la société Anonymous est-elle décentralisée ? Pourquoi vous n'avez pas de représentant officiel?
A. : Si quelqu'un parmi nous sera nommé «représentant officiel», il sera toujours en vue. Nous adhérons à l'idée anarchiste de gestion horizontale de nos équipes, où chacun peut devenir un chef de file du groupe. Et nous maintenons cette structure décentralisée, c’est notre principal atout.


Pourriez-vous nous en dire plus sur les tentatives des services de renseignements et des forces de l’ordre de s’infiltrer dans les rangs des Anonymous?
A. : Pour les forces de l’ordre, le seul moyen efficace de s’infiltrer dans notre organisation - c’est de recruter un de nos membres pour qu’il travaille pour eux. Le cas de notre membre Sabu illustre le mieux ce scénario. Quant au dommage causé à Anonymous, il dépend du nombre de personnes que dirige ce membre et de son autorité pour nous.

En ce qui concerne les services de renseignements, ils ont des objectifs et des méthodes différents. Je pense que tous les services spéciaux ont voulu à un temps ou à un autre de s’infiltrer dans notre organisation. D’ailleurs, ce n’est pas si compliqué. Nous sommes une organisation ouverte, ce qui nous permet d’engager systématiquement de nouvelles recrues. Mais les services de renseignements sont intéressés par des informations concrètes. Il est facile de les identifier, car ils restent en contact principalement avec des « activistes d’information ». Dans certains cas leurs objectifs pourraient même ne pas interférer avec les activités d’Anonymous. Tout dépend de l’objectif des services de renseignements et de la structure pour laquelle ils travaillent.


Que savez-vous sur les « escadrons de la mort » qui s’en prennent aux membres d'Anonymous ?
A. : Des membres connus du groupe Anonymous reçoivent quotidiennement des menaces de mort. Nous avons également reçu des menaces de la part des agents des services de renseignements des Etats-Unis et de la police secrète de divers pays du Moyen-Orient.


Pourriez-vous nous donner un exemple précis, comment le FBI, la CIA ou le MI6 ont essayé de recruter un de vos membres ?
A . : J'ai déjà répondu à cette question. Je vais juste ajouter que les employés des services de renseignements occidentaux ne sont pas les seuls à ouvrir la chasse aux membres d'Anonymous. Je serais incroyablement surpris si les Russes ne nous traqueraient pas. Les agences de renseignement du Moyen-Orient et d’Israël sont également intéressées de nous éliminer. Et à cause de la récente attaque contre le site du Vatican, les services de protection du Saint-Siège peuvent s’ajouter à cette liste.


Pourquoi les membres de l'organisation sont-ils prêts à risquer leur vie pour une idée?
A. : Parce que quelqu'un doit le faire. Dans chaque génération il y a des personnes qui commencent à se battre contre la tyrannie. L'oppression et la soif du pouvoir ont toujours existé et existeront toujours. C’est pourquoi il y aura toujours des révolutionnaires.


Que pense le groupe Anonymous des médias, de la loi sur les droits d’auteur et le partage des fichiers ?
A. : Nous pensons que l’idée de la communauté est plus importante que les droits d’auteur. Les lois sur la protection des droits d'auteur, et notamment le DMCA (Digital Millenium Copyright Act), la dernière loi adoptée par le gouvernement américain, ont deux conséquences négatives. D'abord, ces lois contribuent à l’enrichissement d’un petit groupe d’éditeurs et de stars du show-biz, qui sont déjà très aisés. Deuxièmement, elles introduisent la censure et lancent la chasse aux personnes qui pensent autrement.


Dans quel pays, selon Anonymous, l'Internet et les résueaux d’information sont au maximum libres?
A. : En Islande.


Que pensent les Anonymous de la Russie?
A. : La Russie – c’est un pays moderne, assez démocratique et libre. Et comme tout pays de telle ampleur, elle a ses problèmes, ses règles, que les Anonymous surveillent de près.


ruvr.ru