Il semble que les dernires dcisions prises par les autorits publiques en Algrie commencent porter les rsultas escompts.

En effet, lentreprise pharmaceutique islandaise Actavis, figurant parmi les gants des produits gnriques, vient dannoncer la conclusion dun partenariat avec le "Laboratoire pharmaceutique algrien" (LPA).

Laccord porte sur loctroi LPA dune exclusivit en matire de distribution et demballage.

Actavis a russi cette perce travers son bureau rgional pour lAfrique du Nord, bas Malte.

Cr en 1956, Actavis connat une trs forte croissance externe depuis sept ans grce une vingtaine dacquisitions.

Disposant dunits industrielles en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, ce laboratoire islandais, qui compte 11.000 employs, opre dans une quarantaine de pays.

Par ailleurs, le march algrien de mdicaments est lobjet de nombreuses convoitises.

Lobligation faite aux importateurs dinvestir dans le pays au bout de deux ans fonctionne galement comme une simple barrire bureaucratique.

Prs de 60% des importateurs ne respectent pas cet engagement.

Une fois le dlai fix arrive expiration, certaines firmes ferment et renaissent sous un autre nom.

Au moment o les pouvoirs publics parlent dencourager la production locale et celle du gnrique, la facture dimportation du mdicament ne cesse daugmenter.

Au niveau des officines, des mdicaments gnriques sont plus chers que le princeps.

Autant dincohrences et de monopoles qui laminent le secteur de la sant aux dpens du malade.

700 millions de dollars pour lanne 2004, la facture du mdicament est lourde pour un Etat qui uvre rduire ses dpenses sociales et sorienter vers linvestissement productif.

En dpit de lexistence de textes encourageant la production, 80% des produits pharmaceutiques sont imports.

Anarchique est la gestion de ce march, souvent sous contrle de groupes de pression.

Beaucoup de mdicaments indispensables pour le traitement de certaines pathologies et maladies chroniques, linstar de la sclrose en plaques, la paraplgie ou la maladie dAlzheimer, ne figurent pas dans la nomenclature actuelle.

Pour rappel, le laboratoire pharmaceutique algrien (LPA), a t cr en 1991, il est lune des premires entreprises prives avoir ralis la transition de limportation la fabrication des produits pharmaceutiques.

Proprit de At Adjedjou Mustapha, ce laboratoire travaille avec des entreprises de renomme internationale telles que Sanofi, Biochmie et SmithKline.

Yazid Idir

http://actualite.el-annabi.com/artic...d_article=8182