A l'origine de plusieurs dcs en France : Cette pilule qui inquite les Algriennes

par Moncef Wafi
Si aujourd'hui, 2 millions de femmes utilisent une pilule de 3e gnration en France, aucune statistique fiable ne peut donner le nombre exact des utilisatrices de ces contraceptifs en Algrie.

Et Dieu sait si elles sont nombreuses s'abonner ces pilules dveloppes et commercialises pour limiter les effets indsirables de la contraception entre prise de poids, saignements ou encore acn.

En France, le feuilleton de Diane 35, un mdicament contre l'acn du laboratoire Bayer largement utilis comme contraceptif, dfraie la chronique et connat de nouveaux rebondissements avec la confirmation, hier, par l'Agence nationale franaise de scurit du mdicament (ANSM), dans un communiqu, de la mort de quatre patientes en France d'une thrombose veineuse lie Diane 35. Les thromboses correspondent la formation d'un caillot sanguin qui peut aussi entraner, dans certains cas, une embolie pulmonaire ou un accident vasculaire crbral (AVC). L'agence confirme ainsi une information du Figaro parue la veille et qui voquait sept cas de dcs. Selon l'ANSM, pour les trois autres cas mentionns, la prise de Diane 35 ne semble pas incrimine.

Qu'en est-il en Algrie ? Est-ce que des mesures prventives ont t prises ou des directives officielles donnes par le ministre de la Sant ? Contact par le Quotidien d'Oran, le Pr Hadjar Kaci, chef de service de gyncologie obsttrique au CHU de Bologhine, a dclar, pour sa part, que dans son service, on ne prescrit plus Diane 35 comme pilule contraceptive depuis deux ans. Une dcision personnelle, mais aussi collective quelque part puisque bon nombre de ses collgues sur le territoire national en ont fait de mme. Ils ont dcid de ne plus prescrire Diane 35 pour des raisons objectives ou subjectives, dira-t-il. Quid des directives ministrielles ? Nous n'avons reu aucune directive pour le moment de la part du ministre, rpondra-t-il. Le Pr Hadjar, et en absence de statistiques sur le terrain, ne peut s'avancer sur les incidences enregistres en rapport avec la prise de ce mdicament et la dcision de ne plus le prescrire est due principalement l'apprhension des prescripteurs. Il fera en outre un parallle avec les autres pilules retires du march et qui ont caus des dgts irrversibles, visibles dix ans plus tard. Au niveau des pharmacies, et mme si on est inform de la polmique suscite en France autour de ce mdicament, on continue toujours de le vendre sur prescription mdicale. Cde 650 DA la bote, Diane 35, mme si elle n'est pas parmi les marques contraceptives les plus demandes par les Algriennes l'image d'Adepal ou de Microgynon, des contraceptifs de deuxime gnration, il n'en demeure pas moins que, hormis une priode caractrise par une rupture de stock, sa vente ne faiblit pas. Si, en principe cette dernire ne se fait que sur prsentation d'une ordonnance, il n'est pas rare qu'il soit vendu des jeunes filles pour lutter contre l'acn juvnile. Le communiqu de l'ANSM est rendu public alors que plusieurs cas d'incidents emboliques et thrombotiques, parfois mortels, lis la prise de pilules de 3e et 4e gnrations, ont soulev une importante polmique. En France, Diane 35 dispose d'une autorisation de mise sur le march (AMM) depuis 1987 pour le seul traitement de l'acn, mais en pratique souvent prescrit comme contraceptif car lle induit un blocage de l'ovulation.

Selon l'ANSM, environ 315.000 femmes sont traites par Diane 35 ou ses gnriques en France. Le directeur de l'ANSM, Dominique Maraninchi, a expliqu dbut janvier que l'agence avait lanc la rvaluation bnfice-risque pour Diane 35 alors qu'une dcision sur l'autorisation de mise sur le march devrait tre prise prochainement. Si le mdicament est retir du march, la rpercussion d'une telle dcision ne sera effective qu'un mois, voire deux, en Algrie. La ministre franaise de la Sant, Marisol Touraine, avait affich sa volont de limiter les prescriptions de pilules de 3e et 4e gnrations en raison des risques accrus de thrombose qu'induisent ces contraceptifs, la suite de la plainte d'une femme victime d'un AVC attribu la prise d'une pilule de 3e gnration (Mliane, galement des laboratoires Bayer). Depuis, 14 autres plaintes visant des fabricants de pilules de 3e et 4e gnrations ont t dposes. En dcembre dernier, Marion Larat, 25 ans, dcidait d'entamer une action en justice. Victime d'un AVC, elle est reste lourdement handicape, hauteur de 65% de ses capacits, impute selon elle la prise de sa pilule contraceptive. Aux Etats-Unis, plusieurs actions en justice ont aussi t entames. Par pilules de 3e gnration, on entend celles qui contiennent des nouveaux progestatifs et qui sont donc composes d'thinylestradiol et de gestodne ou de dsogestrel. Une diffrence de composition avec les pilules de 2e gnration. Parmi ces pilules de troisime gnration, figurent par exemple les marques Desobel, Efezial, Carlin, Desogestrel/ethinylestradiol, Varnoline continu ou Cerazette. Aujourd'hui, en France, la Haute Autorit de sant recommande aux mdecins de ne les proposer qu'en cas d'intolrance la pilule de 2e gnration. Elle a relev pour ces pilules un risque de complications thrombo-veineuses (phlbites) deux fois plus lev que chez les femmes sous pilules de 2e gnration.