Selon les chiffres de la secrétaire d’Etat belge, révélés par le journal La dernière heure, 5502 personnes se disant de nationalité algérienne ont été interpellées l’année dernière en Belgique et 893 étaient détenues dans une prison belge. «Mais 80% des gens qui sont présumés Algériens ne sont pas Algériens», a rétorqué M. Sahli, à l’issue d’entretiens avec Mme De Block qui effectuait mardi une visite de travail d’une journée à Alger en compagnie du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. Certaines de ces personnes en séjour illégal ou détenues sont en effet dépourvues de documents d’identité et se font passer pour des Algériens en sachant qu’il sera difficile de prouver leur identité réelle faute d’échange d’informations entre Bruxelles et Alger. La solution évoquée entre Mme De Block et M. Sahli, rapportée par le média belge, passe par «l’identification formelle de ces personnes par le biais des empreintes digitales.