Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: passivité, complaisance ou complicité?

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut passivité, complaisance ou complicité?

    Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme Bureau de la ligue d’Oran
    COMMUNIQUE

    16 février 2013

    Le Bureau d’Oran de la Ligue Algérienne de Défense des Droits de L’homme condamne avec la plus grande fermeté le comportement de la gendarmerie de Yaghmoracen qui n’a pas pris la déposition d’une migrante qui venait d’être violée avec sa compatriote. Ces deux jeunes filles qui venaient de sortir de prison suite à une condamnation pour séjour illégal ont subis l’ignominie lors de leur libération la nuit alors qu’elles retournaient vers ce qui leur sert de domicile au quartier désigné sous le terme de Coca (El Hassi).

    Le Bureau d’Oran de la LADDH a appris qu’il a fallu l’aide d’une famille Algérienne chez qui une des filles venait de fuir après s’être échappée pour que cesse leur calvaire. Comme Il a fallu l’intervention des représentants de la LADDH et du SNAPAP accompagné par des journalistes et l’intervention d’un responsable de la gendarmerie conscient de sa responsabilité, de son devoir pour que l’affaire soit prise en charge.

    L’affaire suit son cours et le Bureau d’Oran de la LADDH espère que le fait que les deux victimes sont des migrantes ne soit pas considéré comme une circonstance atténuante.

    La LADDH ne peut se taire devant le fait que certains quartiers sont devenus de vrais ilots d’insécurité, que ce soit pour les Algériens ou des étrangers, fruit d’un urbanisme sauvage et d’un délaissement de zones considérées comme étant celles où la population démunie a trouvé refuge.

    P/Bureau d’Oran
    Kaddour CHOUICHA

    53 Rue Larbi Ben-Mhidi tel/fax : 041 33 69 48
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Que dire bel1000, seulement hasbouna Allah wa ni3ma el wakil. Ce que tu rapportes la, ce n’est pas un fait divers…Allahouma inna nechkou ilayka do3fa qouatina, wa qilatou 7ilatina wa hawanina 3ala el nesse.

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    le comportement de la gendarmerie de Yaghmoracen qui n’a pas pris la déposition d’une migrante qui venait d’être violée avec sa compatriote
    hypotheses:
    - les gendarmes connaissaient les contrevenants (complicité)
    - les filles n'avaient pas de connaissances ( maarifa) donc passivité
    - les contrevenants etaient connus des gendarmes ( biyaiine = indics) donc complaisance service pour service ou tcheka be techka

    car il est dit un peu plus loin :
    l’intervention d’un responsable de la gendarmerie conscient de sa responsabilité, de son devoir pour que l’affaire soit prise en charge.
    donc il faut par la meme occasion porter plainte contre les gendarmes.
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    khelli el bir beghtah, ela3be bayene

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    Je suis désolé pour les victimes et pas surpris du tout pour ce qui des ''représentants de l’ordre''.
    Des histoires de ce genre ont toujours existées. Là où il n’y a pas de justice, el bir yebka beghtah ; Hélas.
    ''Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. ''
    Mandela

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de yasmi
    Date d'inscription
    août 2011
    Localisation
    ICI
    Messages
    11 815

    Par défaut

    J'ai l'impression que lorsqu'une femme est violée, c'est toujours elle la coupable ...
    çà me rapelle un peu l'histoire en Inde.
    On n'a pas de justice donc ce n'est pas surprenant malheureusement.
    NOT IN MY NAME.

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Communiqué du SNAPAP
    Insécurité à Oran

    SNAPAP, 16 février 2013

    Deux migrantes subsahariennes agressées sexuellement, une heure après avoir été relâchées par la Police Centrale.

    Il était 20h30 environ en ce 14 février 2013, lorsque la Police de la sûreté de la wilaya (Préfecture de Police) d’Oran, a relâché deux femmes migrantes, après les avoir fichées, enregistrées et sommées de quitter le territoire national dans un délai de 15 jours, pour le délit récurrent de «migration clandestine». La Police paye un chauffeur de taxi pour faire conduire les deux jeunes filles d’origine subsahariennes à leur domicile sis au quartier dit «El-Hassi », un lieu réputé pourtant très difficile.

    Alors comment cette aberration policière a pu se produire ?, comment la police s’est débarrassée de ces femmes étrangères à une heure si tardive de la nuit, sachant bien qu’elles devaient se rendre dans un quartier ou les policiers eux-mêmes refuseraient de s’y rendre en plein jour, s’ils sont sollicités par des citoyens en détresse. Ce crime qu’est le viol, a non seulement des coupables que la justice aura la mission d’identifier et de condamner, mais aussi un responsable, qui se trouve être dans cette affaire, l’irresponsable Police d’Oran.

    La guerre au Mali ou le Mali en guerre, ne change finalement en rien à la situation des migrants subsahariens en Algérie, y compris pour les ressortissants Maliens. Les deux victimes ont été arrêtées parmi une dizaine d’autres, tous trahis par la couleur de leur peau, suite à une rafle des services de sécurité, une semaine auparavant. Détenues pendant huit jours, condamnées à six mois de prison avec sursis pour délit de présence illégale sur le territoire, la Police n’a à aucun moment renoncer à la délivrance des décisions d’expulsion du territoire pour les Maliens ou d’autres subsahariens en situation irrégulière, contrairement au discours officiel, sachant bien que la frontière est fermée avec le Mali.

    Une fois le taxi est arrivé à destination, à «El-Hassi», les deux jeunes femmes qui étaient sorties de la prison des femmes de Gdyel (Daira d’Oran) le jour même à 17h00, puis du commissariat central à 20h30, sont inquiètes de parcourir le kilomètre à pieds à travers ce quartier coupe-gorge à cette heure tardive, il est 21h00 environ. Pourtant, il y a un peu de monde, elles voient un homme portant une barbe, elles se disent alors, une occasion se présente pour marcher derrière lui, c’est une protection sûre. A peine quelques mètres parcourus, trois assaillants les interceptent avec des couteaux, ils les fouillent à la recherche d’argent et d’objets de valeurs, le barbu ne prête aucune assistance, il continua son chemin.

    Les agresseurs au nombre de trois, les emmènent alors de force vers une maison (en parpaing), se trouvant à 300 mètres de leur position. Ils étaient au moins une cinquantaine, les riverains à être les témoins de ce parcours forcé, mais personne ne portera secours aux femmes aux larmes. L’agression est malheureusement devenue dans ce quartier une activité physique acceptée par la majorité, surtout lorsque la victime est subsaharienne.

    Une fois au domicile, celui-ci se trouvant à moins de trente mètres du lieu du culte de cette partie du bidonville, un des agresseurs, ainsi que deux autres personnes commentent leur forfait. Il était question de faire la tournante, si ce n’était la fuite d’une des victimes, qui a pu sortir et être secouru par un des habitants. Ce dernier accompagné par la victime a réussi à libérer la seconde victime, en forçant son voisin de la faire sortir de chez lui.

    La première victime s’est dirigée à la brigade de gendarmerie pour déposer une plainte pour viol aux environs de 23h00, chose qui n’a pas été faite. Le lendemain, la plainte a été enregistrée, et les victimes ont été emmenées par les gendarmes au lieu de l’agression et ainsi des présumés auteurs ont fait l’objet d’a eunrrestation. Actuellement l’enquête est en cours.

    Il faut signaler que ce quartier bidonville est livré à lui-même depuis des années, un refuge béni pour les grands truands, autrefois une zone de repli pour les terroristes, enfin, une enclave où l’Etat est impuissant .

    Pour/ Le Président du SNAPAP

    Le chargé du Dossier Migration.

    Fouad HASSAM
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de yasmi
    Date d'inscription
    août 2011
    Localisation
    ICI
    Messages
    11 815

    Par défaut

    Quel "courage" de la part de ces habitants ....
    NOT IN MY NAME.

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 23/03/2010, 21h41
  2. “La complaisance à Air Algérie, c’est fini”
    Par Toufik dans le forum Economie
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/05/2009, 13h20

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •