100 douaniers impliqués dans la corruption devant la justice

En plus du licenciement de beaucoup d’employés

100 douaniers impliqués dans la corruption devant la justice

Plus de 100 douaniers ont été arrêtés suite à des enquêtes minutieuses faites par la direction des renseignements douanière (DRD), pour faire face à des accusations de corruption dans des affaires de trafic de stupéfiants, a dévoilé hier le DG de la douane algérienne, Mohamed Abdou Bouderbala sur la chaîne III.

Ces douaniers soupçonnés d’avoir des liens directs avec des opérateurs économiques, notamment de recourir à la corruption à des fins personnelles, ont été traduits devant la justice, en attendant leur jugement final.

En plus de l’arrestation de ces derniers, le DG des Douanes a révélé également que plusieurs autres douaniers ont été licenciés pour diverses raisons.

Cette triste situation dont le corps des douanes est la seule victime, puisqu’il y va de son image et de sa crédibilité, sera soumise à des règles plus strictes et plus sévères, et ce, dans le but d’éviter d’autres affaires de corruption.

«La corruption est devenue malheureusement une pure pratique chez certains douaniers du fait de leurs postes très avantageux.

Beaucoup de ces douaniers sont en contact direct avec des opérateurs économiques.

Cette grande liberté leur a permis de faire librement des affaires douteuses avec certains de ces opérateurs.

Vous voyez ce que je veux dire ; par exemple, un douanier qui a des visions diaboliques, et pour faciliter la sortie des marchandises d’un opérateur, eh bien, il lui demande de l’argent en contrepartie de ce qu’il vient de rendre comme service.

Cela nous a emmenés à établir un nombre de plus de 100 douaniers qui sont malheureusement impliqués aujourd’hui dans des affaires de corruption.

Et pour que ce genre de pratique ne se répète plus, nous avons pris la décision d’installer une sorte de machine qui fera dorénavant le travail des douaniers et qui évitera de ce fait le contact direct entre le douanier et l’opérateur économique.

Cette décision entrera en vigueur à partir du 1er trimestre de l’année prochaine», dévoilera Mohamed Abdou Bouderbala.

Et pour accompagner au mieux les efforts de la douane, le DG de cette importante structure annonce également qu’une nouvelle liste comprenant les noms des opérateurs économiques «fidèles» sera établie prochainement par la douane, et ce, pour faciliter le dédouanement des marchandises qui appartiennent à ces opérateurs.

Quant aux autres opérateurs économiques, cette décision ne les concerne pas, et ils seront soumis à des traitements plutôt «traditionnels» toujours par la douane.

Cet avant-projet de loi sera soumis au gouvernement, et ce, avant février 2009, mais en ce qui concerne la douane tout a été finalisé, il ne reste plus que le gouvernement et le ministère des Finances qui doivent adopteer ce projet très intéressant dans le fond et dans la forme.

D’autre part, les services de la douane ont enregistré durant cette année la saisie de plus de 4 millions d’articles qui relèvent de la contrefaçon.

Ces marchandises ont été importées des pays asiatiques et autres pays étrangers et elles seront destinées à la destruction, ce qui est déjà considéré comme des chiffres énormes à la douane, selon son DG.

Autre sujet palpitant pour la douane, celui de la lutte contre la contrebande.

Mohamed Abdou Bouderbala parle d’une nouvelle disposition pour ce genre de lutte.

Autrement dit, la sécurité dans les aéroports et les ports du pays sera renforcée avec la création d’une nouvelle cellule, qui sera appelée à sécuriser le contrôle depuis le site et jusqu’à l’extérieur du site de ces aéroports et autres ports du pays.

Pour ce qui est des frontières de l’Algérie, ces dernières seront elles aussi renforcées avec la mobilisation de centaines de nouveaux gardes-frontières, ajoute le DG de la douane.

Et pour que cela se concrétise aujourd’hui sur le terrain, la douane envisage de recruter quelque 4 000 nouveaux douaniers d’ici à 2011.

Pour ce qui est de cette année, 1 600 nouveaux douaniers sont déjà en train de bénéficier d’une formation de plusieurs mois afin de rajeunir la douane d’un côté et d’un autre côté répondre aux besoins de l’économie, le seul souci et l’unique raison du développement de la douane.

Un développement qui sera relevé à plusieurs défis, annonce le DG de la douane algérienne, à commencer par simplifier le contentieux fiscal de la douane qui reste toujours aussi compliqué, pense ce dernier.

Avant de finir son allocution, Mohamed Abdou Bouderbala annonça d’autre part, la prochaine réception d’un nouveau scanner d’une technologie avérée au profit de la douane, en plus de la réparation de plusieurs autres scanners qui sont actuellement à l’arrêt.

Le Jour d'Algérie