La Russie a perdu des centaines de millions de dollars suite à sa décision de ne pas livrer des systèmes sol-air S-300 à l'Iran, a déclaré vendredi Alexandre Fomine, directeur du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS), à la radio Echo de Moscou.
"La Russie a perdu plusieurs centaines de millions de dollars (de dédit pour le non-respect du contrat sur les S-300 signé avec l'Iran). En plus, une plainte pour 4 milliards de dollars est déposée auprès d'un tribunal international et le client (l'Iran) a tout à fait raison", a indiqué M.Fomine.
Qui plus est, les missiles S-300 fabriqués sur mesure pour l'Iran ne peuvent pas être vendus à un autre pays, selon lui. "Le système S-300 est très complexe. Il comprend des moyens de frappe, des radars, d'autres composantes que chaque client choisit de son gré" et dont certains éléments peuvent être commandés à des pays tiers, a-t-il expliqué. Les missiles S-300 destinés à l'Iran sont donc un produit spécifique difficile à vendre à l'étranger, d'après le responsable.
Le contrat de livraison de S-300 à l'Iran engageait la Russie à fournir cinq unités complètes de ces systèmes antiaériens pour un montant d'environ 800 millions de dollars. Or, l'exécution du contrat a été suspendue en septembre 2010 par le président russe Dmitri Medvedev, en application d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU interdisant la livraison d'armes conventionnelles à Téhéran.

rian.ru