Hadj Nacer, ex-gouverneur de la banque d’algérie, au forum de “Liberté”
“La démocratie, c’est rendre des comptes”

Par : Mohamed-Chérif LACHICHI

Invité au Forum de Liberté, l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie, Abderrahmane Hadj Nacer, est revenu, hier, sur qui agitent actuellement le microcosme politique algérien. Son constat est sans appel.

“L’argent a cassé le pouvoir de rendre compte. La représentation démocratique a disparu au profit de la mise en place d’une oligarchie.” Pour Hadj Nacer, quand les décideurs se libèrent de l’obligation de rendre compte et de se justifier concernant la gestion des biens publics, la corruption prend alors des ailes. Il explique, d’une manière didactique, que de par sa nature “maffieuse”, la corruption tourne le dos à toute forme d’organisation sociale et ne reconnaît pas au citoyen le droit de participer à la vie politique. Abordant longuement la logique financière qui a favorisé, entre autres méfaits, une exploitation irrationnelle des ressources naturelles, Hadj Nacer a révélé que la “doctrine algérienne”, qui consistait jadis à maximiser les ressources en hydrocarbures, a été reprise par les Norvégiens qui font tout aujourd’hui pour allonger la durée de vie de leurs gisements. “On ne touche pas aux bijoux de famille. On a beau reprocher des choses à l’ancien Premier ministre, Abdelhamid Brahimi, il faut lui reconnaître sa gestion des richesses du sous-sol qu’il cherchait véritablement à préserver pour les générations futures.” Et de s’interroger : “On a, aujourd’hui, des excédents financiers : pourquoi pomper autant ?” En tant que citoyen algérien, Abderrahmane Hadj Nacer demande, à son tour, “un débat public” sur l’énergie. L’ancien gouverneur se dit effaré de savoir que la “chaudronnerie pétrolière” soit importée de Corée du Sud alors que ce pays n’est pas producteur de pétrole. Il se dit également désolé de la fermeture des boîtes d’ingénierie qui ont disparu les unes après les autres, entraînant la dilapidation d’un grand capital technologique accumulé des années durant. En réalité, ce qu’il reproche, en particulier, à nos corrompus, c’est l’absence totale, chez eux, d’éthique et notamment du souci de créer de la valeur ajoutée, des emplois… Dépourvus de moralité, le but de ces derniers est de maximiser leurs profits afin de verser dans l’oligarchie internationale. L’ultime consécration pour eux. D’après l’auteur de La Martingale algérienne (un succès de librairie, s’il en est), le pays navigue aujourd’hui à vue : “Avant, nous faisions tous les cinq ans des projections sur 15 ans. Aujourd’hui, il n’y a plus de ministère du Plan. Les centres de calcul indépendants n’existant plus, les itérations contradictoires ont, aujourd’hui, complètement disparu au point où le ministère des Finances se retrouve sans contre-pouvoir.”
Pour Hadj Nacer, les décideurs algériens jouent sur du velours.“Adoubés à l’extérieur, nos dirigeants n’ont plus qu’à acheter à l’intérieur la paix sociale. Pour eux, les capacités d’anticipation ne peuvent être que des capacités de résistance.” Hadj Nacer explique la disparition du ministère du Plan par le fait que ce département ne gérait pas l’argent et qu’il n’avait pas un accès direct à la rente. Sur le registre de la corruption, Hadj Nacer a également évoqué “les éléphants blancs”, ces investissements publics inutiles qui sont, non seulement sans rentabilité aucune, mais aussi sans impact réel sur la population qui paye, elle, pourtant toujours les frais de remboursement.
Ces réalisations étant initiées uniquement pour pomper des ressources financières au profit d’une oligarchie. S’agissant du placement des excédents financiers sous lesquels croule, aujourd’hui, la Banque d’Algérie, son ancien gouverneur estime que “le prêt de l’Algérie au FMI n’est pas une erreur”. Et pour cause, selon lui, “un jour ou l’autre, on sera, de nouveau, emprunteur”. Pour Hadj Nacer, le placement d’une partie de nos économies au FMI est sans risque, alors que les fonds déposés au Trésor américain sont aujourd’hui quasiment “irrécupérables”, et cela nonobstant le fait qu’ils ne sont pas bien rémunérés. Il explique qu’en cas de coup dur, les biens disponibles aux États-Unis serviront en priorité aux citoyens américains. Enfin, la solution idoine aurait dû consister, selon lui, à acheter des sociétés, des banques, des firmes automobiles. C’est pourquoi, il regrette que les autorités algériennes aient tant supplié Renault de s’implanter en Algérie alors que la régie française y était hostile. “On aurait pu prendre, à la place, des participations dans Peugeot. On a raté Volvo, mais on aurait pu acquérir Saab pour la somme de deux milliards de dollars.”
Sur un autre plan, faute d’absence de “vérité des prix” et sous l’impulsion effrénée de l’import-import, l’Algérie “subventionne”, d’après lui, aujourd’hui, le reste du monde, à commencer par ses voisins immédiats à travers la contrebande.
“De toute manière, les besoins nationaux ne suffisent plus à légitimer le niveau actuel des importations.” Il rappellera qu’en l’an 2000, lors de l’élaboration du plan quinquennal, il était seulement prévu l’importation de quelque 35 000 voitures, “un vrai fantasme à l’époque”. “Aujourd’hui, on importe 20 fois plus !” Pour Hadj Nacer, les solutions à nos problèmes économiques (ou autres) ne peuvent qu’émerger du seul génie algérien. Il suffit, pour cela, de “faire confiance à nous-mêmes et à notre histoire”.