Renseignements gnraux : Scandales et tuyaux crevs

La police se dcouvre-t-elle en les renseignements gnraux (RG) un organe gangren ? Il y a tout lieu de le supposer au vu des limogeages en cascade dofficiers de ce dpartement.

La chronique mdiatique, ces temps derniers, a trouv en les scandales impliquant des officiers des renseignements gnraux de la police, voire des hauts responsables de ce corps, de quoi sassaisonner.

Lundi, en croire des rvlations faites par la presse, le patron des renseignements gnraux au niveau de la wilaya de Annaba, Beldjilali Kamel, a t dmis de ses fonctions.

La dcision, prise par le directeur gnral de la Sret nationale (DGSN), Ali Tounsi, serait motive par limplication du mis en cause ainsi que dautres officiers dans un chapelet de scandales.

Cette sanction intervient aprs celle prononce le week-end dernier par le mme DGSN lencontre du patron du Service rgional des renseignements et des recherches oprationnelles (SRRRO) au niveau de la mme wilaya.

Mais avant quil ne svisse dans cette wilaya de lest, le directeur gnral de la Sret nationale avait eu sillustrer louest, prcisment dans la wilaya dOran o il suspendit de ses fonctions le premier responsable des renseignements gnraux au niveau de la Sret de cette wilaya.

Ce dernier se serait rendu coupable davoir gard 18 grammes de rsine de cannabis dans son bureau.

Auparavant, Ali Tounsi avait eu encore suspendre de ses fonctions le patron des renseignements gnraux de la Sret de la wilaya dAlger (SWRG).

Dans le sillage des responsables des RG suspendus, sont tombs galement deux autres officiers ainsi que le commissaire de larrondissement de Bab-El-Oued.

Ces sanctions ont t motives, rappelons-le, par une approximation dans le traitement dun dossier dhabilitation dun postulant lintgration du corps de la police.

Hormis cette scabreuse affaire de cannabis dont se serait, en sus, rendu coupable le patron des RG Oran, il reste que, de manire gnrale, les responsables sanctionns auraient eu le tort de se rendre auteurs dun laxisme dans la rcolte et la gestion du renseignement.

Et si le directeur gnral de la Sret nationale a dcid ainsi de chtier ces responsables des RG qui ont failli leur mission et manqu leur serment, cest que le prjudice que leur nonchalance a caus est grand.

Relativement la scurit publique en gnral qu la subversion terroriste en particulier. Organe nvralgique de la police nationale, les renseignements gnraux ont la lourde tche de fournir les lments ncessaires lanticipation en matire de scurit.

Et, videmment, quand les RG viennent tre mal tuyauts ou louper de faire bon usage des informations quils rcoltent, cest linefficacit certaine qui atteint le corps entier de la police.

Le directeur gnral de la Sret nationale semble stre rveill cette ralit amre des renseignements gnraux. Une ralit qui ne lui laisse pas de rpit, puisque les sanctions nont de cesse de pleuvoir.

Reste savoir maintenant si Ali Tounsi ne fait que ragir aprs coup des scandales trop visibles ou alors, au contraire, son action participe dune dcision rsolue faire un profond lifting dans le corps.

A se fier ses dclarations dil y a une anne, il sagirait de la mise excution dun plan tolrance zro lencontre des policiers ripoux.

A plus forte raison lencontre des responsables des renseignements gnraux qui, eu gard ce que la rvlation donne consigner comme scandales les impliquant, auraient oint leur mtier dune paisse couche dclaboussure.

Source: Le Soir d'Algrie