Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11

Discussion: L'histoire du jour.

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut L'histoire du jour.

    --------------------------------------------------------------------------------

    SALAM

    je vais essayer de partager avec vous des petites histoires connues ou inconnues que j'ai lu sur la toile ,qui vous permetront le temps d'un clein d'oeil de rever,de sourir et de vous evades de vos soucis quotidient avec en prime une morale de sagesse.



    LE RICHE ET LE PAUVRE

    Un père riche, voulant que son fils puisse savoir ce que c'est d'être pauvre, l'amena passer
    quelques jours chez une famille paysane.
    L'enfant y passa 3 jours et 3 nuits, vivant aux champs.
    De retour vers la ville en voiture le père lui posa quelques questions:

    - Que penses-tu de ton expérience de c'est 3 jours ?
    -Bien, répondi le fils quelque peu distant

    -As-tu appris quelque chose ? insiste le père.
    Oui, bien sur:

    1° Que nous avons 1 chien, eux ils en ont 4

    2° Que nous avons une piscine avec l'eau traité, qui arrive à moitié de la cour. Eux ils ont une rivière entière d'une eau cristalline et des poissons, ainsi que d'autres belles choses

    3° Que nous avons une installation électrique dans notre jardin, mais eux ils ont les étoiles et la lune pour les éclairer

    4° Notre jardin arrive jusqu'au mur, le leur sur l'orizon

    5° Nous autre achetons les plats cuisinés, eux ils les cuisinent

    6° Nous écoutons des CD's... Eux ils écoutent une perpétuelle
    symphonie de chants d'oiseaux, cigales, grillons et autres.... Tout ça, accompagné parfois, par la chanson d'un voisin travaillant sur ses terres

    7° On utilise le micro-onde, ce que eux mangent à la saveur de plats mijotés à feu lent

    8° Pour nous protèger, nous vivons entourés de murs, avec des alarmes. Eux ils vivent les portes ouvertes, protègés par l'amitié des voisins

    9° Nous vivons connectés à notre portable, à notre ordinateur,à la télévision. Eux ils sont « connectés » à la vie, au sol, à l'eau, à la verdure, aux animaux à son ombre, à leur famille.

    Son père resta impressionné par la profondeur du raisonnement de son fils.
    Enfin le fils conclu:
    -Merci pour m'avoir permis d'apprendre les pauvres que nous sommes.

    Epilogue
    Chaque jour nous sommes plus pauvres en observant pas la nature, l'oeuvre grandiose de sa création
    Nous cherchons à possèder, possèder, possèder chaque fois plus,en se préocupant uniquement
    D'ETRE.
    _________________
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de chloe.i0775
    Date d'inscription
    mars 2013
    Localisation
    Paris
    Âge
    21
    Messages
    186

    Par défaut

    Elle est magnifique l'histoire, c'est bien la vérité : que c'est bon de s'assoir sur l'herbe et regarder le soleil se coucher lentement... et de s'allonger, de fermer les yeux et d'écouter la nature parler...

    Elle est là la richesse.

  3. #3
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut

    SALAM

    bin tu vivras ça tres bientot j'espere.tout le monde a un coin de campagne qui l'attend.
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

  4. #4
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut

    SALAM

    Yudhishtira le sage





    Yudhishtira est l'un des héros du Mahabarata, ce conte épique hindou qui relate le commencement de l'Histoire des Dieux et des hommes. Il était le fils de Yama, le premier homme, seigneur de la vertu et souverain du royaume de la mort. Calme, pondéré dans ses jugements, incorruptible, Yudhishtira est considéré le plus juste et le plus sage des hommes.

    Un jour, Dharma, le père de l'humanité, apparu devant lui sous la forme d'un lutin et l'interrogea ainsi :





    — Qu'est-ce qui est plus léger que le vent ?

    — L'esprit est plus léger que le vent.

    — Qu'est-ce qui est plus prolifique que l'herbe des champs ?

    — Il y a plus de pensées qui naissent et disparaissent dans l'esprit d'un homme que d'herbe dans les champs.

    — Quelle est la seule véritable ascèse ?

    — La maîtrise de l'esprit.

    — Quel est le plus haut refuge de la vertu ?

    — La générosité.

    — Quel est l'abri le plus sûr de la renommée ?

    — La bonté est l'abri le plus sûr de la renommée.

    — Quel est l'abri le plus sûr de la pensée ?

    — La vérité.

    — Et du bonheur, quel est l'abri sûr ?

    — La patience.

    — Qu'est-ce que la patience ?

    — Dompter ses sens et ses désirs conduit à la patience.

    — De tous les refuges, quel est le plus haut ?

    — Le don.

    — Qu'est-ce qui, si on y renonce, fait qu'on peut être aimable ?

    — L'orgueil, si on y renonce, fait que l'on peut devenir aimable.

    — Qu'est-ce que l'orgueil ?

    — L'orgueil, c'est croire être l'acteur de sa vie.

    — Quel est la nature du pardon ?

    — Le pardon va jusqu'à endurer l'hostilité.

    — Comment éviter la honte ?

    — En s'éloignant de l'acte indigne.

    — Dis-moi quel ennemi est invisible ?

    — La colère.

    — Quelle maladie est la plus difficile à soigner ?

    — L'avidité.

    — Qu'elle est la cause du chagrin ?

    — L'attachement immodéré.

    — Quel est le ferment de la souffrance ?

    — L'impatience.

    — Qu'est-ce que la méchanceté ?

    — Regarder le mal plutôt que le bien.

    — Qu'est-ce que la compassion ?

    — Souhaiter le bonheur de tous les êtres.

    — Qu'est-ce que la charité ?

    — Protéger toutes les créatures.

    — Quel homme peut être considéré malhonnête ?

    — Celui qui n'a pas de pitié est malhonnête.

    — Qui est l’homme le plus fortuné ?

    — L’homme le plus fortuné est celui qui s’est hissé au-dessus du plaisir et de la frustration, du bonheur et du chagrin, du passé et du futur.

    — Quel est le meilleur des bonheurs ?

    — Le contentement.

    — Quelle est la meilleure de toutes les qualités dignes d'être célébrées ?

    — La compétence.

    — Qu'est-ce que la paresse ?

    — Ne pas accomplir son devoir.

    — Qu'est-ce que le devoir ?

    — Faire ce qu'on a à faire du mieux possible sans attendre le résultat de l’acte, insensible à ses fruits, égal dans le succès comme dans l’échec. Dans l’action, agir sans attachement pour l’objet ni pour l’acte, en laissant les choses dans leur virginité et leur anonymat.

    — Quel est le plus premier de tous les devoirs ?

    — S'abstenir de nuire à quiconque est le premier de tous les devoirs.

    — A quoi faut-il renoncer pour n'avoir aucun regret ?

    — Si on renonce à l'espoir on ne le regrette pas.

    — Qu'est-ce que la tranquillité ?

    — La maîtrise des émotions.

    — Comment maîtriser les émotions ?

    — En s’abstenant de juger les événements, demeurant ferme dans la vision de l’unité au sein de la dualité. Là, plaisirs et déplaisirs, chaud et froid, orgueil et humilité sont les deux faces d’un même phénomène.

    — Qu'est-ce que la simplicité ?

    — L'équanimité est parfaitement simple. Elle voit du même œil l’or, la terre et la pierre. Elle pose un même regard sur le saint, le chien et le mangeur de chien.

    — Quel renoncement a le plus de valeur ?

    — Le renoncement au désir. Parce que le désir est ce qui donne de la valeur.

    — Quelle est la nature essentielle du désir ?

    — Les désirs ont les idées pour origine, et les idées naissent dans la pensée. Quand on maîtrise la pensée, on maîtrise les sens. On peut alors résolument rester en soi.

    — Quelle est la véritable propreté ?

    — La propreté c'est, prenant son bain, se laver aussi l'esprit de ses impuretés.

    — Quelle est la cause de la souffrance ?

    — L’illusion.

    — Qu'est-ce que l'illusion ?

    — Les formes et les désirs tissent les apparences. Le réel est au-delà.

    — Qu'est-ce qui est réel en ce monde ?

    — Ni ceci ni cela. L’au-delà de l’espace et du temps. L’au-delà de la forme et du nom, car le sans-forme est impérissable.

    — Qu'est-ce qui, si on l'oublie, conduit à l'égarement ?

    — Oublier que tout est un seul être.

    — Quelle possession a le plus de valeur ?

    — La connaissance.

    — Qu'elle est la véritable connaissance ?

    — La conscience qui a la conscience pour objet.

    — Qu'est-ce qui conduit à la connaissance ?

    — L'immobilité. La conscience est le sacrifice et la conscience est l’offrande. La conscience est ce à quoi cela advient. Le feu de la connaissance réduit tout en cendres. L’immortel est dans les restes du sacrifice.

    — Dans l'action qu'est-ce qui demeure immobile ?

    — L'action dans le corps, le non-agir dans l'esprit.

    — Quelle est la meilleure religion ?

    — La meilleure religion est celle qui conduit les hommes à se libérer de la peur.

    — Qu'est-ce que la Voie ?

    — Ceux qui sont bons la montrent.

    — Quelle est la Voie juste ?

    — Les textes sacrés sont tous différents les uns des autres. Il n'existe pas un seul prophète dont on puisse considérer l'opinion infaillible. Sur la religion et la morale, la vérité est cachée dans la solitude et le silence. C'est là qu'avec les grands sages on peut méditer la Voie juste.[1]
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

  5. #5
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut

    SALAM

    LE PAQUET DE BISCUIT A MEDITER

    Une jeune femme attendait l'heure de son vol dans un grand aéroport..
    Puisqu'elle aurait à attendre plusieurs heures elle décida de s'acheter un bon livre.
    Elle acheta aussi un paquet de biscuits.
    Elle s'assit dans un bon fauteuil dans la salle VIP de l'aéroport pour se reposer et lire en paix.
    A coté du fauteuil ou se trouvait le paquet de biscuits , un homme ouvrit son magazine et se mit à lire.
    Lorsqu 'elle prit un premier biscuit , l'homme fit de même .Elle se sentait irritée par ce comportement , mais elle ne dit rien , se contentant de penser : « Quel effronté, j'ai envie de lui donner une bonne raclée ! »
    A chaque biscuit qu'elle prenait, l'homme en prenait un aussi.
    Cela la mettait dans tous ses états , mais elle ne voulait pas faire une scène
    Lorsqu'il ne resta qu'un seul biscuit, elle pensa « Et que va t-il faire maintenant, cet abruti de profiteur ? »
    L'homme prit le dernier biscuit , le brisa en deux et lui en remit la moitié.
    Ah, mais là; c'était trop!
    Elle était hors d'elle !
    Elle prit son livre et ses affaires, et sortit en trombe pour se rendre au guichet d'embarquement.
    Lorsqu'elle prit son siège dans l'avion,....... elle ouvrit son sac à main pour prendre ses verres de lecture, et , à sa grande surprise, elle y découvrit ... son paquet de biscuits, intact et non-ouvert !
    Elle se sentit tellement MAL !!!Elle réalisait combien elle s'était trompée...
    Elle avait oublié qu 'elle avait mis son paquet de biscuits dans son sac à main
    L'homme avait partagé ses biscuits avec elle sans aucune rancune ni appréhension ...pendant qu'elle était si choquée, pensant qu'elle avait partagé ses biscuits avec lui..et maintenant, elle n'aurait plus la chance de l'expliquer ou de s'excuser...


    Morale de l'histoire


    Il y a 4 choses que nous ne pouvons pas retrouver ...
    1 ) La pierre ... après l'avoir lancée
    2) Le mot...après l'avoir dit !
    3) L'occasion ...après l' avoir perdue !
    4) Le temps lorsqu'il est passé !!
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

  6. #6
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut

    Les 4 bougies










    Les quatre bougies brûlaient lentement.
    L'ambiance était tellement silencieuse
    qu'on pouvait entendre leur conversation.

    La première dit :
    '' Je suis la Paix !
    Cependant personne
    n'arrive à me maintenir allumée.
    Je crois que je vais m'éteindre.''
    Sa flamme diminua rapidement,
    et elle s'éteignit complètement.

    La deuxième dit :
    '' Je suis la Foi !
    Dorénavant je ne suis plus indispensable,
    cela n'a pas de sens
    que je reste allumée plus longtemps.''
    Quand elle eut fini de parler,
    une brise souffla sur elle et l'éteignit.

    Triste, la troisième bougie se manifesta à son tour :
    '' Je suis l'Amour !
    Je n'ai pas de force pour rester allumée.
    Les personnes me laissent de côté et
    ne comprennent pas mon importance.
    Elles oublient même d'aimer ceux
    qui sont proches d'eux.''
    Et, sans plus attendre, elle s'éteignit.

    Soudain… un enfant entre
    et voit les trois bougies éteintes.
    '' Pourquoi êtes-vous éteintes ?
    Vous deviez être allumées jusqu'à la fin''
    En disant cela, l'enfant commença à pleurer.

    Alors, la quatrième bougie parla :
    '' N'aie pas peur, tant que j'ai ma flamme
    nous pourrons allumer les autres bougies,
    je suis l'Espérance ! ''

    Avec des yeux brillants,
    l'enfant prit la bougie de l'Espérance…
    et alluma les autres.

    Que l'Espérance ne s'éteigne jamais
    en nos coeurs et que chacun de nous
    puisse être l'outil nécessaire pour maintenir
    l'Espérance, la Foi, la Paix et l'Amour
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    Chacun porte en lui sa vision du monde...


    Il était une fois un vieil homme assis à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient. Un jeune homme s’approcha et lui dit :
    - Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
    Le vieil homme lui répondit par une question :
    - Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
    - Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir, dit le jeune homme.
    Le vieillard répondit : Tu trouveras les mêmes gens ici.
    Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question.
    - Je viens d’arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
    Le vieil homme répondit de même :
    - Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?
    - Ils étaient bons et accueillants, honnêtes, j’y avais de bons amis. J’ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.
    - Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.
    Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :
    - Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?
    - Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son cœur.
    ''Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. ''
    Mandela

  8. #8
    Nouveau Membre Avatar de penicillina
    Date d'inscription
    mars 2013
    Messages
    11

    Par défaut

    wow tellement belles ces histoires je les ai lu avec enthousiasme j'ai trop aimé ..merci pour le partage

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de ICOSIUM
    Date d'inscription
    juillet 2012
    Messages
    2 255

    Par défaut

    L’apologue des peintres de Byzance et de Chine


    « Un jour un sultan appela des peintres à son palais, les uns venant de Chine, les autres de Byzance. Les Chinois prétendaient être les meilleurs artistes ; les Grecs, de leur côté, revendiquaient la précellence de leur art. Le Sultan les chargea de décorer d'une fresque deux murs qui se faisaient face. Un rideau séparait les deux groupes de concurrents qui peignaient chacun une paroi sans savoir ce que faisaient leurs rivaux. Mais tandis que les Chinois employaient toutes sortes de peintures et déployaient de grands efforts, les Grecs se contentaient de polir et lisser sans relâche leur mur. Lorsque le rideau fut tiré, l'on put admirer les magnifiques fresques des peintres chinois se reflétant dans le mur opposé qui brillait comme un miroir. Or, tout ce que le sultan avait vu sur le mur des Chinois semblait beaucoup plus beau, reflété sur celui des Grecs »

    (Rûmi « Anthologie du soufisme » Eva de Vitray Meyerovitch)

    La pureté d'un miroir est sans nul doute le cœur qui reçoit d'innombrables images. C'est ainsi qu'en polissant et purifiant son cœur du désir, de la cupidité, de l'avarice et de la haine on reflète dans le miroir de son propre cœur l'infinie forme sans forme de l'Invisible, et c'est lumière !

    ''Etre libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. ''
    Mandela

  10. #10
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    octobre 2012
    Messages
    432

    Par défaut

    SALAM
    je peux dire que c'est peut-etre la SEULE histoire"les peintres" que je n'ai pas encore lu.
    MERCI.
    mquidech bou lahmoum ma yorkod maydjih ennoum

Discussions similaires

  1. Si un jour
    Par baudelaire87 dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 12
    Dernier message: 09/02/2013, 23h18
  2. Cadeau du jour
    Par mquidech dans le forum Le Café
    Réponses: 6
    Dernier message: 28/12/2012, 08h31
  3. L'invocation du jour
    Par personne dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 2
    Dernier message: 18/08/2011, 04h26
  4. Le Dilem du Jour
    Par Toufik dans le forum Le Café
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/08/2010, 21h57
  5. Sites du jour
    Par kredence dans le forum Support Multimédia
    Réponses: 11
    Dernier message: 10/04/2010, 23h51

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •