Pyongyang a officiellement interdit aux spécialistes sud-coréens d'entrer dans le complexe industriel intercoréen de Kaesong, rapporte mercredi l'agence sud-coréenne Yonhap.
"Le Nord nous a indiqué ce matin qu'il n'autoriserait que les départs depuis Kaesong et interdirait les trajets vers le complexe", a déclaré Kim Hyung-Suk, porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification, en charge des relations entre les deux pays.
"Le gouvernement sud-coréen regrette profondément l'interdiction de l'entrée à Kaesong et appelle à la lever immédiatement", a souligné le porte-parole.
Le complexe de Kaesong, situé en Corée du Nord et symbole de la coopération entre les deux pays, est ainsi devenu un nouveau foyer de confrontation dans la péninsule coréenne qui connaît un net regain de tension ces dernières semaines.
Séoul a également prévenu qu'il disposait d'un plan d'urgence prévoyant un possible recours à la force militaire en vue de garantir la sécurité de ses citoyens travaillant à Kaesong.
Début mars, Pyongyang, en signe de protestation contre les exercices conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis, a résilié tous les accords de non-agression et de dénucléarisation conclus avec Séoul et a annoncé l'annulation de l'armistice conclu à l'issue de la guerre de Corée (1950-1953). Pyongyang a également promis qu'il se comporterait "selon les lois du temps de guerre" en cas de démarches hostiles pouvant dégénérer en une "guerre d'envergure", voire en une "guerre nucléaire".

rian.ru