DE PLUS BEAUX SEINS SANS SOUTIEN-GORGE ?

Et si le soutien-gorge ne servait finalement à rien ?


Il serait un «faux besoin», d’après une étude menée au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon.
Pour parvenir à ce résultat, une équipe du CHU a mesuré au pied à coulisse et à la réglette pendant une quinzaine d’années les poitrines de près de 330 femmes.

Conclusion : l'absence de soutien-gorge permettrait de redresser les seins. Ils «s’étioleraient» en effet d’eux-mêmes à cause du sous-vêtement qui empêcherait les «tissus de soutien [des poitrines] de se développer».

Autre avantage, les participantes à l'expérience affirment avoir beaucoup moins mal au dos.

Interrogé par France Info, le professeur Jean-Denis Rouillon, responsable de l’étude, insiste tout de même : il s’agit de « résultats préliminaires portant sur un groupe qui n'est pas représentatif de la population générale ».

Et,
quelques extraits de "l'étude".
Un médecin met en doute l'utilité du soutien-gorge, étude à l'appui

******

Son équipe a observé sur ce groupe restreint que sans soutien-gorge, le mamelon des seins remontait en moyenne de 7 millimètres en un an, par rapport à l'épaule. Le médecin a également relevé que globalement les seins se raffermissent et que les vergetures s'estompent.

Il émet l'hypothèse que si la femme met un soutien-gorge dès l'apparition de ses seins, l'appareil suspenseur (situé sur le haut du corps) ne travaille pas correctement et ses tissus de suspension se distendent.

La femme devient alors dépendante du soutien-gorge, dont elle n'a pas vraiment besoin.

******


Les femmes qui font confiance à leur soutien-gorge n'ont plus la sensation d'avoir des seins, car ils sont soutenus, et elles adoptent une mauvaise posture. Sans, elles se redressent et se tiennent plus droite

******


Mais il s'agit d'une étude préliminaire sur des femmes volontaires qui ne sont pas représentatives de l'ensemble de la population mondiale, a-t-il nuancé.

Par ailleurs, tout dépend de la structure des seins de chacune, a ajouté le médecin. Une femme de 45 ans en sur-poids et avec trois enfants n'a aucun intérêt à arrêter de porter un soutien-gorge, a-t-il ainsi prévenu.



Source et article complet:

Un médecin met en doute l'utilité du soutien-gorge, étude à l'appui