Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 11 à 16 sur 16

Discussion: Feuilleton moines de tibhirine : suite

  1. #11
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par yasmi Voir le message
    Paix à leurs âmes.
    Le gouvernement a tout de même une part de responsabilité dans ce qui s'est passé , elle est avant tout
    morale.
    pas une part de responsabilité mais TOUTE la responsabilité.
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  2. #12
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    pas une part de responsabilité mais TOUTE la responsabilité.
    Mais nous en avons beaucoup, koul wahed iqoul fouli tayeb ( tout le monde prétend que ses fèves sont les meilleures), et personne ne peut prouver le contraire dans cette fawdha gouvernementale lol
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  3. #13
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par dahmane1 Voir le message
    Mais nous en avons beaucoup, koul wahed iqoul fouli tayeb ( tout le monde prétend que ses fèves sont les meilleures), et personne ne peut prouver le contraire dans cette fawdha gouvernementale lol
    pas du tout sahbi

    quand un chien mord une personne ce n'est pas le chien qu'on verbalise mais son proprietaire tout comme un enfant qui fait un dégat c'est aussi les parents qui trinquent

    la question qui se pose est : pourquoi le chien a mordu et pourquoi l'enfant à fait des dégâts ( étaient-ils malades, contraints ? etc...)

    secundo :
    quand un accident de voiture survient y'a toujours un responsable direct ou non et l'expert doit rendre un avis mais pourquoi en algérie il n'y a jamais eu d'expertise?

    et une des preuves de la responsabilité du régime ( c'est une reconnaissance implicite de leur part) est dans la charte pour la réconciliation ( zaama) il est interdit à toute personne d'avoir vécu un '' accident'' ( nezzar prétend cela) de porter plainte ou même d'en parler et meme qu'une peine est prévue : 05 ans.

    donc pour résumer le tout :

    si je te tape et que tu dises aie tu auras 05 ans de prison. ( c'est le pays où les droits de l'homme et la justice sont garantis ) manquent un petit mot : pour qui?
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  4. #14
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Citation Envoyé par bel1000 Voir le message
    pas du tout sahbi

    quand un chien mord une personne ce n'est pas le chien qu'on verbalise mais son proprietaire tout comme un enfant qui fait un dégat c'est aussi les parents qui trinquent

    la question qui se pose est : pourquoi le chien a mordu et pourquoi l'enfant à fait des dégâts ( étaient-ils malades, contraints ? etc...)

    secundo :
    quand un accident de voiture survient y'a toujours un responsable direct ou non et l'expert doit rendre un avis mais pourquoi en algérie il n'y a jamais eu d'expertise?

    et une des preuves de la responsabilité du régime ( c'est une reconnaissance implicite de leur part) est dans la charte pour la réconciliation ( zaama) il est interdit à toute personne d'avoir vécu un '' accident'' ( nezzar prétend cela) de porter plainte ou même d'en parler et meme qu'une peine est prévue : 05 ans.

    donc pour résumer le tout :

    si je te tape et que tu dises aie tu auras 05 ans de prison. ( c'est le pays où les droits de l'homme et la justice sont garantis ) manquent un petit mot : pour qui?
    je précise juste que par "beaucoup" je parle des différents "gouvernements" issus d'un même système...
    Dernière modification par dahmane1 ; 30/05/2013 à 09h54.
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  5. #15
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par dahmane1 Voir le message
    je précise juste que par "beaucoup" je parle des différents "gouvernements" issus d'un même système...
    sahbi
    je ne fais aucune distinction car depuis toujours on nous parle de continuité ( ils disent le changement dans la continuité) le patron restera le patron en smoking ou à poil
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

  6. #16
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    je viens de trouver cela :

    La justice française et le crime de Tibhirine : l’étrange exception algérienne*

    29 mai 2013

    Françoise Boëgeat (nièce de Frère Paul), Élisabeth Bonpain-Lebreton (sœur de Frère Christophe), Anna Bozzo (historienne), François Burgat (politologue), Nicole Chevillard (journaliste), Antoine Comte (avocat), Hélène Flautre (députée européenne), François Gèze (éditeur), José Garçon (journaliste), Noël Mamère (député), Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue), Jean-Pierre Peyroulou (historien), Jean-Baptiste Rivoire (journaliste), Lucile Schmid (membre d’EELV), Armand Veilleux (moine).

    Le 23 avril 2013, un attentat à la voiture piégée contre l’ambassade de France en Libye a blessé deux gendarmes français. La section antiterroriste du parquet de Paris a immédiatement ouvert une enquête, conformément à la doctrine constante de la Ve République quand des Français sont victimes d’actes terroristes à l’étranger. Cet événement nous donne l’occasion de rappeler que cette doctrine souffre une très étrange exception : l’Algérie.

    De septembre 1993 à août 1996, pas moins de trente-huit ressortissants français – dont seize religieux et trois gendarmes – ont été assassinés dans ce pays. Des crimes pour la plupart attribués au Groupe islamique armé (GIA). Pourtant, aucun d’entre eux n’a donné lieu à l’époque à l’ouverture d’une instruction par le parquet antiterroriste. Comment expliquer cette indifférence de l’État français face au sort de ses ressortissants ? Et, plus encore, face à la terrible hécatombe de la guerre civile algérienne des années 1990, l’une des plus sanglantes de la seconde moitié du xxe siècle, avec plus de 150 000 morts ?

    La réponse est connue de longue date : pour Paris, Alger n’a jamais été, depuis l’indépendance de 1962, une capitale étrangère « comme les autres ». N’ayant jamais voulu regarder en face le terrible bilan de cent trente-deux ans de colonisation et de la tragique guerre d’indépendance qui en fut l’épilogue, la France officielle, à gauche comme à droite, a choisi de fermer les yeux sur la dérive autoritaire du pouvoir algérien dès 1962. Puis de s’accommoder de ses dérives mafieuses à partir des années 1980, au point que certains responsables politiques et économiques sont devenus parties prenantes des réseaux de corruption et des lobbies de la « Françalgérie ». Et après le coup d’État de janvier 1992 à Alger, la très étroite collaboration entre services français et algériens (DST et DRS) a conduit au soutien de facto de Paris à la guerre contre-insurrectionnelle conduite par les généraux « janviéristes » contre la population civile et les islamistes.

    Cette histoire explique que les gouvernements français successifs, « contraints dans leur expression » par le risque d’attentats en France (comme l’a admis le Premier ministre Lionel Jospin en septembre 1997), se soient abstenus de toute action judiciaire pour faire la lumière sur les assassinats de leurs ressortissants. Car experts, diplomates et responsables français ne le cachent plus en privé : nombre de ces crimes, revendiqués par les GIA, ont été perpétrés à l’initiative des chefs du DRS – véritables dirigeants du pays –, qui ont manipulé ces « groupes islamiques de l’armée », comme certains les ont qualifiés en Algérie.

    Tel fut notamment le cas de l’enlèvement, en mars 1996, des sept moines trappistes de Tibhirine et de leur assassinat. Seule la plainte de la famille d’un des moines a enfin permis, en 2004, l’ouverture d’une instruction par le parquet antiterroriste à Paris. D’abord confiée au juge Jean-Louis Bruguière, l’enquête n’a guère avancé. Reprise en 2007 par le juge Marc Trévidic, elle a notamment obtenu la déclassification de documents « secret-défense » attestant que les services français connaissaient l’instrumentalisation par le DRS de Djamel Zitouni, l’« émir national » du GIA ayant revendiqué le crime. Et depuis début 2012, le juge Trévidic attend toujours l’accord d’Alger pour poursuivre ses investigations en Algérie.

    Face à ces avancées, comme aux dénonciations rigoureusement argumentées de certains d’entre nous et d’ONG de défense des droits humains, la machine de désinformation du DRS n’a cessé de dénigrer, dans les médias algériens, ceux qui se mobilisaient pour obtenir la vérité et la justice sur les crimes commis aussi bien par l’armée que par des islamistes pendant la « sale guerre » algérienne. En martelant un thème unique : ces militants, journalistes et responsables politiques ne viseraient qu’à « dédouaner l’islamisme de sa barbarie ». Une accusation absurde régulièrement reprise en France depuis près de vingt ans par certains relais médiatiques convaincus de l’identité entre islam et terrorisme. Au point de rester obstinément aveugles aux multiples témoignages établissant l’instrumentalisation de la violence islamiste par les services secrets algériens.

    On retrouve cet aveuglement dans le documentaire Le Martyre des moines de Tibhirine, diffusé par France 3 le 23 mai. Ce reportage soigné, qui n’a pu être réalisé qu’avec l’aval des autorités algériennes, donne étrangement la parole à divers « islamistes repentis » revendiquant leur rôle actif dans l’enlèvement et l’égorgement des moines, sans qu’aucun d’entre eux n’ait jamais été réellement inquiété par la justice algérienne pour ce crime. Tout aussi curieusement, les témoignages concordants de Rémy Pautrat (ancien directeur de la DST et ancien secrétaire général adjoint de la Défense nationale), du juge Alain Marsaud et de plusieurs ex-officiers algériens confirmant l’instrumentalisation de Zitouni par le DRS sont totalement passés sous silence. Comment accorder la moindre crédibilité à un tel montage ?

    Nous tenons à le redire avec force : il est plus que temps d’en finir avec les compromissions malsaines et les prétendus affrontements idéologiques hérités de l’ère coloniale. Dès lors que la justice algérienne est notoirement empêchée d’agir de façon indépendante, le gouvernement français doit sortir de l’enfermement de décennies de complicité. Et tout faire pour permettre au juge Trévidic de poursuivre son travail afin d’identifier les responsables de l’assassinat des moines de Tibhirine.

    * Une version abrégée de ce texte a été publiée le 29 mai par le quotidien Le Monde, sous le titre « Tibhirine : la France passive face aux dérives du régime ».

    ps: en souligné en rouge cela rejoint ce que j'ai dit plus haut qu'on empêche l'expert de faire son boulot dans un but bien précis: maintenir le flou pour mieux désinformer et passer pour '' les sauveurs de la république'' comme aime dire nezzar.
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

Discussions similaires

  1. Feuilleton moines de Tibhirine : nouvel épisode
    Par bel1000 dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/05/2013, 14h16
  2. Moines de Tibhirine: 125e épisode
    Par bel1000 dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 3
    Dernier message: 17/05/2013, 16h50
  3. Le sacrifice des moines de Tibhirine n'est pas vain
    Par Jalal dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 4
    Dernier message: 31/05/2010, 00h34
  4. Cannes XI : les moines de Tibhirine à l'écran
    Par Jalal dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 2
    Dernier message: 27/05/2010, 22h07
  5. Les moines de Tibhirine
    Par khadija dans le forum Musique & Cinéma
    Réponses: 2
    Dernier message: 23/12/2009, 00h42

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •