par Kamel Daoud

T ous les Algriens le disent quand ils veulent soupirer: les Algriens n'ont pas d'exemples. A suivre ou imiter. Les meilleurs sont morts et quand on donne aux jeunes gnrations un martyr, l'idal de vie devient un cimetire. Parfois. Donc, c'est selon. Un grand corps du Hros National compos de plusieurs morceaux tincelants. Le Hros algrien est donc un gant assis au bord de la mer et qui regarde. Il a les pieds d'un footballeur. Il a les mains vastes de l'homme qui prend sa part, sa terre, son baril et qui sait la fois voler avec habilit et serrer la main avec virilit. Il a le regard perant de celui qui voit loin. En arrire et en avant. Qui sait ou croit savoir que l'avenir est un pass o ce sont les mmes qui meurent, btement et admirablement la fois. Il a des bras dsquilibrs: l'un long pour contourner la loi, l'autre court pour ne pas avoir travailler plus que les martyrs ou les imbciles qui n'ont pas compris. Il a le nez immense: qui va de l'ocan l'ocan. Majeur et signe ostentatoire de l'indpendance. Etrange cas algrien: le dictionnaire national se trouve dans les nuances du nez et pas dans la bouche de la langue.

Il a donc la bouche incroyable qui la fois parle et mche, produisant le mot qui mord et explique. Il a le teint de son drapeau. Il tourne le dos sa terre et lui prsente son ventre vide. Il est adoss au mur qu'il veut justement enjamber. Etrange posture qui donne ce corps qui fait mal et qui ne sait pas quoi faire de lui-mme comme on le vit tous. Corps cacher et corps fuir. C'est donc le Hros national que la rue enseigne comme modle et qui est offert comme une statue mentale aux gnrations dboussoles qui ne savent pas qui ressembler en Algrie: au martyr, au voleur habile, au footballeur, un dput, un importateur, un wahhabite pantacourt ou une coiffure d't ? Rien dans les livres, dans la tl et dans les billets de banque, il n'y a que des animaux. Rien qui pousse un Algrien vouloir ressembler un autre Algrien. Les modles du pays sont imports: on y propose de ressembler un Sudois ou un arabe saoudien ou un Pakistanais. Les uns traversent la mer en chaloupes et d'autres le dsert d'Arabie en tapis de prire. Donc? Il faut trouver et offrir des modles et surtout pas dans les cimetires. Il faut revoir l'ge du prsident, le manuel scolaire, les gros et gras prsentateurs de l'ENTV et les coiffures, les animaux des billets de banque et les affiches publicitaires. Il nous faut des hros. Car pour le moment, le hros algrien pour les Algriens est celui qui n'est plus Algrien justement. On est l'un des rares peuples narcissiques dont le but est de ne pas ressembler lui-mme