Aprs cinquante annes d'indpendance chrement paye, l'Algrie continue de vivre dans un marasme multidimensionnel : socio-conomique, culturel et de gouvernance.

La cause originelle est incontestablement - de l'avis de bon nombre de spcialistes et acteurs nationaux- la substitution de la violence et de la force la lgitimit institutionnelle. L't de la discorde a t le point de dpart officiel, le point de dpart officieux fut l'assassinat de Abane Ramdane.
Plusieurs gnrations se sont dresses face une dictature abjecte, des grands noms de la guerre de libration nationale furent assassins, pousss l'exil ou embastills. Des universitaires des annes 70 et 80 ont port jusque dans les geles d'un rgime despotique et autoritaire des revendications de dmocratie, de pluralisme politique, de culture et langue amazighes et des droits de l'homme. Les annes 90 ont vu le peuple algrien s'lever contre l'idologie intgriste et combattre son bras arm le terrorisme. Corps constitus, journalistes, hommes et femmes de lettres et des arts, professeurs de mdecine et d'universit, citoyens lambda ont brav la mort jusqu'au sacrifice pour que vive notre pays. Les annes 2000 ont galement marqu l'histoire du long combat dmocratique travers les 127 victimes du printemps noir, tombes sous les balles assassines d'un rgime maffieux et autiste, ainsi que l'mergence de syndicats autonomes reprsentant une large frange des secteurs conomiques et socioprofessionnels que ce pouvoir ne cesse de billonner.
Aujourd'hui, notre gnration refuse le dcouragement, l'parpillement de tous ces combats, le dni qui frappe ces sacrifices. Afin de rallumer cette flamme, nous disons : union. Ce mot qui fut galvaud satit par les organisations de masse, satellites d'un rgime rgionaliste, haineux et cultivant la culture de la division, a t travesti, dpouill de toutes les valeurs qu'il vhicule Depuis la nuit des temps, ce mot fut port par notre socit pas uniquement travers sa forme : organisation sociologique, entraide et solidarit, mais surtout travers son fonds : luttes successives contre les envahisseurs, protection de notre civilisation, culture et langue contre l'anantissement, avec toutefois une ouverture sur notre environnement.
A toutes ces personnalits qui sont nos ans dans le combat dmocratique, issues des scnes politique, syndicale, culturelle, artistique et associative, nous disons : unissez-vous, unissons -nous. Face nous, nous avons un rgime vieillissant, malade et incomptent, dont les clans s'entredchirent perptuellement mais demeurent toujours "unis" pour se partager la rente et pour dpecer l'Algrie.
A partir de l, pour toute personne qui porte notre pays dans ses veines et dans ses tripes, le choix ne s'impose mme pas : laisser l'Algrie se perdre dans l'abyme, prcipite par un rgime voyou et illgitime, ou soustraire le pays et le peuple de cette emprise carnacire pour enfin les conduire avec srnit et dtermination vers le rivage qu'ils mritent, celui des lumires. Dans une de ses merveilles potiques, At Menguellet dit : "Mme si vous avez peur, ils prendront la fuite en vous voyant unis".

Ali-Ouelhadj Arab, docteur vtrinaire

Hamel Abderrahmane