La phase active des exercices navals russo-chinois « Coopération maritime 2013 » s'est achevée mercredi à Vladivostok. Les marins russes et chinois se sont entraînés pour savoir opérer d'une façon cohérente dans les situations les plus difficiles et dangereuses. Le commandement militaire des deux pays analysera les résultats des exercices dans le menu détail, mais une chose est déjà claire : la Russie et la Chine peuvent mener à bien n'importe quelle opération militaire.

Un avion de chasse survole une escadre et largue des bombes. Des destroyers répliquent par des tirs d'artillerie et de missiles. A ce moment, un sous-marin ennemi attaque l'escadre mais est vite détruit par des torpilles anti-sous-marines lancées par des frégates.
Le théâtre d'opération des exercices se trouvait dans le golfe de Pierre-le-Grand, à Vladivostok. Les participants ont simulé la riposte à une attaque aérienne d'un ennemi conventionnel dont le rôle a été joué par les chasseurs Soukhoï Su-24 de l'armée de l'air de Russie et des forces de défense aérienne de la région militaire Est. Ensuite ils ont engagé un combat et ont paré une attaque des bateaux lance-missiles et des sous-marins de « pirates ».
En plus, les militaires russes et chinois ont mené une opération spéciale visant à libérer un navire capturé par des « pirates ». Pour accomplir cette rude tâche le commandement a mobilisé 7 navires, des hélicoptères embarqués qui ont effectué la reconnaissance du navire capturé, des bateaux rapides avec des Marines qui ont rétabli le contrôle du navire et ont mené une opération de ratissage à son bord.
L'escadre chinoise arrivée à Vladivostok comprenait quatre destroyers, deux frégates et un navire de ravitaillement. La partie russe a mobilisé plus de 8 bâtiments, le navire amiral de la flotte du Pacifique, le croiseur lance-missiles Variag, compris. La Russie et la Chine organisent les exercices d'une si grande ampleur pour la deuxième fois. Les experts militaires convergent qu'un tel entraînement des marins des deux pays dépasse le cadre de la lutte contre le terrorisme. Des médias publient régulièrement des spéculations d'après lesquelles la Russie et la Chine formeraient une coalition militaire. Le chef adjoint de l'état-major de la marine de guerre russe, vice-amiral Léonide Soukhanov, dément ces rumeurs. Il note que les exercices militaires de Russie et de Chine ne sont dirigés contre nul pays :
« Nous sommes prêts à défendre en commun les intérêts de nos Etats contre toute menace éventuelle. Il va de soi que nos exercices ont un grand retentissement dans le monde. Dans certains pays cela engendre le sentiment de satisfaction et l'espoir de stabilité. Certains autres pays en sont mécontents car cela contredit leurs intérêts. Pourtant ils sont obligés de le tolérer étant donné que la Russie et la Chine représentent la plus grande force dans la région ».
Quant aux militaires, ils déclarent que la coopération militaire russo-chinoise vise à assurer la stabilité dans la région d'Asie-Pacifique. Pourtant, la plupart des analystes doutent la Russie et la Chine puissent mener des actions militaires conjointes dans un proche avenir. C'est parce que la question reste ouverte de savoir si les dirigeants russes et chinois parviennent à prendre, le cas échéant, une décision politique sur l'ingérence militaire. Ainsi la Russie et la Chine n'ont pas réussi à jouer un rôle notable dans le règlement dans la ville d'Och, au Kirghizistan, où des affrontements interethniques meurtriers se sont produits en 2010.
Voilà pourquoi les spéculations sur la mise au point d'un bloc Russie-Chine diffusées par certains médias peuvent être comparées aux informations sur les OVNIs. Soit dit à propos, on ne s'en est pas passé pendant les exercices. Les médias japonais ont diffusé l'information sur un OVNI détecté au-dessus des côtes occidentales du Japon. En résultat, le service de presse de la Flotte russe du Pacifique a eu du mal à répondre à de nombreux coups de fil des journalistes japonais inquiets par l'apparition des OVNIs et son lien avec les exercices en cours.

ruvr.ru