Prise de sang : et si un robot s'en chargeait ?



Un robot qui serait capable de réaliser un prélèvement sanguin tout seul, c'est ce à quoi s’attellent depuis 2010 des chercheurs américains. La startup californienne Veebot a créé ce robot censé éviter les piqûres ratées par l'infirmière, ce qui arrive plus souvent qu'on ne le croit. Le but est également de réduire le temps de réalisation (la prise de sang serait prise en une minute seulement) et ainsi, permettre de faire des économies. Concrètement cela fonctionne de la manière suivante : le patient met son bras dans un garrot et saisit une poignée. Une fois son bras en extension, le robot (baptisé Veebot robotic phlebomist) qui est en fait une sorte de bras mécanique, se place au-dessus du creux du bras. Équipé d'une caméra infrarouge il va alors pouvoir détecter les veines. Grâce à son émetteur ultrason, le robot va pouvoir déterminer si le flux sanguin est suffisant pour procéder à la prise de sang, afin d'opérer sur la veine la plus adaptée. L'aiguille est alors dirigée dans la veine, grâce à une visée laser. Le sang est ensuite prélevé avec une seringue, reliée à l'aiguille par un tuyau. Pour le moment le taux de réussite n'est que de 83%. Les concepteurs comptent atteindre les 90% d'efficacité avant d'envisager d'ici 3 à 5 mois des tests cliniques. Reste encore à convaincre avec le prototype, les autorités sanitaires et surtout, les patients.

Read more at Prise de sang : et si un robot s'en chargeait ? | Atlantico