Si tu ne trouves pas la raison de vivre
Ni où te conduisent les méandres du sort
Et aucun chemin ne t’invite à le suivre
Y a-t-il un chemin plus salutaire que la mort ?

Si tout s’acharne à te détruire
Et les jours t’ont tourné le dos
Une lumière quelque part pourrait luire
Pour t’envoyer un ultime radeau

Si ton désarroi nait soudain immense
Sans savoir par quel chemin faut-il aller
Sache qu’il existe partout un sens
Les plus belles choses sont toujours voilées

Cherche au fin fond de ta tristesse
En s’appuyant sur une once d’oubli
Le fou trouverait surement la sagesse
S’il persiste un peu dans sa folie

Frappe sans cesse à la porte de l’espoir
Elle ne sera pas éternellement close
Et si tu trébuches contre le désespoir
Dis-toi les autres seraient bien écloses.

(Espère)

Essai : 04/09/2013

Baud87