Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 23

Discussion: Un poème de Victor Hugo sur le Prophète

Vue hybride

Message précédent Message précédent   Message suivant Message suivant
  1. #1
    Nouveau Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    27

    Par défaut Un poème de Victor Hugo sur le Prophète

    Un poème de Victor Hugo sur le Prophète (P)

    Victor Hugo, le 15 janvier 1858


    Victor Hugo, ce génie de la littérature a été témoin des qualités du prophètes Mohamed au point de lui consacrer un magnifique poème dans sa grande œuvre " La légende des Siècles"

    Ce poème pose à ce jour un grand problème aux ennemis de Victor Hugo... sur les vrais sentiments religieux de ce grand écrivain et son penchant pour l'Islam ( penchant qu'il a réussi à cacher à ses ennemis ( aux francs maçons) qui dominent à ce jour les pouvoirs politiques, économiques et littéraires en Europe...)

    Nous retrouvons d'ailleurs la même admiration pour le Prophète chez LAMARTINE dans son célèbre "HISTOIRE DE TURQUIE" écrit en 1854 .

    Il semble que les grands écrivains français ont été illuminé par les qualités du prophète Mohamed au point de lui dédier leurs plus beaux poèmes.



    Deux vers ont fait l'objet d'un rajout par des francs maçon pour ternir la sincérité religieuse de Victor Hugo et son penchant pour la paix selon les préceptes de l'islam

    Ces 2 vers facilement décelable à cause de leur incohérence dans le texte et leur sujet hors contexte ) les spécialistes de la poésie ont dans leur analyse décelé cette supercherie à cause de la répétition qu’ils recèlent qui n’est pas du style de HUGO

    Par moments, il faisait mettre une femme nue
    Et la regardait, puis il contemplait la nue,


    Tous les lettrées et intellectuels honnêtes s'accordent à dire que ces deux vers ont été pots-insérés probablement par des francs-maçons pour semer le doute sur cette belle œuvre de Victor HUGO...en hommage au milleurs d'entre les êtres le prophète Mohamed.

    bonne lecture


    L'AN NEUF DE L'HEGIRE

    Comme s'il pressentait que son heure était proche,
    Grave, il ne faisait plus à personne une reproche ;
    Il marchait en rendant aux passants leur salut ;
    On le voyait vieillir chaque jour, quoiqu'il eût
    A peine vingt poils blancs à sa barbe encore noire ;
    Il s'arrêtait parfois pour voir les chameaux boire,
    Se souvenant du temps qu'il était chamelier.
    Il semblait avoir vu l'Eden, l'âge d'amour,
    Les temps antérieurs, l'ère immémoriale.
    Il avait le front haut, la joue impériale,
    Le sourcil chauve, l'oeil profond et diligent,
    Le cou pareil au col d'une amphore d'argent,
    L';air d'un Noé qui sait le secret du déluge.
    Si des hommes venaient le consulter, ce juge
    Laissait l'un affirmer, l'autre rire et nier,
    Ecoutait en silence et parlait le dernier.
    Sa bouche était toujours en train d'une prière ;
    Il mangeait peu, serrant sur son ventre une pierre ;
    Il s'occupait de lui-même à traire ses brebis ;
    Il s'asseyait à terre et cousait ses habits.
    Il jeûnait plus longtemps qu'autrui les jours de jeûne,
    Quoiqu'il perdît sa force et qu'il ne fût plus jeune.
    A soixante-trois ans une fièvre le prit.
    Il relut le Coran de sa main même écrit,
    Puis il remit au fils de Séid la bannière,
    En lui disant : " Je touche à mon aube dernière.
    Il n'est pas d'autre Dieu que Dieu. Combats pour lui. "
    Et son oeil, voilé d'ombre, avait ce morne ennui
    D'un vieux aigle forcé d'abandonner son aire.
    Il vint à la mosquée à son heure ordinaire,
    Appuyé sur Ali le peuple le suivant ;
    Et l'étendard sacré se déployait au vent.
    Là, pâle, il s'écria, se tournant vers la foule ;
    " Peuple, le jour s'éteint, l'homme passe et s'écroule ;
    La poussière et la nuit, c'est nous. Dieu seul est grand.
    Peuple je suis l'aveugle et suis l'ignorant.
    Sans Dieu je serais vil plus que la bête immonde. "
    Un cheikh lui dit : " o chef des vrais croyants ! le monde,
    Sitôt qu'il t'entendit, en ta parole crut ;
    Le jour où tu naquit une étoile apparut,
    Et trois tours du palais de Chosroès tombèrent. "
    Lui, reprit : " Sur ma mort les Anges délibèrent ;
    L'heure arrive. Ecoutez. Si j'ai de l'un de vous
    Mal parlé, qu'il se lève, ô peuple, et devant tous
    Qu'il m'insulte et m'outrage avant que je m'échappe ;
    Si j'ai frappé quelqu'un, que celui-là me frappe. "
    Et, tranquille, il tendit aux passants son bâton.
    Une vieille, tondant la laine d'un mouton,
    Assise sur un seuil, lui cria : " Dieu t'assiste ! "
    Il semblait regarder quelque vision triste,
    Et songeait ; tout à coup, pensif, il dit : " voilà,
    Vous tous, je suis un mot dans la bouche d'Allah ;
    Je suis cendre comme homme et feu comme prophète.
    J'ai complété d'Issa la lumière imparfaite.
    Je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
    Le soleil a toujours l'aube pour précurseur.
    Jésus m'a précédé, mais il n'est pas la Cause.
    Il est né d'une Vierge aspirant une rose.
    Moi, comme être vivant, retenez bien ceci,
    Je ne suis qu'un limon par les vices noirci ;
    J'ai de tous les péchés subi l'approche étrange ;
    Ma chair a plus d'affront qu'un chemin n'a de fange,
    Et mon corps par le mal est tout déshonoré ;
    O vous tous, je serais bien vite dévoré
    Si dans l'obscurité du cercueil solitaire
    Chaque faute engendre un ver de terre.
    Fils, le damné renaît au fond du froid caveau
    Pour être par les vers dévoré de nouveau ;
    Toujours sa chair revit, jusqu'à ce que la peine,
    Finie ouvre à son vol l'immensité sereine.
    Fils, je suis le champ vil des sublimes combats,
    Tantôt l'homme d'en haut, tantôt l'homme d'en bas,
    Et le mal dans ma bouche avec le bien alterne
    Comme dans le désert le sable et la citerne ;
    Ce qui n'empêche pas que je n'aie, ô croyants !
    Tenu tête dans l'ombre au x Anges effrayants
    Qui voudraient replonger l'homme dans les ténèbres ;
    J'ai parfois dans mes poings tordu leurs bras funèbres ;
    Souvent, comme Jacob, j'ai la nuit, pas à pas,
    Lutté contre quelqu'un que je ne voyais pas ;
    Mais les hommes surtout on fait saigner ma vie ;
    Ils ont jeté sur moi leur haine et leur envie,
    Et, comme je sentais en moi la vérité,
    Je les ai combattus, mais sans être irrité,
    Et, pendant le combat je criais : " laissez faire !
    Je suis le seul, nu, sanglant, blessé ; je le préfère.
    Qu'ils frappent sur moi tous ! Que tout leur soit permis !
    Quand même, se ruant sur moi, mes ennemis
    Auraient, pour m'attaquer dans cette voie étroite,
    Le soleil à leur gauche et la lune à leur droite,
    Ils ne me feraient point reculer ! " C'est ainsi
    Qu'après avoir lutté quarante ans, me voici
    Arrivé sur le bord de la tombe profonde,
    Et j'ai devant moi Allah, derrière moi le monde.
    Quant à vous qui m'avez dans l'épreuve suivi,
    Comme les grecs Hermès et les hébreux Lévi,
    Vous avez bien souffert, mais vous verrez l'aurore.
    Après la froide nuit, vous verrez l'aube éclore ;
    Peuple, n'en doutez pas ; celui qui prodigua
    Les lions aux ravins du Jebbel-Kronnega,
    Les perles à la mer et les astres à l'ombre,
    Peut bien donner un peu de joie à l'homme sombre. "
    Il ajouta ; " Croyez, veillez ; courbez le front.
    Ceux qui ne sont ni bons ni mauvais resteront
    Sur le mur qui sépare Eden d'avec l'abîme,
    Etant trop noirs pour Dieu, mais trop blancs pour le crime ;
    Presque personne n'est assez pur de péchés
    Pour ne pas mériter un châtiment ; tâchez,
    En priant, que vos corps touchent partout la terre ;
    L'enfer ne brûlera dans son fatal mystère
    Que ce qui n'aura point touché la cendre, et Dieu
    A qui baise la terre obscure, ouvre un ciel bleu ;
    Soyez hospitaliers ; soyez saints ; soyez justes ;
    Là-haut sont les fruits purs dans les arbres augustes,
    Les chevaux sellés d'or, et, pour fuir aux sept dieux,
    Les chars vivants ayant des foudres pour essieux ;
    Chaque houri, sereine, incorruptible, heureuse,
    Habite un pavillon fait d'une perle creuse ;
    Le Gehennam attend les réprouvés ; malheur !
    Ils auront des souliers de feu dont la chaleur
    Fera bouillir leur tête ainsi qu'une chaudière.
    La face des élus sera charmante et fière. "
    Il s'arrêta donnant audience à l'espoir.
    Puis poursuivant sa marche à pas lents, il reprit :
    " O vivants ! Je répète à tous que voici l'heure
    Où je vais me cacher dans une autre demeure ;
    Donc, hâtez-vous. Il faut, le moment est venu,
    Que je sois dénoncé par ceux qui m'ont connu,
    Et que, si j'ai des torts, on me crache aux visages. "
    La foule s'écartait muette à son passage.
    Il se lava la barbe au puits d'Aboufléia.
    Un homme réclama trois drachmes, qu'il paya,
    Disant : " Mieux vaut payer ici que dans la tombe. "
    L'oeil du peuple était doux comme un oeil de colombe
    En le regardant cet homme auguste, son appui ;
    Tous pleuraient ; quand, plus tard, il fut rentré chez lui,
    Beaucoup restèrent là sans fermer la paupière,
    Et passèrent la nuit couchés sur une pierre
    Le lendemain matin, voyant l'aube arriver ;
    " Aboubékre, dit-il, je ne puis me lever,
    Tu vas prendre le livre et faire la prière. "
    Et sa femme Aïscha se tenait en arrière ;
    Il écoutait pendant qu'Aboubékre lisait,
    Et souvent à voix basse achevait le verset ;
    Et l'on pleurait pendant qu'il priait de la sorte.
    Et l'Ange de la mort vers le soir à la porte
    Apparut, demandant qu'on lui permît d'entrer.
    " Qu'il entre. " On vit alors son regard s'éclairer
    De la même clarté qu'au jour de sa naissance ;
    Et l'Ange lui dit : " Dieu désire ta présence.
    - Bien ", dit-il. Un frisson sur les tempes courut,
    Un souffle ouvrit sa lèvre, et Mahomet mourut.



    VICTOR HUGO
    Dernière modification par irab ; 23/09/2013 à 11h44.

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    67

    Par défaut

    ça donne des frissons justement merci

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Merci pour le partage Irab.

    20. Sur ce, un homme accourut de l'autre bout de la ville et vint dire : «Ô mes concitoyens, écoutez ce que vous disent les prophètes ! 21. Suivez ceux qui ne vous réclament aucun salaire et qui sont sur le droit chemin ! 22. Pourquoi n'adorerais-je pas Celui qui m'a créé et vers qui votre retour est inéluctable? 23. Dois-je prendre en dehors de Lui des divinités qui, si le Miséricordieux voulait me faire du mal, ne sauraient ni me soutenir ni assurer ma sauvegarde? 24. Si jamais j'agissais ainsi, je serais dans un égarement manifeste. 25. Certes, je crois en votre Seigneur, messagers, soyez-en témoins !» 26. Et lapidé, l'homme s'entendit appeler : «Entre au Paradis !», pendant que lui s'exclamait : «Ah, si mon peuple pouvait savoir27. que mon Seigneur m'a pardonné et qu'Il m'a mis au rang de ceux qu'Il a honorés !» Ya Sin 36
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  4. #4
    Nouveau Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    27

    Par défaut

    Citation Envoyé par dahmane1 Voir le message
    Merci pour le partage Irab.

    20. Sur ce, un homme accourut de l'autre bout de la ville et vint dire : «Ô mes concitoyens, écoutez ce que vous disent les prophètes ! 21. Suivez ceux qui ne vous réclament aucun salaire et qui sont sur le droit chemin ! 22. Pourquoi n'adorerais-je pas Celui qui m'a créé et vers qui votre retour est inéluctable? 23. Dois-je prendre en dehors de Lui des divinités qui, si le Miséricordieux voulait me faire du mal, ne sauraient ni me soutenir ni assurer ma sauvegarde? 24. Si jamais j'agissais ainsi, je serais dans un égarement manifeste. 25. Certes, je crois en votre Seigneur, messagers, soyez-en témoins !» 26. Et lapidé, l'homme s'entendit appeler : «Entre au Paradis !», pendant que lui s'exclamait : «Ah, si mon peuple pouvait savoir27. que mon Seigneur m'a pardonné et qu'Il m'a mis au rang de ceux qu'Il a honorés !» Ya Sin 36

    Quel magnifique choix, que ce superbe et inimitable passage coranique de Sourate Ya Sin et qui explique à lui seul l’intérêt qu'avait porté Victor Hugo aux paroles ( Vérité ) du Prophète Mohamed.

    Bravo! Dahmane1

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Citation Envoyé par irab Voir le message
    ...Par moments, il faisait mettre une femme nue
    Et la regardait, puis il contemplait la nue,
    ...
    Je ne peux me prononcer sur l'authenticité de cette partie du poème, mais se dont je suis presque sûr, wallah A3lem, qu'il y a unanimité entre les juristes musulmans qu'il est permis à l'époux (se) de regarder l'ensemble du corps de son épouse (x), et donc de regarder également ses parties privées. Il n'y a donc aucune divergence à ce sujet. Les hadiths qui interdisent cette "relation visuelle" entre époux et épouse, sont déclarés, soit faibles ou carrément reprouvés.
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  6. #6
    Nouveau Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    27

    Par défaut

    Citation Envoyé par dahmane1 Voir le message
    Je ne peux me prononcer sur l'authenticité de cette partie du poème, mais se dont je suis presque sûr, wallah A3lem, qu'il y a unanimité entre les juristes musulmans qu'il est permis à l'époux (se) de regarder l'ensemble du corps de son épouse (x), et donc de regarder également ses parties privées. Il n'y a donc aucune divergence à ce sujet. Les hadiths qui interdisent cette "relation visuelle" entre époux et épouse, sont déclarés, soit faibles ou carrément reprouvés.

    A mon humble avis il n'est même pas besoin d'avoir l'avis des Oulema pour savoir si un époux a le droit ou non de regarder le corps de son épouse car si non c'est l’extinction de la race humaine...rire

    Le propos c'est que ces deux vers sonnent mal dans le déroulement du poème de Victor Hugo..c'est comme si que tu es entrain de regarder le film " La Bataille d'Alger " et que tu vois passer un homme avec un téléphone portable ou une tablette numérique sous les bras ( pas besoin d'être un génie pour se rendre compte que de telles intrusions n'ont rien a voir avec l'époque...) rire

    Il y a aussi cet aspect très particulier de la religion musulmane qui est la "pudeur" et que nous retrouvons très renforcé d'abord dans l'ensemble des sourates du Coran mais aussi dans l'ensemble des hadiths.
    L'époque de Victor Hugo est une époque très pudique et à cette époque là en Europe les femmes portaient des robes longues et des chapeaux sur la tête et ne montraient aucune partie de leur corps...les films et les photos des archives de cette époques sont là pour étayer cette analyse...

    Enfin Il y ce que coté très pudique qui distingue Victor Hugo des autres écrivains français et pour le vérifier il faut juste lire ces plus belles œuvres ... " Les Misérables" ou "Travailleurs de la mer" en passant par "Notre dame de Paris", ou "quatre vingt treize" ou " Les feuilles d'automne" l'écrivain garde toujours cette pudeur qui marque aussi son style et le distingue des autres auteurs de son époque.
    Dernière modification par irab ; 25/09/2013 à 12h14.

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    la définition exacte de la pudeur « religieuse » s’est perdue au fil du temps.

    "Vos femmes sont pour vous comme un champ de culture. Allez à vos champs comme vous l'entendez." 223.2 Al Baqarah

    Dernière modification par dahmane1 ; 25/09/2013 à 20h00.
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    J'aime bien connaitre l'avis de nos spécialistes en littérature française, beaudelaire87 ou Louisa
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  9. #9
    Nouveau Membre
    Date d'inscription
    septembre 2013
    Messages
    27

    Par défaut

    [QUOTE=dahmane1;156663]la définition exacte de la pudeur « religieuse » s’est perdue au fil du temps.

    "Vos femmes sont pour vous comme un champ de culture. Allez à vos champs comme vous l'entendez." 223.2 Al Baqarah


    Salut Dahmane 1

    ( j'aimerais juste apporter mon point de vue)


    En regardant les explications données par Ce " IMêME" je n'ai pas pu m’empêcher de rire pour les raisons suivantes:

    D'abord sur la forme des explications qu'il a du mal à formuler...on le sent gêné, et il donne l'impression de chercher les mots qui ne fâchent pas cette halaka ( réunion)....

    Cet "Imam" est entrain de donner de fausses explications sur la signification d'un texte coranique ( pourtant très clair) dans son sens.

    Le texte coranique ( qui se distingue par la pudeur) en associant la femme au champs ne fait aucunement allusions à ce que l'Imam est entrain de raconter à ses pauvres gens....sur la façon ou les positions à adopter au moment de la nuit de noce (rire)...Non! et quelle grosse erreur de la part de ce soit disant Imem.

    A mon avis il s'agit d'autre chose

    Le texte coranique associe la femme au champs en rappel que ADAM ( symbole du masculin ) a été crée des différentes sortes de terres toutes puisées dans la Terre

    La terre va donc représenter pour Adam deux éléments important
    1 -l'élément féminin ( en arabe le mot terre est au féminin ( el Ard alors que mot lune est lui au masculin El kamr)...ce qui montre qu'il existe des élément masulin et fémin qui compose cet univers.

    2- l'élément générateur de sa descendance ( efants) car la femme (EVE) n'existait pas encore et Adam avait reçu le role de kalifa sur la terre ( rôle qu'il ne pourras assumer qu'avec l'aide d'enfant car Adam était mortel ...il devait donc chercher ( de manière inée) comment se multiplier

    Cette double équiation fut rapidement résolue :

    Quand Adam a été crée ( à partir de la terre) il n'avait pas encore son couple ( dualité) puisque Eve été crée par la suite...
    La loi d'Allah étant claire et immuable ( la dualité des choses et des espèces) le bien et le mal , le jour et la nuit, le masculin et le féminin )


    Et c'est d'ailleurs "avec" ou "grace" à la femme Eve que l’équilibre de Adam sur la terre va se rétablir

    puisque EVE ( la femme ) est le symbole de la féminité cachée d'Adam...va recomposer la substance génératrice...et se substituer à l'élement originale ( la terre) ceci permit de rétablir l'équilibre de la loi Divine celle de la (dualité ) des choses et des créatures en couples : Homme/ femme (masculin et féminin ) dans tout l'Univers

    Ceci était d'ailleurs plus que nécessaire car biologiquement parlant Adam ne pouvait pas se marier avec la terre pour se multiplier et avoir des enfants.... il falut donc que son identique biologique ( EVE) naisse de Adam lui même car Adam a avait était crée pour assurer la khalifa sur cette terre

    Ainsi la femme d'Adam (zaouja ) (EVE) n'est jamais citée dans le Coran par son nom mais toujours par cette magnifique appellation ( Zewjouka : Ton épouse)...on comprend que ce beau couple ( le 1er de l'univers) a été crée pour vivre ensemble...et cerise sur le gateau ( pour EVE) il n y avait aucune chance pour que Adam trouve une maitresse...rire

    Ainsi le mot femme ( épouse) est intimement liée à la terre ( jardin; et champs) "Vos femmes sont pour vous comme un champ de culture. Allez à vos champs comme vous l'entendez." 223.2 Al Baqarah"

    Afin aussi que l'homme se rappel de sa propre origine...et de sa venue sur terre.

    Enfin ce magnifique passage coranique signifie surtout que les femmes sont à l'image de la terre qui compose les différents champs...et que les hommes ( de cette époque ) devront savoir qu'il y a donc des femmes tendres ou douces , d'autres dures et pénibles , les unes fécondes et qui donnent beaucoup d'enfants, et d'autres moins féconde qui ne peuvent donner qu'un enfant et qu'il existe aussi des femmes qui peuvent être simplement non féconde à vie ou seulement durant une période de leur vie exactement comme peuvent l'être les champs selon les endroits , la géographie ou les climats.

    En fait ce texte coranique était une réponse ( pédagogique) pour venir corriger des idées reçue à cette époque concernant les comportement à adopter vis à vis des femmes (épouses) hérités de la période ( avant la venu de l'islam) et qui été basé sur une loi (bizarre) consisté généralement à se séparer de l'épouse au bout des 3 premiers mois du mariages si la femme ne donnait pas naissance à un Garçon ( pour les filles l'affaire était déjà réglée comme le sait déjà puisque les filles (bébé) étaient enterrées vivantes dès leur naissance pour éviter je ne sais quoi ! ...)


    Ce
    texte coranique ( très pudique d'ailleurs dans sa lecture ) , est venu corriger des idées reçues et des comportement concernant l'attitude à avoir vis à vis de l'épouse(s) avec la venue de l'Islam

    Le coran expliquait ainsi à tous ces gens que là ( dont les plus part étaient illettrés) que la naissance d'un enfant était exactement comme celle d'un fruit ou d'une moisson ( en rapport avec le champs) ...qu'elle n'est pas automatique mais exige parfois de la patience, du temps, et qu'elle est elle aussi régie selon les saisons, les différentes situations ou conditions... ( c'est d'ailleurs les mêmes explications que donnent aujourd'hui les médecins aux couples qui s'impatientent pour la première naissance...)


    En clair ce texte coranique explique aux hommes qu'ils ont toute la latitude et la liberté vis à vis de leur épouses dans la manière de vivre avec elles mais que leur épouse ( sont comme des champs qui ne vous donnerons satisfaction , joie de vie, quiétude, et progénitures) que si les hommes fassent esprit de courage, de patience, d'intelligence et surtout de croire que c'est Allah seul qui donne les biens ( enfants) comme pour la moisson .


    Voilà mon avis sur cette question ( qui n'engage que moi)
    ...je vais d'ailleurs de suite mettre mon casque pour me protéger contre les réponses qui risque de pleuvoir sur moi avis...rire
    Dernière modification par irab ; 26/09/2013 à 16h24.

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Je vois que tu ne connais pas cet eminent Savant !!! ni d'ailleurs ses capicités de compréhension du Coran, et sa maitrise des secrets de la trés belle langue arabe !!!
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

Discussions similaires

  1. Les Compagnons du Prophète (SAW)
    Par dahmane1 dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 15
    Dernier message: 04/11/2015, 15h47
  2. Le président du Venezuela Hugo Chavez est mort
    Par Gunman dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 14
    Dernier message: 25/03/2013, 21h40
  3. Ils ont dit du prophete sws
    Par personne dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/08/2011, 06h23
  4. Hugo Chavez réserve un accueil chaleureux au président syrien
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/06/2010, 10h06
  5. Darfour: Hugo Chavez condamne le mandat de la CPI contre Béchir
    Par kredence dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 0
    Dernier message: 31/03/2009, 10h36

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •