En 2012, l'Algérie avait enregistré un taux de chômage qui avoisine les 11 %. Ce taux est pratiquement le même enregistré en France le mois de juin 2013.

Certes le chômage n'est pas un phénomène algérien seulement, si même la France n'est pas épargnée. Cette comparaison ne peut être retenue, du moment que la situation de nos chômeurs diffère de leurs similaires Français, qui eux conservent comme même le droit de continuer à vivre dans la dignité...

Le montant des allocations de chômage en France

Depuis le 1er juillet 2013, le demandeur d’emploi perçoit une allocation de chômage brute égale au plus élevé des deux montants suivants :
40,4 % du SJR + 11,64 €/jour (formule 1) ;
57,4 % du SJR (formule 2).

Le montant obtenu ne peut être inférieur à 28,38 € brut par jour, ni dépasser 75 % du SJR.

Conformément aux règles fixées par l’Unedic, si le salaire mensuel est inférieur à 1 128 €, le demandeur d’emploi perçoit une allocation égale à 75 % de son salaire brut antérieur.

Exemples :

• SJR de 55,89 € (salaire brut de 1 700 €/mois).

Si l’on applique la formule 1, l’allocation d’assurance-chômage s’élève à 34,22 € [40,4 % du SJR + 11,64 €].

Avec la formule 2, on obtient 32,08 € [57,4 % du SJR]. Le demandeur d’emploi percevra le montant le plus élevé (34,22 € par jour, soit 1 026,60 € brut pour un mois de 30 jours).

• SJR de 37,80 € (salaire brut de 1 150 €/mois).

Si l’on applique la formule 1, l’allocation d’assurance-chômage s’élève à 26,91 € [40,4 % du SJR + 11,64 €].

Avec la formule 2, on obtient 21,69 € [57,4 % du SJR].

Ces montants n’atteignant pas l’allocation minimale, c’est celle-ci qui sera versée (28,38 € par jour, soit 851,40 € brut pour un mois de 30 jours).