Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 78

Discussion: Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62

Vue hybride

Message précédent Message précédent   Message suivant Message suivant
  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut Malheureusement, nous n'avons pas eu un Mandela en 62



    par Kamel Daoud

    Mandela Nelson est mort. Le monde va saluer sa vie, son œuvre, son sourire, sa mort et sa philosophie. Et nous Algériens ? Faire de même dans la longue procession de l'hommage. Mais au-delà ? Un regret secret, une amertume. Le chroniqueur l'avait écrit un jour : Et si on avait eu Mandela en 62 et pas Benbella ? Et on avait eu la Vérité avant la Réconciliation et pas la Réconciliation sans la vérité, comme avec Bouteflika ? Et si.

    On ose alors le tabou parce que c'est un grand rêve éveillé : une Algérie qui n'aurait pas chassé les Français algériens mais qui en aurait fait la pointe de son développement, de son économie et la pépinière de sa ressource humaine. Une Algérie de la couleur de l'arc en ciel. L'Afrique du Sud de Mandela a eu son OAS, ses Pieds noirs, ses colons, ses fermiers blancs, ses radicaux noirs, ses traîtres, ses torturés et ses Aussarresses et ses Larbi Ben M'hidi. Sauf qu'avec Mandela le choix avait été de faire passer le pays avant les procès et les vengeances et de construire, en ouvrant les bras. La valise ou la mort n'était pas le slogan de Mandela malgré l'histoire douloureuse de cet homme touché dans sa chair, et l'histoire des siens tués, torturés, assassinés. L'homme avait une vision que nous n'avons pas eue et a sauvé son pays de la guerre civile et des tueries et des grandes vanités chauvines. Le «62» de l'Afrique du Sud, par cet homme, n'a pas connu sa crise de l'été, les guerres fratricides entre clans, les massacrés de Oued Sly, ni les coups d'Etat cycliques ni la main mise des casernes et des polices politiques sur le pays. Parce que Mandela voyait loin, les Blancs n'ont pas été chassés et massacrés ou exclus au nom d'Allah ou de l'identité. Les chars n'ont pas roulé vers la capitale de ce pays pour y violer la légitimité et on n'aurait pas cédé à l'illusion du socialisme, nous n'aurions pas été malades du butin et du bien-vacant et nous aurions évité les révolutions agraires et futiles qui ont détruit la propriété et la valeur du travail et notre patriotisme n'aurait pas été dégradé en propagandes et persécutions. Un Mandela algérien nous aurait évité la seconde guerre des années 90, sa fausse conclusion par référendum risible et un président à vie, unique dans le monde, parce que un Mandela algérien aurait imposé la dignité des deux mandats et pas plus.

    Nous aurions fait les bons choix, nous aurions jeté les armes, les machettes dans l'océan, nous aurions choisi de sourire à l'adversaire et pas de l'assassiner et nous aurions fait coïncidé, chaque jour venant, le mot liberté et le mot libération. Un Mandela algérien nous aurait appris que la violence subie n'est pas nécessaire à rendre, justement pour casser le cycle.

    Un Mandela algérien nous aurait évité le pays actuel, ses mauvaises convictions, nos mauvais jours et des molles dictatures et ses gabegies. Nous aurions perdu moins de vies et moins de temps et nous aurions été un grand pays. Car cet homme est l'un des très rares à avoir donné sens à la décolonisation. Toutes les autres épopées ont mal fini : la décolonisation glorieuse y a été menée à la dictature hideuse ou sournoise. Au massacre, aux caricatures sanguinaires et au sous-développement. C'est dire que l'on ne décolonise pas avec les armes, mais avec l'âme. Décoloniser n'est pas vaincre le colon mais le démon en soi. Adieu l'homme au sourire qui dénoue.

    le quotidien d'Oran
    le 07/12/2013
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Nous avions avant et après 62, Amirouche, Benboulaid, Didouche, l'Emir Abdelkader, Cheikh El Bachir, Malek Bennabi...seulement ceux qui nous ont "gouvernés", inconnus pendant notre glorieuse révolution, se sont réservés les medias, pour nous faire oublier qu'un jour l'Algérie était la Mecque de tous les révolutionnaires et hommes libres du monde...

    Salam terre
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut

    Citation Envoyé par dahmane1 Voir le message
    Nous avions avant et après 62, Amirouche, Benboulaid, Didouche, l'Emir Abdelkader, Cheikh El Bachir, Malek Bennabi...seulement ceux qui nous ont "gouvernés", inconnus pendant notre glorieuse révolution, se sont réservés les medias, pour nous faire oublier qu'un jour l'Algérie était la Mecque de tous les révolutionnaires et hommes libres du monde...

    Salam terre
    merci dahmane pour ce rappel
    oui ,il y a eu ,et il y a encore des hommes ,l'avenir nous le démontrera !
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de dahmane1
    Date d'inscription
    mai 2011
    Localisation
    http://www.youtube.com/watch?v=XdADfL8bhEU
    Messages
    8 562

    Par défaut

    Citation Envoyé par la terre Voir le message
    merci dahmane pour ce rappel
    oui ,il y a eu ,et il y a encore des hommes ,l'avenir nous le démontrera !
    Je rajoute seulement que Mandela avait été lui aussi "isolé" en 1962 après avoir quitté l'Algérie !!! hasard ou coïncidence ! Dieu seul le sait
    إذا مرت الأيام و لم تروني ، فأنا بينكم فتذكروني
    و إذا غبت عنكم و طال غيابي
    فاعلموا أني بحاجة للدعاء فادعوا لي

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de yasmi
    Date d'inscription
    août 2011
    Localisation
    ICI
    Messages
    11 815

    Par défaut

    C'est clair que pour lui il a mis les intérêts de son pays, de son peuple avant les siens.
    C'est rare de nos jours même dans les grandes "démocraties".
    Il a su mettre de côté ses 27 années d'incarcération pour favoriser l'unité de son peuple.
    Il a quand même réussi le pari en si peu de temps, même s'il reste encore des disparités.
    NOT IN MY NAME.

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut

    Citation Envoyé par yasmi Voir le message
    C'est clair que pour lui il a mis les intérêts de son pays, de son peuple avant les siens.
    C'est rare de nos jours même dans les grandes "démocraties".
    Il a su mettre de côté ses 27 années d'incarcération pour favoriser l'unité de son peuple.
    Il a quand même réussi le pari en si peu de temps, même s'il reste encore des disparités.
    il avait refusé de troquer sa liberté contre " laisser tomber le TERRORISME" mais il a bien fait expliquer qu'il veut être LIBRE !!!!!!!
    jamais personne m'avait fait ce qu'il a fait , ne pas mettre dehors le colonisateur !!!!!!!!!

    il a VU LOIN , TRES LOIN !!!!!!!!
    le colon est devenu un citoyen ,le noir a retrouvé ses droits !
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de yasmi
    Date d'inscription
    août 2011
    Localisation
    ICI
    Messages
    11 815

    Par défaut

    Citation Envoyé par la terre Voir le message
    il avait refusé de troquer sa liberté contre " laisser tomber le TERRORISME" mais il a bien fait expliquer qu'il veut être LIBRE !!!!!!!
    jamais personne m'avait fait ce qu'il a fait , ne pas mettre dehors le colonisateur !!!!!!!!!

    il a VU LOIN , TRES LOIN !!!!!!!!
    le colon est devenu un citoyen ,le noir a retrouvé ses droits !
    c'est la meilleure des solutions. Bâtir une nation sans les prémices de la rancoeur.
    NOT IN MY NAME.

  8. #8
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    novembre 2009
    Messages
    1 596

    Par défaut

    Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

    Les années de privation de liberté

    1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
    1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
    1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
    27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
    4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
    10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
    28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
    23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
    10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
    4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
    18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
    23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
    11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
    13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
    Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
    Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
    14 mai 1952 : Déportation à Niort.
    1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
    Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
    15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
    Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

    Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.

  9. #9
    Membre F.A.M. Avatar de la terre
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    ici-bas
    Messages
    2 391

    Par défaut

    Citation Envoyé par cimode Voir le message
    Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

    Les années de privation de liberté

    1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
    1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
    1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
    27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
    4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
    10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
    28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
    23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
    10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
    4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
    18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
    23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
    11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
    13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
    Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
    Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
    14 mai 1952 : Déportation à Niort.
    1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
    Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
    15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
    Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

    Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.
    salam cimode ,c'est un plaisir de te lire

    notre pays est comme un bateau sans gouvernail !
    les jeunes laissent leurs vies en pleines mer
    les autres sont au chômage
    c'est la galère dés que tu as affaires avec l'administration
    HOGRA à l'état PURE !
    J'aime les paysans ,ils ne sont pas assez savants pour raisonner de travers

  10. #10
    Membre F.A.M. Avatar de bel1000
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    3 390

    Par défaut

    Citation Envoyé par cimode Voir le message
    Nous n'avons pas de Mandela, dis-tu ?

    Les années de privation de liberté

    1921 à 1923 : Messali Hadj fait l'objet, à Tlemcen, de fréquentes gardes à vue au commissariat et d'emprisonnements de courte durée.
    1er novembre 1934 : Six mois d'incarcération à la prison de la Santé à Paris, assortie du paiement d'une forte amende. Libéré le 1er mai 1935.
    1936 : Placé plusieurs fois en garde à vue à Tlemcen.
    27 août 1937 : Deux années de prison à la prison de Serkadji (Barberousse) puis d'El-Harrach (Alger). Relaxé le 27 août 1939.
    4 octobre 1939 : Nouvelle arrestation et incarcération à El-Harrach.
    10 mars 1941 : Transfert à la prison militaire d'Alger.
    28 mars 1941 : Condamné à 16 ans de travaux forcés avec confiscation de ses biens. Enfermé au bagne de Lambèse jusqu'au 23 avril 1943.
    23 avril 1943 : Résidence surveillée à Ksar el Boukhari.
    10 décembre 1943 : Déportation à In Salah sous surveillance militaire.
    4 janvier 1944 : Transfert à Ksar Chellala en résidence surveillée.
    18 avril 1945 : Transfert à El-Goléa en résidence militaire à la suite de troubles à Ksar Chellala.
    23 avril 1945 : Déporté à Bakouma au bagne au Congo-Brazzaville. Il y séjourne jusqu'au 10 août 1946.
    11 août 1946 : Messali Hadj, libre s'installe à Paris.
    13 octobre 1946 : Interdit de séjour à Paris, Messali rentre à Alger. Il vit à Bouzaréah.
    Décembre 1948 : Retour en France, à Melun puis à Brie-Comte-Robert.
    Décembre 1951 : Internement à Belle-Île-en-Mer.
    14 mai 1952 : Déportation à Niort.
    1er novembre 1954 : Transfert en résidence surveillée aux Sables-d'Olonne jusqu'en mars 1955.
    Mars 1955 : Résidence surveillée à Angoulême.
    15 janvier 1959 : Messali Hadj est relâché, mais surveillé de près. Il s'installe à Gouvieux près de Chantilly78.
    Mort en 1976 après avoir été exilé du pays pour lequel il a donné toute sa vie en prison.

    Nous avons eu notre Mandela mais n'avons pas su le voir.
    totalement d'accord avec toi et c'est pourquoi les pourris ( tous les pourris je ne fais aucune différence ) parlent de 1954-62 c'est pour mieux occulter l'histoire.
    pour moi la guerre de libération commença en 1830 car les colons mirent quelques jours pour arriver à Alger en venant de sidi fredj à cause de la resistance citoyenne.

    il y eu aussi l'émir khaled qui reprit le flambeau de l'émir Abdelkader durant la même période ( Messali)

    donc nous avons eu nos mandela mais pas de botha ou desmond tutu à la place nous avons eu nezzar et ghlamellah
    Mon rôle dans la vie consiste à pointer le mal, les spécialistes sauront comment le combattre.

    el bolitik tkhabete

Discussions similaires

  1. Kaâkaâ: Nous avons tué 1000 personnes à Bentalha et Raïs
    Par Sabrina dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 12
    Dernier message: 27/01/2010, 02h06
  2. Réponses: 7
    Dernier message: 04/01/2010, 01h28
  3. Hassan Nasrallah : nous avons les capacités de vaincre l’ennemi
    Par romance dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/12/2009, 12h46
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 03/12/2009, 22h46
  5. eph Bouira ,Maintenant, nous avons notre propre forum
    Par mohalilo dans le forum Santé et Beauté
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/11/2009, 00h49

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •