La crise s'acclre en Ukraine o les divisions internes qui se sont exacerbes, aprs la mise en place d'un gouvernement provisoire, se transforment, aussi, en un bras de fer entre la Russie et les Occidentaux. Un climat de guerre froide rgne. Mais les choses pourraient devenir plus chaudes. Au lendemain de l'autorisation, accorde par le Parlement russe, l'envoi de troupes en Ukraine, la situation est devenue, encore plus tendue. Le nouveau pouvoir, install Kiev, aprs l'meute de Maidan a dcid de rappeler les rservistes et de fermer l'espace arien aux appareils non civils. Pour le prsident de l'Autorit provisoire, Olexandre Tourtchinov, dont l'autorit n'est pas reconnue dans les rgions russophones, a dclar que les actions de la Russie s'apparentaient une dclaration de guerre. Toute tentative d'attaquer des installations militaires sera, de fait, une agression arme directe contre notre pays, et la responsabilit en sera impute l'arme et aux dirigeants russes, a-t-il dclar, en appelant la communaut internationale prendre de vritables mesures. C'est l'alerte rouge. Ce n'est pas une menace, c'est en fait une dclaration de guerre mon pays, a-t-il dit. Nous appelons le Prsident Poutine retirer ses forces armes, a dclar le Premier ministre, Arseni Iatseniouk. Sur le terrain, en Crime et dans l'Est, o les russophones sont majoritaires, les tensions sont vives. Le dploiement de forces russes ou prsumes telles est bien accueilli par la population russophone qui a reu de plein fouet, la dcision de suppression de la loi sur les langues rgionales, le week-end de la destitution de Viktor Ianoukovitch. Une dcision qui jouait, ouvertement, sur les clivages qui s'est avre, politiquement, dsastreuse, mme si la promulgation de cette loi a t bloque. Toute la population russophone s'est sentie, directement, cible dans une dmarche qu'elle impute l'extrme droite ukrainienne qui a t trs active dans la rvolution du Maidan.

POUTINE MAITRE DU JEU

Officiellement, Poutine n'a pas encore fait usage de l'autorisation qui lui a t accorde par le Parlement russe, d'agir en Ukraine. Mais sur le terrain, des militaires, sans insigne pour les identifier, ont investi les positions nvralgiques, en Crime. L'Ukraine a dcid de mobiliser les rservistes pour assurer la scurit et l'intgrit territoriale. Mais l'arme ukrainienne n'est pas en meilleur tat que le pays. Non seulement, elle manque de moyens, mais elle est traverse par les divisions. Selon les mdias russes, la frgate Hetman-Sahaydachniy, le navire amiral de la flotte ukrainienne a fait dfection et refuse de suivre les ordres de Kiev. Un porte-parole du ministre de la Dfense ukrainien, Kiev, a dmenti, sans vraiment convaincre, l'existence de dfection dans l'arme ukrainienne. Mais c'est Vladmir Poutine qui parat matre dans un jeu o la Russie contre-attaque, aprs avoir donn l'impression d'avoir t dborde par les vnements et par les Occidentaux. A Kiev, on affirme que l'action de Moscou tait prpare depuis des semaines, mais il semble bien que le prsident russe adapte ses actions l'volution de la situation. Et il le fait plus rapidement que les Occidentaux, dans une Ukraine o la Russie ne manque pas de points d'appui. La Crime est, de facto, sanctuarise et le rejet du nouveau pouvoir Kiev s'tend d'autres rgions de l'Est.

MENACES OCCIDENTALES

C'est une vraie cassure interne de l'Ukraine sur laquelle se superpose un bras de fer entre la Russie et les Occidentaux. Le ton de ces derniers se durcit l'gard de Moscou, mais en termes concrets les capacits d'action sont nulles. Le Conseil de scurit o la Russie dispose d'un droit de veto, n'est pas une option. Anders Fogh Rasmussen, le secrtaire gnral de l'OTAN a accus la Russie de menacer la paix et la scurit en Europe et lui a demand de cesser ses activits militaires et ses menaces sur l'Ukraine. Nous allons discuter des implications pour la paix et la scurit en Europe, et pour les relations entre l'OTAN et la Russie. L'Otan, mme si son chef hausse le ton, n'a aucune justification lgale pour intervenir. Mais au-del, l'hypothse, d'une intervention de l'Otan contre la Russie est un scnario inimaginable, tant les consquences paraissent dsastreuses. Pour l'heure, les Occidentaux ont dcid de suspendre leur participation aux runions prparatoires du G8 de Sotchi, prvu en juin. On est plus dans la symbolique que dans l'action. Washington a voqu une remise en cause, mme de la prsence de la Russie, au sein du G8. John Kerry, le secrtaire d'Etat amricain a indiqu que c'est, dsormais, la prsence de la Russie, au sein du G8, qui pourrait tre remise en cause. Il a voqu des mesures pour isoler l'conomie russe. La guerre des mots se poursuit… La guerre, elle, est dans l'air. Restera-t-elle froide ? L est la question.

Les Occidentaux menacent Moscou d'un isolement conomique : L'Ukraine relance la guerre froide