ALGER - L'Algérie oeuvrera à consolider l'unité entre les Palestiniens en cas de tenue d'un sommet arabe, a déclaré lundi son ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci à la Radio internationale algérienne et à l'agence APS.

Si un sommet arabe a lieu, "l'Algérie aura d'abord à consolider l'unité entre Palestiniens", a assuré le ministre.

"Je pense qu'au sein des pays arabes, nous représentons un exemple dans la mesure où nous n'avons jamais accepté d'avoir des relations économiques ou commerciales avec l'Etat hébreu", a-t-il soutenu.

"L'Algérie n'a jamais eu de relations avec Israël (...) parce qu'elle croit en ses principes et qu'elle les défend", a-t-il affirmé.

Interrogé sur la participation de l'Algérie à un éventuel sommet arabe, le ministre a indiqué que son pays n'était "pas contre cette idée".

"Un sommet arabe pourrait prendre des décisions et ces décisions il faut d'abord en parler", a-t-il dit, ajoutant que "ces décisions consistent à souligner que, dans une situation de guerre, les pays arabes qui ont des relations avec Israël puissent suspendre ou même rompre leurs relations avec cet Etat".

"Il appartient à ces pays arabes de prendre ces décisions (de rompre les relations avec Israël)", a-t-il dit.

"Lorsque ces pays ont pris la décision de nouer des relations avec Israël, ils ne l'ont pas fait dans le cadre de la Ligue arabe, mais à titre individuel", a rappelé M. Medelci.

La Mauritanie, l'Egypte et la Jordanie sont les trois seuls pays de la Ligue arabe à entretenir des relations diplomatiques avec Israël. Lundi, Nouakchott a "décidé de rappeler son ambassadeur en Israël", pour protester contre l'offensive israélienne à Gaza.

L'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, cité lundi par les médias qataris, a appelé de nouveau à la tenue d'un sommet arabe extraordinaire consacré à "l'agression" israélienne contre la bande de Gaza, qu'il a qualifiée de "crime de guerre".

Israël a lancé le 27 décembre une offensive aérienne meurtrière contre le Hamas, suivie depuis samedi soir par une offensive terrestre.

M. Medelci a, par ailleurs, indiqué que des "consultations sont en cours entre les ministres arabes et les responsables des Nations unies ainsi que ceux des pays membres du Conseil de sécurité pour que (mardi), il y ait une réunion de ce Conseil".

"La réunion du Conseil de sécurité aura pour objectif d'arrêter les opérations militaires et de discuter des conditions dans lesquelles, dans les prochaines semaines, nous puissions garantir un environnement propice à une normalisation de la situation dans la région", a-t-il précisé.

(©AFP / 05 janvier 2009 20h07)