Derrière les sourires amers les haines profondes, enfouies, insoupçonnables, ensevelies sous des avalanches de regrets, enterrées dans des souffrances solitaires.
Des haines grandissantes à force de non-dits, ces mots retenus à la limite verticale de la gorge par la peur de perdre ce que l’on n’a jamais eu.
Flammes qui consumeront l'âme jusqu'à épuisement, elles laisseront derrière elles un vaste champ de sables mouvants où s’engouffreront les bonnes volontés.