L'arrestation des commandants des bases de garde-côtes d'Oran et de Bouzedjar et de plusieurs marins redonne de l'actualité à l'implication de l'ANP dans l'important trafic de drogue qui de la frontière ouest du pays inonde le marché local avant de fournir celui de l'Europe.

L'affaire rappelle celle dénoncée en 2001 par un officier du DRS d'ORAN qui dans une lettre adressée à BOUTFLIKA mettait en cause le Commandant de la 2 ème Région Militaire et le Wali d'Oran. Sous la protection de ces autorités , utilisant des camions militaires des narco trafiquants en relation avec des "terroristes" qui sévissaient dans le Sahel faisaient entrer en Algérie des cargaisons de drogues qui en grande partie transitaient avant d'être expédiées vers d'autres marchés étrangers.

A cette échelle , le trafic dépasse les compétences des mafieux algériens. Il est l'œuvre d'organisation internationales puissantes contrôlées par les services occidentaux qui s'en servent pour blanchir les sommes colossales qui entretiennent le terrorisme international.

Dans un pays entièrement contrôlé par les militaires, comment interpréter l'irruption d'un pareil scandale ? Mise au pas des derniers DRSistes ou conflits d'intérêts ? En attendant d'y voir clair , ce que je retiens c'est la gangrènisation de l'ANP dont les officiers de plus en plus cupides sont devenus les suppôts des intérêts occidentaux.