On s'est vus, par imprudence
Sous le dernier nuage d'été
Sous le regard vif, intense
D'un automne sans gaieté

Elle est venue, chancelante
Ivre d'amour et de chagrin
Me tendant sa joue tremblante
Que la brise caresse sans fin

Elle laisse de ses yeux limpides
Couler quelques perles étincelantes
Et un léger sourire qui coïncide
Avec le tumulte d'une âme démente

On s'est quittés, que c'est étrange!
Laissant mon cœur sous les décombres
Gâchant la beauté de ce songe
Qui périt dans cet été sans ombre.

Sous un nuage !
02/08/18

TEKMOH