Vaincue par les larmes et les soupirs
Avec un regard rappelant les cieux
Titubant, sur le point de mourir
M'enlaçant, pour me dire adieu

Elle s'est éloignée et le chagrin
Domine chaque trait de son visage
Elle qui s'acharnait, veillait au grain
Que l'amour ne devienne un mirage

Elle qui aime en oubliant son âme
Dans mes bras et le creux de mes mains
Elle dont la joie se répand en larmes
Et son et le mien ne font qu'un.

Sait-elle, daigne-elle enfin me croire
Qu'elle hante chaque fibre de mon corps
Que là où ses vaisseaux s'égarent
Je construirai de nouveaux ports.

(Vaincue)
27/08/18

TEKMOH